Les Bernard du sport 2011

Après les « Gérard de la télévision » et les « Gérard du cinéma » (inventés par Fred Royer, Arnaud Demanche et Stéphane Rose), nous mettons en place les « Bernard du sport ». L’édition 2010 ayant rencontré le succès que nous espérions, le trophée est remis en jeu en 2011. Pour rappel, le but de cette « compétition » est de célébrer une frasque, une phrase, une bourde de la saison sportive écoulée.

1. Rafael Nadal, victime de crampes, est passé sous le bureau lors d’une conférence de presse lors de l’US Open.

2. Craig Joubert, pour la finale Nouvelle-Zélande/France qu’il a arbitré comme un sagouin. Il mérite vraiment de repartir faire ses classes dans l’arbitrage.

3. Le conducteur de la fameuse voiture, non pas suiveuse mais faucheuse de France Télévisions, qui a fait lourdement chuter Johnny Hoogerland et Juan-Antonio Flecha pendant le Tour de France.

4. Ultra favori de la finale des Mondiaux, en quête d’une énième victoire sur cent mètres et d’une nouvelle médaille d’or, Usain Bolt a quand même réussi à se saborder avec un faux-départ, malgré l’absence de pléthore de favoris.

5. Comme l’an dernier, nous avons une petite pensée pour les Français champions du Monde de pétanque et ce pour la dixième fois de suite. Une décennie de domination sans partage et personne n’en touche un mot…

6. Honorons le magnifique bronzage cycliste de Thomas Lovkvist. En fait, honorons le bronzage cycliste tout court. Celui de tous les coureurs cyclistes pros comme amateurs. (image prise lors de la treizième étape du Tour de France)

7. Gennaro Gattuso, le seul homme au monde a avoir vu en quadruple pendant qu’il jouait au football. L’Italien aurait même aperçu «sept Ibrahimovic sur le terrain» ! Un juste retour de ses interventions souvent rugueuses ?

8. Parce que Imanol ne peut pas se défendre seul sur un terrain, Lucien Harinordoquy débarque sur le terrain d’Aguiléra pour voler au secours son fils lors du derby Basque.

9. Le régime sans gluten de Novak Djokovic lui a permis, en partie, de devenir numéro un mondial et de réaliser un petit chelem. Finalement, pas besoin de dopage.

10. Au Tour de France, Alberto Contador avait perdu d’entrée de jeu une minute et vingt secondes sur ses rivaux. La faute à qui ? A un jeune garçon, qui par mégarde, a fait chuter une grande partie du peloton.

11. Grenoble est descendu en National (même en CFA 2 pour problèmes financiers) avec un Stade des Alpes magnifique et flambant neuf. Et dire qu’ils étaient en Ligue 1 en 2010 !

12. Lock-out oblige, Boris Diaw est passé de la NBA à la deuxième division Française.

13. Cesar Cielo est devenu non pas champion du Monde, mais double champion du Monde de natation cet été à Shanghai. Et dire qu’il aurait dû être suspendu pour dopage… Profiteur !

14. «Kelly Slater est champion du Monde de surf pour la onzième fois de sa carrière !» Ahh non mince, y’a eu une erreur de calcul de la part des organisateurs… (il a été sacré une semaine plus tard)

15. L’équipe de France arrive à aller jusqu’en finale de la Coupe du Monde de rugby en ayant perdu deux matchs en poules, dont un contre le Tonga. Ca fait tache.

16. Riccardo Ricco n’avait pas compris que le temps des transfusions sanguines était révolu ! Il a même failli en mourir tellement il ne savait pas le faire. Après l’EPO Cera, il a fait un bon en arrière question dopage. Carrière définitivement stoppée.

17. Après Jo-Wilfried Tsonga qui enchaîne les Kinder Bueno, c’est autour d’un autre grand nom du sport Français actuel qui est le héro d’une publicité : Tony Parker pour… Toupargel. Ahh d’accord, cette marque voulait que l’on parle d’elle. C’est fait.

18. Thor Hushovd, détenteur de la tunique arc-en-ciel de champion du Monde, a porté le maillot blanc à pois rouges lors du chrono par équipes. A l’arrivée, il enfilera le maillot Jaune… alors que c’est un sprinteur qui devrait normalement revêtir le maillot vert. Vous avez suivi ?

19. Hommage au chronomètre des Mondiaux de natation, qui, ne décomptant pas les centièmes de secondes, a offert deux titres de champions du Monde d’un coup à deux Français (Camille Lacourt et Jérémy Stravius). En plus, il n’y avait jamais eu de Français homme en or lors de Mondiaux…

20. Parce qu’on ne pouvait pas terminer cette deuxième édition des Bernard du Sport sans nommer… la moustache de Marc Lièvremont.