Et « J.J l’amoroso » s’en alla…

RUGBY. Dans un match fermé, le dernier de la saison à domicile, Bayonne s’impose de justesse et sans entrain face à Colomiers. Explications.

La troisième ligne, Jean-Jo Marmouyet qui a passé 19 ans dans son club, l’Aviron Bayonnais est entré seul sur la pelouse, fier, concentré et honoré de porter une dernière fois ce maillot contre Colomiers. Avec cet arrêt du capitaine d’un soir, c’est un pan de l’histoire ciel et blanc qui s’en va et surtout une valeur : la loyauté.

IMG_20180405_131732

Jean-Jo Marmouyet a tiré sa révérence hier. Crédits : Pierre-Alexandre Carré / cultureSPORT

Parce que pour le jeu, il n’y a pas de grandes choses à dire. Ce sont bien les Columérins qui sont entreprenants et les locaux qui agissent en contre quand ils le peuvent. Maxime Lafage montre déjà le chemin en ouvrant le score (0-3, 7e) et la défense est bien en placeface aux percussions solitaires des avants bayonnais ou aux accélérations des ailiers comme Laveau ou Poki côté fermé.  La troisième ligne entière columérine montre la voie (BecoOnambéléBézian). Elle est particulièrement remarquée dans ce domaine.

Une atmosphère indigne d’une fin de saison. Une rareté depuis presque neuf ans.

Dans chaque équipe, c’est une « percussion-une passe » avant d’écarter sur les ailes. Là aussi, les visiteurs trouvent plus rapidement la solution parce que les centres comme Grégoire Maurino, l’arrière comme François Tardieu arrivent lancés pour rendre plus difficile les placages de Bustos-Moyano par exemple. Côté bayonnais, on rend vite le ballon par Lagarde qui cherche les touches ou à dégager son camp… mais son équipe est exposée aux contres. Pourtant, Jaulhac et Huete tentent de défendre debout pour récupérer la possession; Fuster et Laveau jouent au pied dans les intervalles…sans succès. Pire, l’ailier gauche Randall Kamea brisera le « karma » des bayonnais en marquant un essai tout en vitesse à quelques minutes de la mi-temps.

Mi-temps : 3-10

Au retour, les Bayonnais tentent mais bien peu et ils perdent des ballons au contact. François Tardieu relance, percute; Lafage oriente bien le jeu ; Cazenave éjecte bien les ballons. Les locaux ne doivent leur salut quand dans une mêlée retrouvée, une touche propre chapeautée par Marmouyet ou Huete. Ils marqueront trois essais en force (43e, 69e, 80e) et usant du maul à dix mètres de la ligne pour passer devant au score alors que Kamea y allait de son doublé (66e) !

Le tournant : vers la 70e, Bayonne était devant 16-15. Colomiers ratera six points en deux minutes par Cazenave (72e) et Lafage (74e) juste avant que l’essai de pénalité bayonnais soit accordé !

Pour l’honneur, les visiteurs iront chercher un point de bonus défensif au bout du bout du match (83e) par Bézian, là ou coupable d’un mauvais geste Rawaca, l’ailier fidjien sera exclu par un carton rouge.

L’ambiance sur YouTube, les égos dans les tribunes, le club en Fédérale 1 ?

Le coup de chapeau d’hier soir est porté à Thibault Lacroix et Jean-Joseph Marmouyet pour l’ensemble de leur carrière qui déclareront combien « Bayonne est un club spécial pour eux. » Peut-être pas spécial pour tout le monde au regard du départ précipité des supporters des tribunes avant la fin du match alors que Marmouyet lui-même formulait le vœu « qu’elles ne se vident pas avant la fin.« 

Encore un épisode des « Larmes de l’Adour » avec les tribunes clairsemées, les chants anesthésiés, les mots brutaux s’inquiétant de la « mort du club », les bagarres de joueurs habituellement posés (Bustos par deux fois) intriguent et appellent à un sursaut positif, voulu dans la difficulté par Vincent Etcheto. A vos postes, au travail pour que Bayonne (recrute ?) et rugisse encore l’année prochaine en professionnel ou… ailleurs.

Score final : 23-22

Hommes du match

++ : Lafage ; Kamea ; Bézian ; Béco , Van Lill , Onambélé
+ : Marmouyet ; Perez ; Huete

Par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Laisser un commentaire