Valladon et Adiceom, fers de lance de bleus ambitieux.

La France vise au moins une médaille aux mondiaux de Tir à l’Arc,  qui commencent ce lundi.

Deux victoires, et une deuxième place en coupe du monde : les archers français ont réussi leur saison, et sont prêt pour les championnats du monde (du 16 au 22 octobre). « C’est le grand objectif de l’année, explique Marc Dellenbach, l’un des trois entraineurs nationaux. En Tir à l’Arc, il y a les Jeux Olympiques, et juste derrière, les mondiaux tous les deux ans. On s’est préparé pour ça. » En arc classique, l’Equipe de France se présente à Mexico ce lundi avec trois filles et trois garçons. « Le but est d’aller chercher au moins une médaille, d’autant que l’on était rentré bredouille en 2015. ». Pour en arriver là, les archers devront d’abord réussir la phase de qualification. Soixante-douze flèches qui déterminent les matchs à élimination directe. Après tout est possible.

Valladon au sommet ?

Les garçons notamment, ont de réelles chances d’aller loin. Jean Charles Valladon, médaillé d’argent aux jeux de Rio l’an dernier, n’a pas mis longtemps à se remettre de ses émotions olympiques.  « Il a fait un break de trois mois, puis a repris avec des objectifs à court terme comme les Europe », raconte Marc Dellenbach. Il y a empoché deux médailles, avant de se tourner vers la coupe du monde. Il a remporté avec brio la deuxième manche à Antalya, pour devenir numéro un mondial. Le tout en battant le Coréen Kim Woojin, qui devrait être son principal adversaire. « Le niveau est très dense, il faudra forcément un brin de réussite pour aller loin. Seul Woojin parait un peu au dessus, mais Jean-Charles l’a déjà battu, il peut recommencer. » Et si c’était un autre français qui s’en chargeait ? Dans les pas de Valladon, Thomas Chiraud (20 ans, 29e mondial) a fait forte impression cette saison. Pour sa première en Coupe du Monde, le Clermontois s’est hissé en demi-finale à Antalya. Il peut rêver atteindre une bonne place aux mondiaux. Le troisième larron sera Pierre Plihon (29 ans, 50e mondial). A eux trois, ils sont allés chercher l’or par équipes à Berlin, pour la dernière manche de Coupe du Monde, et seront dans le coup pour la médaille.

La révélation Adiceom

Chez les femmes, la France est moins bien représentée. « Nous n’avons envoyé qu’une fille en Coupe du Monde cette saison, car le niveau était assez faible » avance  Marc Dellenbach. Mais pas n’importe quelle fille. A 21 ans, Audrey Adiceom est déjà championne de France, et possède un record du monde junior. La Riomoise a fait ses premiers pas en coupe du monde cette année, avec réussite. « Elle a terminé deux fois cinquième, et a décroché l’agent par équipe mixte avec Jean Charles Valladon. Pour des débuts, c’est  assez exceptionnel. Par ailleurs, c’est une fille très agréable, joyeuse et perfectionniste. Elle veut toujours bien faire.  Si elle tire à son meilleur niveau elle a toutes les chances d’aller loin dans le tableau. Mais le championnat du monde est spécial. » Une médaille serait une très belle surprise pour la 19e mondiale. Pour les deux autres archères, ce serait un exploit.  Noémie Brianne et Laura Ruggieri ont déjà participé deux fois aux mondiaux, mais ont peu de chances en individuel. En revanche, les trois pourraient tirer leur épingle du jeu par équipes.

Menée par Jean Charles Valladon, à qui il ne manque qu’une médaille mondiale, l’Equipe de France a toutes les chances de mettre une flèche dans la cible : une breloque.

Adrien Toulisse

 

Laisser un commentaire