Hourra Tawalo !

RUGBY. Biarritz s’impose largement face à Vannes,bonus offensif en poche. L’ailier fidjien Uwa Tawalo, s’adjuge un doublé. Le match à Perpignan jeudi sera décisif pour la qualification.

Dans le jargon de la mécanique, on appelle ça une traction avant. Il y a bien longtemps que l’on avait pas vu un remplaçant aussi tranchant.Le point de bascule de cette rencontre, c’est le fidjien à la 73′ puis,lorsque le bonus offensif semblait perdu (79′).

L’ironie du sort fait que le destin de Bayonne et Biarritz se jouera en Occitanie

IMG_20180302_235105

Le capitaine Placines reste satisfait de la victoire malgré les trois essais encaissés. Crédits : Pierre-Alexandre Carré / cultureSPORT

Les bretons ne déméritent pas. Ce sont même eux qui vont lancer les intentions offensives par une bonne diagonale dans les 10 mètres droit de Christopher Hilsenbeck (2′). L’ouvreur allemand livre une prestation quasi-parfaite jusqu’à la pénalité (63′) qui peut les faire passer à 29-23. Il sera aussi chargé de mettre la pression sur Hamdaoui par des coups de pieds dosés avec peu d’angle.D’ailleurs, le premier centre Kevin Burgaud l’avouera : « c’est vrai que cette pénalité aurait pu compter, aurait été bonne pour le moral. On venait faire quelque chose ici,à Biarritz mais ça reste une équipe difficile. C’est un autre championnat pour nous ». 

Biarritz essaie d’alterner les passes intérieures en puissance ou au large pour profiter de l’accélération du premier centre Théo Dachary. Les bretons tentent de monter en pointe sur Pierre Bernard qui ajuste ses passes à temps. Les dégagements sont approximatifs , dans l’axe, dans les deux camps. Pour les locaux, cinq des six essais seront marqués en puissance : Bernard (9′) ; Leatigaga (26′) ; Chambord (38′) ; Lucu (44′) ; Tawalo (ci-dessus). Les visiteurs sauront répondre trois fois : Radrodro (18′; 77′) ; Bly (22′). 

Score mi-temps : 19-17

La pause de la mi-temps aura été l’occasion de « mettre les choses à plat, d’y croire pour les uns et d’être vigilants pour les autres » selon les mots utilisés en conférence de presse. Le breton aime la rudesse mais moins les airs. Cyril Blanchard, le talonneur du RCV confiera que  » la mêlée est mitigée, partiellement maîtrisée »  dans un duel de piliers remplaçants instauré dès la 50‘. Tandis qu’en touche, Léo Bastien (4) est impérial en deuxième sauteur et en contre face à De Bruin (7). Placines (touché légèrement à l’épaule) et De Coninck ne seront utilisés en fond qu’avec parcimonie. Les renvois font 15 mètres côté visiteur, Carwyn Jones, le deuxième ligne est à l’affût.

Bizarrement, il y avait un étrange sentiment de frustration au sortir de la rencontre. Cinq points qui les amènent à 4 points du quatrième, Grenoble.« Peut-être des regrets sur les trois essais encaissés » dira Placines mais « le chemin continue » pour Jack Isaac, l’entraineur des arrières, persuadé que « l’équipe peut corriger vite ces petites scories qui mettent le doute » .  Il y a notamment cet avant de Singer, lancé qui commettra un en-avant à 5 mètres de la ligne (42′) alors que l’essai était promis. Rageant.

Ironie du sort,le destin qualificatif se jouera pour les deux clubs basques, en Occitanie. Demain (dimanche 4) pour Bayonne à Béziers et jeudi pour Biarritz à Perpignan. Pour mieux se retrouver en barrages ? Reste à savoir qui baissera la garde en premier.

Score final : 46-25

Hommes du match :

++ : Tawalo , Mêlée, Touche, Radrodro, Bastien, Hilsenbeck, Burgaud

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

 

Laisser un commentaire