En apesanteur !

Rugby-PRO D2. Par un temps cataclysmique, le Biarritz Olympique continue d’être impérial à domicile après une huitième victoire, hier soir contre Perpignan . Les basques décrochent un bonus offensif qui leur permet d’être dans le trio de tête du championnat.

En apesanteur comme pour paraphraser le chanteur Calogero qui poursuivait… « pour que les secondes soient des heures ». Au coup d’envoi, l’USAP tente une première action en jouant dans l’axe par leurs avants mais Felipe Manu conteste sur ses appuis. Les locaux tentent de jouer sur les largeurs. Suite à une bonne mêlée sur les 40 mètres , on joue petit côté Kylan Hamdaoui, décale Théo Dachary qui perce et Yoann Artru (ancien catalan !) aplatit après une faute de main de l’ailier gauche Faconnier (7-0,6′).

Le vent tourbillonnant et la pluie rendent le jeu difficile. Les renvois ne sont pas tapés en hauteur mais plutôt tendus, proches de la ligne des 22. Biarritz accélère souvent en contre alors que l’USAP tente de construire en touche par des mauls, sans succès. D’autant plus que Romuald Séguy manque les trois premiers points de son équipe après une faute flagrante de Guiry dans un ruck.

Théo Dachary perce encore (13′) en donnant la balle à Alban Placines qui poursuit mais qui manque de soutien dans l’immédiat. Les catalans sont présents en contre sur les touches (sur Singer,19′) et les extérieurs sont exploités, Jonathan Bousquet l’arrière et Faconnier tentent de partir mais la défense est vigilante. On passe ensuite à du jeu d’occupation pendant deux minutes. Une faute de main regrettable de Lucu dans ses 22, offre une bonne mêlée qui lance Faconnier à l’opposé pour l’essai !  (7-5,22′).

« Le chaudron » Montauban. Idéal pour la « recette Quesada » qui marche déjà bien

Les locaux s’en remettent alors eux aussi à des mauls autour de Edwin Hewitt qui leur permet d’obtenir une pénalité. Pierre Bernard la passe (10-5,25′) mais trois minutes plus tard Séguy recolle au score (10-8,28′). Les catalans ont un problème de dosage car par deux fois, les ballons d’attaque prolongés au pied sortent en ballon mort.  Un ballon récupéré sur mêlée porte le score à (13-8,34′) et le carton jaune de l’ailier droit Jean-Bernard Pujol (38′) stoppe le score à la mi-temps à 16-8 avec trois nouveaux points.

IMG_20171130_223331

Biarritz et Perpignan se saluent à la fin du match. Crédits : Pierre-Alexandre Carré-CultureSPORT

Au retour, Biarritz repart sur de bonnes bases, mais une pénalité sur les 50 mètres de Bernard échoue sous les barres. Les défenses cadenassent toutes les velléités d’attaque. Les touches qui faisaient la force de Perpignan sont moins précises (lobée, 44′) et le numéro 8 Felipe Manu (toujours dans l’avancée) est attendu dès les sorties de mêlée. Juste avant l’essai de Adriu Delai (23-8,56′) en bout de ligne sur une passe de Hamdaoui , Gert Muller le pilier droit de l’USAP retourne Singer dans un regroupement et voit rouge. Elvis Levi, le talonneur du B.O fracture le plancher orbital de Botha, le deuxième d’un coup d’épaule.

Officialisé au Stade Français, Hamdaoui a l’envie de tout donner sans regrets

Les deux équipes jouent à 14. Dans les dix dernières minutes, les locaux marquent deux essais qui leur permet de décrocher un bonus offensif mérité. L’un sur une belle inspiration de Maxime Lucu sur les 22 avec un coup de pied par dessus ( le deuxième rideau est en retard)… Hamdaoui saisit la balle au bond et marque  (30-11,70′). L’autre intervient après un sprint fou du centre Alex Arrate qui tape au pied dans son camp pour arriver à bout de souffle chez les catalans, fauché aux jambes par Bousquet…. Hamdaoui suit et marque ! S-U-P-E-R-B-E.

Gonzalo Quesada peut exulter. Il voit certainement les différences de comportement de ses joueurs, ils deviennent immanquablement plus réalistes et ce, malgré la météo détestable ! . Un bonus offensif bienvenu avant de plonger dans le chaudron montalbanais la semaine prochaine… histoire de mettre les derniers ingrédients d’une recette d’ors et dejà couronnée de succès.

Hommes du match :

++ : Dachary ; Manu ; Hamdaoui

+ : Bousquet ; Leatigaga ; Bernard ; Labouteley

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64 )

Laisser un commentaire