Comme un parfum de K.O

Le Biarritz Olympique entame parfaitement sa reprise contre Narbonne par une victoire bonifiée sous les yeux du boxeur français, héros à Cardiff, Carlos Takam.

 

L’adage «No scrum, no win » a été respecté. Ils ont dominés dans ce secteur.

Dès les premières minutes, les audois sont entreprenants notamment par Orlando Stott, l’arrière. Tout se concentre sur le défi physique par mauls où mêlées. Simplement, les biarrots sont attentifs aux lancements adverses et ils sont présents au grattage. Les relances viennent souvent du numéro 8, Felipe Manu ou Alban Placines pour ensuite enchaîner sur les largeurs. Les locaux trouvent la faille sur
une inspiration dynamique de Kylan Hamdaoui qui sert Adriu Delai sur le petit côté droit (7-0,13′).

IMG_20171125_095134

Le boxeur Carlos Takam (au centre) reçoit son maillot du B.O / Pierre-Alexandre Carré-CultureSPORT

Trois minutes plus tard sur un hors-jeu, Dut réduit l’écart (7-3,16′). C’est sans compter sur un Hamdaoui magistral qui plante son doublé après une bonne mêlée dans les 20 mètres narbonnais. Le côté droit par Nephi Leatigaga a été puissant (14-3,19′). La défense locale toujours bien en place oblige Dut a jouer les chandelles mais Hamdaoui continue son footing pour envoyer près des poteaux le capitaine Placines qui marque (21-3,25′). Dans la nuit audoise, quelques éclairs fendent le ciel par Stott (relances et évitements) où Jarmouni (mauls). Biarritz trouve la solution sur le petit côté droit où Hamdaoui et Delai ont vraiment tout fait !. Le score s’arrête à 24-3 sur une ultime pénalité de Bernard.
Pourtant au retour, les visiteurs reviennent forts et provoquent des fautes chez les rouge et blanc. Une phase classique de jeu avec touche dans les 22 puis maul permet à Esteriola de marquer (24-8,43′). L’adage «No scrum , no win» est respecté, Hewitt marque à la suite d’une d’entre elles (29-8,50′). Les entrées de Cabarry-Singer apportent de la fraîcheur pour casser la défense et jouer «main-main» pour en bout de ligne envoyer Artru à l’essai (34-8,60′). Les vingt-minutes seront narbonnaises où Collet le troisième ligne marque (34-13) puis le méritant Stott au relais de Fekitoa (34-18). Sur une dernière mêlée pénalisée ,Luke Burton scelle la victoire solide de son équipe après un dernier essai en force de De Coninck (41-18).

Nombre d’essais équivalent à un score de tennis… hasard du calendrier !

6 essais à 3 donc, tel un score de tennis, hasard sportif en pleine coupe Davis où la France joue son va-tout face à la Belgique. Les locaux n’ont pas paniqués mais ont fait face à une équipe qui n’a pas abdiquée. L’arrière Hamdaoui a été un des détonateurs, Pierre Bernard un pragmatique ouvreur pour trouver les touches quand Hosea Gear était avancé… ou pour orienter ses 3/4 pour percer petit côté (droit !). Un maximum de points dans la besace alors que Jeudi se profile un tournant dans leur saison face au rouleau compresseur perpignanais, vainqueur au mental à Vannes (22-23). Ne pas baisser la garde pour éviter d’aller au tapis.
+++ : Hamdaoui
++ : Stott , Jarmouni,Artru, Bernard,Manu

Les phases de jeu :

  • Tout part de mêlées stables et dominatrices côté biarrot. Felipe Manu sort vite les ballons pour Bernard qui trouve les angles où alerte ses 3/4 qui file à toute vitesse côté droit.
  • Les mauls et les touches s’articulent autour de Edwin Hewitt et Bertrand Guiry.
  • Dans les rucks, c’est Alban Placines qui est au grattage.

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Laisser un commentaire