AB-BO : Les biarrots éteignent le « volcan » bayonnais à Jean Dauger

Rugby-ProD2. En ce samedi 14 Octobre, le fameux derby basque prenait ses marques à Jean-Dauger sous un très beau soleil automnal. L’atmosphère au stade promettait de dépasser les 100°C en plus d’un beau spectacle ! . Les biarrots l’emportent avec courage 24-30, au grand dam des locaux qui ne valident pas leur exploit à Aurillac la semaine passée.

A 19h. Les biarrots cette fois-ci en noir donnent le coup-d’envoi par Pierre Bernard (10) sur l’aile droite avec à la réception Julien Jané (11). Il se débarrasse de son vis à vis Adriu Delai (14) en lui faisant faire un soleil alors que son placage était un peu haut. Les esprits s’échauffent mais sans conséquences graves.

Les premières minutes de jeu font ressentir la tension qui règne chez les joueurs. Bayonne essaie de construire mais Bustos Moyano (15) rate sa sautée pour Grégory Arganèse (5′). C’est pourtant le pragmatique  Willie du Plessis (10) qui passe un drop des 30 mètres biarrots et ouvre le compteur local (3-0).  Quelques minutes plus tard, Elvis Levi, le talonneur visiteur conteste bien sur une avancée bayonnaise mais des 53 mètres , Bernard manque la pénalité.

Au bout du 10′ , Julien Jané cède sa place suite à une blessure au genou. Il était bien dans sa partie. On assiste à un jeu de gagne-terrain c’est à dire une utilisation massive des chandelles. Bernard prend confiance et tape un coup de pied rasant dans le camp bayonnais pour trouver des touches. Sur cette phase de jeu, les biarrots sont efficaces par Sikeli Nabou (4), Edwin Hewitt (5), Bertrand Guiry (6) , Alban Placines (7).

IMG_20171014_190634

Un maul bayonnais dans le camp biarrot / Crédits : Pierre-Alexandre Carré

Les mêlées sont stables même si à la 5′ , Maxime Lucu (9) rate son introduction. B.J Botha (3) stabilise bien l’édifice. La stratégie la plus utilisée est celle du défi physique au près, avec les deuxième lignes de chaque équipe pour ensuite lancer les 3/4 sur les extérieurs mais il n’y a aucune percée franche pour le moment. Bernard égalise sur une faute locale (3-3,17′). Du Plessis porte le danger par des chandelles et des coups de pied latéraux mais le rideau arrière visiteur est vigilant. Une faute de Nabou permet à Moyano de donner l’avantage en suivant (6-3,20′).Puis le même Du Plessis rajoute 3 points 9 minutes plus tard. (9-3,29′).

A la 34′ , c’est le Biarritz Olympique qui porte l’estocade avec la percée de Yoann Artru (11)  qui évite deux placages après un regroupement dans le camp bayonnais, ils prennent l’avantage (9-10). Avant la mi-temps, une faute en mêlée côté B.O au 40 mètres permet à Moyano de donner une courte avance au ciel et blanc (12-10,40′).

A la mi-temps :

Les biarrots, en souffrance pendant 15 minutes dans le premier acte ont su inverser une tendance qui partait mal ! ( 1 pénalité manquée, indiscipline) avec Artru réaliste. Ils pouvaient être fiers de la touche,assez performante avec Guiry, Nabou,Hewitt. Côté bayonnais, une incroyable série de blessures frappe : P.J Van-Lill (8, claquage) ; Julien Jané (genou) ; Battut (cheville)….

D’abord fermé, puis totalement débridé !

Au retour, Guiry est toujours impeccable sous le renvoi. S’en suit une touche pour Biarritz avec un maul… mais une mêlée pour Bayonne est ordonnée par M.Descottes. Du Plessis rend dangereusement le ballon dans l’axe sur Kylan Hamdaoui (15) qui frappe jusqu’en ballon mort avec une mêlée pour Bayonne qui est pénalisée (40 mètres). Maxime Lucu marque seul et avec hargne ,un bel essai à la suite d’une nouvelle touche (12-17). A la 55′, Hamdaoui se rachète et marque seul en se jouant de Ducat (19) et de Rouet (9) , Biarritz fait le break ! (12-24).

Bayonne a le mérite de réagir immédiatement par Julien Tisseron (14) en bout de ligne deux minutes plus tard (19-24,57′). Bernard rajoute trois points sur les 40 mètres (19-27,58′). Sean Robinson (13) marque « l’essai du siècle » sur une chevauchée de 40 mètres depuis la ligne médiane en effaçant trois biarrots à l’heure de jeu (24-27,60′) et la conversion de Moyano touche malheureusement le poteau….

Les ciel et blanc décident de miser sur les individualités alors qu’ils ont trois occasions de scorer (66′, 70′,77′) à la suite de touches mais de l’impatience coûte des fautes de main et le rempart des maillots noirs est solide ! . Une obstruction coupable ( pas gravissime !) sur l’ouvreur visiteur de la part de Moyano (carton jaune) permet à Bernard de sceller le score, l’exploit et la folie (24-30). Le public suffoquait  quand même lorsque les biarrots avait une dernière mêlée à leur avantage sous les poteaux,dans leur camp. Maxime Lucu a eu chaud. Ils gagnent !! 

Gonzalo Quesada, méthodique offre un exploit à Biarritz qu’il recherchait depuis 6 ans. Pour lui, il faudra confirmer face à Dax , à domicile la semaine prochaine (vendredi). Bayonne, en déplacement à Carcassonne devra évacuer la rage… celle du vaincu, du meurtri alors que la fête était si belle.

Par Pierre-Alexandre Carré 

 

Laisser un commentaire