A deux doigts de graves bé(mauls)

RUGBY.Bayonne s’offre une victoire contre Massy, un total de 10 essais dans ce match. Relâchés, l’Aviron a frôlé la catastrophe face à l’organisation parisienne en seconde période.

Le bleuet aussi un devoir de mémoire…. sportive.

44 points inscrits et la mine de Vincent Etcheto est aussi triste que le temps à l’extérieur. Il s’agace de voir en tant qu’entraîneur des trois-quarts, son équipe «dominer le match puis s’éteindre et se faire vraiment peur» gâchant ainsi « la belle soirée qu’il voulait passer au bord du terrain». Par ailleurs, le bleuet offert en souvenir de l’armistice de guerre 14-18 entretenait un devoir de mémoire sportive avec nombreux de joueurs bayonnais disparus en 1913. Ils se font fait piéger, dans le bourbier de l’excès de confiance.

Pourtant, dès la deuxième minute, Willie Du Plessis montre la voie (3-0). Et 7 minutes plus tard , il offre un mini-break sur les 40 mètres après une faute au soutien de Massy (6-0). Les Massicois tentent alors de passer en force, à cet égard Gorcioaia (8) est le seul en mesure de faire avancer son équipe. Thomas Girard (15) réduit le score (6-3). Le salut des bayonnais a été souvent sur les largeurs en utilisant la profondeur et les passes sautées. Ils ont pu compter sur la classe de Bustos Moyano (15) qui a su déborder la défense pour offrir une dernière course à Tisseron pour l’essai (13-3).

IMG_20171110_203909

Luix Roussarie à la baguette d’un maul bien construit / Crédits : Pierre-Alexandre Carré

Puis Du Plessis alterne bien avec des diagonales au pied bien dosées pour ensuite penser à une phase de jeu classique, une touche, un maul, un essai (20-3,21′). Ce rythme tonitruant est diminué jusqu’à la 30′. 3 minutes de défense pour les basques mais les joueurs de l’Essonne marque sur maul (20-10,33′). Chose intéressante, Bayonne trouve là l’occasion d’avoir du répondant à 14 (faute Arganèse) sur une percée de Benjamin Thiery (21) remplaçant au pied levé Moyano (choc tête contre tête) avec une sautée pour Robinson puis Laveau pour le (27-10).Au retour, les bayonnais restent à 14 où Thiery est sanctionné.Sur une passe inspirée de Beattie, Robinson arrive lancé intérieur et marque (34-10).

Relâchement coupable face aux mauls adverses

On croit les locaux définitivement à l’abri mais les visiteurs trouvent une ressource inépuisable : le groupé pénétrant. Ainsi, à la 50′ (34-15),55′ (34-22),65′ (41-36) ils marquent. Dans le jeu, ils jouent dans l’axe et debout où Ancely déjà étincelant à Biarritz marque près des poteaux (60′,34-29) sous l’impulsion de Prier (20) et Mallet (21) à la charnière. À la 62′ (41-29), Julien Tisseron (11) inscrit son doublé en s’échappant petit côté après la passe sur un pas de Thiery. Comme une photographie du classement basque dans cette ProD2, la pénalité de Du Plessis qui les met à l’abri d’un essai transformé passe en rase-motte des 40 mètres (44-36,74′).

Son homologue Girard pourtant précieux au pied a vu son dernier ballon heurter le poteau gauche lors d’une dernière pénalité (79′) sous les sifflets. Jean-Dauger peut reprendre son oxygène. Il faudra clairement plus de constance dans les efforts lors des déplacements à venir (Mont de Marsan, Nevers…) où la sanction serait irrévocable et la descente peut-être envisageable. La trêve est signée… pour le moment.

Hommes du match :

++ : Garcioaia , Thiery, Bustos-Moyano, Tisseron, Prier, Mallet, Du Plessis, Robinson, Mendes

Les stratégies du match : 

+++ : les mauls de Massy

++ : les passes sautées et intérieures des bayonnais dans le timing.

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Laisser un commentaire