Saint Patrick, tonique !

RUGBY. Le Biarritz Olympique reste invaincu à domicile face à Aurillac. Un bonus offensif important pour se rapprocher des phases finales. Explications.

Si vous le souhaitez, le son est aussi disponible à la fin de cet article.

0 > 23′ : Départ tambour battant

Au lendemain de leur match face aux cantalous, ils sont 4e.Ils marquèrent 3 essais rapidement dans le premier acte avec d’abord l’ailier gauche Uwa Tawalo (4′) lancé comme une « météorite » dans la défense auvergnate et inarrêtable puis Adriu Delai, le premier centre (11′) et enfin Théo Dachary, le deuxième centre (22′).

La stratégie :   l’ouvreur Pierre Bernard s’est attaché ( avant sa sortie vers la 30′) à taper tous les renvois hauts en dépassant maximum 12 mètres. 12 mètres seulement pour que le ballon soit volleyé dans leur camp pour enclencher sur les extérieurs. Fabien Fortassin , son remplaçant fera de même. Un choix remarqué et payant !

L’affrontement physique est totalement à l’avantage des biarrots en mêlée principalement sur la zone des 40 mètres alors qu’en touche Léo Bastien et Bertrand Guiry font le travail. Bastien et Manu sont les points d’ancrage dans l’axe du terrain pour offrir des possibilités à gauche et à droite.Les cantalous sont dominés et n’ont imposé que 3 minutes de temps de jeu dans le camp biarrot ( 5′ >7′) sans conséquences jusqu’à un relâchement coupable des locaux pour lequel Kylan Hamdaoui, l’arrière « n’a pas forcément d’explications même si ça arrive souvent »

23′ > 40′ : Une demi-heure pour y croire

Comme contre Bayonne, Aurillac sort de l’étau, défend à deux sur l’homme. Ils adaptent leur jeu à la défense bien en place des biarrots. Ils jouent vite avec des relais proches, et c’est ainsi que Jean-Philippe Cassan, le premier centre marque (31′). Le deuxième centre Thomas Salles ne tremble pas au but (3 pénalités ; 1 transformation). Ils ont eu le mérite de corriger leur problème en mêlée en faisant rentrer de l’expérience avec Taukeiaho. Nephi Leatigaga avant la mi-temps, sera dominé et exclu 10 minutes.

40′ > 60′ : Le mauvais signal 

La mascotte Koxka qui, grimé en « Saint Patrick » à la pause avait l’espoir que son équipe jouerait avec la chance du trèfle irlandais ne s’était pas trompé. Dès l’entame, Dubourdeau l’ouvreur visiteur dévisse son renvoi. Pourtant, les cantalous n’abdiqueront jamais, emmenés par leur arrière Mc Phee, utile au pied et dans l’avancée pour de bonnes passes.

La stratégie : Aurillac décide de jouer souvent depuis son camp tous les ballons en usant des passes sautées, même leur deuxième ligne Myles Edwards est intercalé dans la ligne. En défense, ils tentent de défendre debout , au plexus et aux bras pour arracher les ballons.

60′ > 80′ : Enfoncer le clou 

Comme en première mi-temps, étrangement, 3 nouveaux essais sont marqués par Tawalo (57′) ; Levi (63′) ; Delai (68′)  en puissance. Les biarrots souffriront de quelques imprécisions qui auraient permis de « tuer » le match plus tôt comme l’avouera Guiry, hier soir, capitaine. Ce sont souvent ces petits détails qui font la différence dans les matchs à élimination directe… mais Hamdaoui est content de voir que « les choses soient réglées après la performance à Perpignan ». 

En fin de match, les auvergnats tenteront encore de conserver le ballon près de deux minutes , jusqu’à ce que Mc Phee tape en touche de dépit. Dans ce désespoir, ils auront pu compter sur un abattage énorme de Vialle, Corbex et Edwards en défense et sur les jambes éléctriques de Fajfrowski l’ailier pour avancer mais ils ont la tête ailleurs avec un match capital pour le maintien contre Vannes, à Jean Alric. Les biarrots placeront eux, une fois de plus leur foi irlandaise dans un petit exploit à réaliser la semaine prochaine à Colomiers.

Hommes du match : 

+ : Salles ; Taukeiaho ; Manu ; Synaeghel ; Cassan

++ : Bastien ; Tawalo ; Dachary ; Delai ; Edwards

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Laisser un commentaire