OSS 117, Bayonne nid d’espoirs

RUGBY.  Dans des conditions climatiques une fois de plus difficiles, Bayonne s’offre le Stade Montois,4ème, à domicile. Seule la victoire est belle quand tout le reste n’est qu’incertitude pour le club.

Certains parlent de Bayonne et du club comme d’un épisode de « Dallas » avec un univers extra-sportif impitoyable. Prenons donc un autre exemple. Il ne s’agit en aucune façon du titre du futur film avec Jean Dujardin dans le rôle de Bonisseur de la Bath, dit OSS 117. Mais ce blason ciel et blanc mériterait bien une aventure de cinéma avec agent secret et rebondissements.

Un carton rouge qui ne désarme pas les montois

Hubert, de son prénom a vu rouge à Jean-Dauger dès les premières minutes du match sur un placage non maîtrisé de l’ailier gauche montois Julien Cabannes sur Bustos Moyano qui retombera sur les épaules, voire la tête. Déjà à 14 et premières sueurs froides. Emmanuel Saubusse, le demi de mêlée local loupe l’occasion d’ouvrir le compteur des 42 mètres (2′).  Pire, il voit les landais marquer,au caractère, le premier essai en coin de la partie par James, le buteur néo-zélandais (7′) après avoir manqué une première pénalité à la (4‘). Il sera en difficulté à 2/5 au global dans ses tentatives.

Il ne supporte pas la pluie non plus alors, les ballons sont envoyés en altitude pour provoquer des mêlées de préférence dans les 40 de chaque camp, sauf exceptions par deux fois dans les 22 mètres avec beaucoup de stabilité.Les basques ont souvent leur édifice qui tangue et leur histoire aussi, alors Hubert veut voir de la fraîcheur et de la jeunesse. Taufa, le pilier droit ; Tisseron , le deuxième centre ; Fuster juste à côté de lui réponderont à son appel, dans l’axe en force ou dans les intervalles au pied ou ça glisse pour grappiller des mètres.

Les sud-américains bayonnais sauvent l’honneur du maillot

Après les chandelles, il y a les touches ou le chilien Huete et le sud-africain Davis font une bonne prestation. Les montois sont présents défensivement même s’ils sont parfois à la limite de l’en-avant volontaire. Ils se dégagent tant bien que mal par Loustalot ou James quand les actions bayonnaises mériteraient d’être mieux exploitées en sortant plus rapidement la balle et insistant moins dans l’axe à l’approche de la ligne.

Si son expédition à Rio a été couronnée de succès, son émissaire argentin Moyano se fendra d’un véritable éclair pour un essai, avant la mi-temps sur une passe après contact de Huete. Saubusse ratera une pénalité à 10 mètres en face des poteaux et il reconnaîtra « une grossière erreur à ne plus refaire ».

IMG_20180325_165037

Pour Joel Rey, il faut finir cette saison avec honneur. Crédits : Pierre-Alexandre Carré / cultureSPORT

Au retour, l’agent français veut regonfler ses muscles saillants mais commence à fatiguer sérieusement quand il voit Manuel Ordas (remplaçant de Raphael Lagarde) sortir lui aussi sur blessure, Duputs le troisième ligne sortir sur commotion. Le combat reste âpre et on se réorganise comme on peut avec Saubusse à l’ouverture ; Lacroix au centre, Ducat en deuxième ligne, Schuster en première, Labouyerie au talonnage. Si Bayonne gagne toujours en volume en conquête, et bénéficie du bon rebond sur l’essai de Saubusse suite un maul ou le ballon explose comme un bouchon de champagne.

Ils sont bien à deux doigts de faire échouer sa mission…En effet,les montois sur une dernière possibilité (après un essai de pénalité, une minute auparavant) à la 77′. ils commettent un impensable « passage à vide » suite à une touche dans les cinq mètres. Les locaux tiennent un succès costaud après avoir tant pliés sous les coups de boutoir de Tastet (mauls) ou encore Brethous (grattages) sans compter sur les défaillances de son homologue au secret, James, Mathew James.

L’apothéose pour 117, le grand spectacle, serait-ce dans 10 jours face à Colomiers ?. Aujourd’hui, Hubert est bien seul, mais il se bat , pas pour « la France » non, pour un club, un staff, et des espoirs. Minces,certes mais qui méritent d’être compétitifs « le plus rapidement possible » pour Joel Rey.

Score final : 18-15

Hommes du match : 

+ : Bustos ; Huete ; Tastet ; Lacroix

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

 

Laisser un commentaire