« Pensez Printemps ! »

RUGBY. Par un froid glacial, les bayonnais réchauffent le cœur de leurs supporters avec le bonus contre Carcassonne. Une rencontre haute en couleurs qui leur permet d’être provisoirement 6ème.

Une chose est sûre, malheur à celui ou celle qui était en retard à Jean-Dauger dès 20h, car Martin Laveau, l’ailier droit  était présent au décollage dès les premières secondes de jeu avec un renvoi capté au nez et à la barbe de son vis-à-vis Tagotago (20’’). Mieux, les audois répondaient expressément par Burduli, le pilier droit après une bonne percée de Kevin Gimeno (3’). On croit alors, à un match serré. Gilles Bosch, l’ouvreur visiteur anime bien la ligne d’attaque en tentant de passer entre les avants bayonnais.

Il n’en fût rien grâce à la jeunesse locale qui prend des initiatives décisives avec un doublé chacun. D’abord Julien Tisseron, l’ailier gauche qui travaille bien côté droit en vitesse (23’) puis Bastien Fuster, physique, inarrêtable, remplaçant de Laveau à la (27’) entre temps, il y aura le troisième ligne Latimer (30’) avant de parachever en seulement une mi-temps, véritable récital (31’) et (40’).

Score mi-temps : 45-7

IMG_20180223_210720

L’entraîneur des avants Joel Rey est satisfait mais ne s’enflamme pas. Crédits : Pierre-Alexandre Carré / cultureSPORT

Les basques utilisent parfaitement les largeurs et les petits côtés, en plus d’être rassurés par leurs deux buteurs : l’arrière Bustos-Moyano (1 pénalité, 2 transformations) et le demi de mêlée Emmanuel Saubusse (4 transformations). La vitesse du jeu de part et d’autre vient des conquêtes bien équilibrées.Si la mêlée bayonnaise est plus stable que la semaine passée, côté audois, le talonneur Brute de Remur fera même un 8/10 aux lancers en touche avec une partition impeccable des deuxième-ligne Coste et Zito.

Le fait : Le placage cathédrale sur Bustos de la part de Tagotago, l’ailier gauche, qui  recevra un carton rouge (27’) aura le mérite de lancer l’argentin à l’assaut du camp adverse au soutien de tous  tous ses trois-quarts.Il utilisera régulièrement des chisteras (29’) et passes après contacts pour créer le danger !

Pourtant au retour, les audois auront le mérite de ne rien lâcher malgré un score élévé en leur défaveur. C’est bien le jeu d’avants (mauls, pilonnages près de la ligne) qui se distingue avec par deux fois le talonneur Castant (45’, 69’) qui file à dame.C’est la hargne de la survie qui poussera Lescalmel, le remplaçant de Bosch a aplatir sans rougir (79’).Les organismes fatiguent, il y a encore plus de mêlées et de touches (6 dans chaque camp). Les bayonnais si agressifs, deviennent passifs, ont enfoncé une dernière fois le clou bien avant par essai de pénalité à l’heure de jeu (60’).

Score final : 52-26

L’année 2018 réussit jusqu’ici très bien aux ciels et blancs de Joël Rey, l’entraineur des avants « satisfait ce soir, même si les essais encaissés en deuxième mi-temps, chagrine un peu ». Ils se classent 6ème au classement avec un point de mire, le voisin biarrot. Pourtant , rien ne sert de s’enflammer. La solution vient « toujours d’eux-mêmes, eux qui étaient dans le très difficile l’année dernière ». La prise de conscience semble avoir eu lieu. Le match à Béziers la semaine prochaine doit confirmer cette tendance à l’exploit: la qualification . Messieurs, « pensez printemps c’est bien le temps de l’espoir et de souhaits ». Ce n’est pas le philosophe Alain qui vous contredirait.

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Laisser un commentaire