Pour le BO, une dose de vaillance bretonne bienvenue avant la reprise

RUGBY. Ce lundi 15 août, pour les 5 321 spectateurs du Stade Aguiléra était une journée idéale. Ce fut l’occasion pour l’équipe du Biarritz Olympique de recevoir l’un des promus de cette Pro D2 saison 16-17, Vannes. Les Biarrots, non sans avoir été inquiétés, s’imposent finalement 17-14 au terme d’un match saccadé.

35 degrés sous le soleil exactement et sous les casques, en surchauffe. Vannes, l’attraction bretonne de cette nouvelle saison de Pro D2 l’avait écrit noir sur blanc comme le drapeau de leur région sur leurs maillots : « Pas à Biarritz, pour faire du tourisme. » Il n’y avait qu’à constater l’afflux conséquent de supporters venus encourager leur équipe. Du côté des blancs et rouge, l’important est « de passer la surmultipliée » après deux autres rencontres amicales perdues contre Dax (26-17) et l’UBB (24-47).

– A 19h, le coup d’envoi est donné –  Yohan Le Bourhis dans son rôle d’ouvreur hier, tape le premier coup de pied haut et profond flirtant avec la ligne des 22m de Vannes leur offrant une bonne touche. David Roumieu, talonneur, sollicité son deuxième bloc de saut avec un ballon capté par le numéro 4, Léo Bastien.

Les Vannetais, eux, défendent ardemment leur ligne mais se mettent à la faute, offrant à Le Bourhis l’opportunité d’une nouvelle touche dans les 22m, infructueuse sur un lancer approximatif biarrot.

Durant cette première période, une vraie « bataille des rucks » a été mise en place par les deux équipes. L’objectif pour les Biarrots est de créer un point de fixation au centre du terrain avec les percussions répétées de Roumieu, talonneur, Bertrand Guiry, troisième ligne aile, et Filipe Manu, numéro 8. Ensuite, la défense bretonne consommée en masse dans le regroupement ne peut plus défendre sur les sorties de balle rapides d’Alexandre Loustaunau, demi de mêlée venu de Mauléon qui alerte Le Bourhis pour décaler ensuite, les centres Théo Dachary et Charles Gimenez et donner l’impulsion à une course rentrante de Robinson Caire, ailier droit, qui arrive à avancer de quelques mètres sans casser nettement les placages de ses vis-à-vis.

14030796_10210070963988838_705579941_n

Sans quelques fautes de mains préjudiciables, le Biarritz Olympique aurait pu mettre beaucoup de vitesse dans son jeu. Au lieu de ça, ce sont de nombreuses mêlées qui sont ordonnées par l’arbitre et les Bretons ont pu encore une fois de plus faire démonstration de leur puissance. Il est souvent répété que l’importance d’un bon pack est cruciale pour un championnat aussi physique que la Pro D2… Et ce sont les Vannetais qui poussent bien dans l’axe et inversent même les poussées pour obtenir le droit de sortir de leurs 22m.

Les Vannetais ont pu surprendre et faire étalage de leur puissance en mêlée

Ils ont pu compter aussi sur une très bonne prestation de leur demi d’ouverture venu de Nouvelle-Zélande, Ashley Moeke pour faire jouer ses centres, franchir seul et se donner de l’air au pied. Le Bourhis s’est souvent heurté à la défense rugueuse des troisièmes lignes bretons en voulant y aller seul. Malgré tout, au gré des pénalités, les deux ouvreurs se sont appliqués à trouver de bons angles pour des touches entre les 40 et les 22m de chaque camp.

Une touche sauvée par le numéro 11, Ximun Lucu, transfuge de Mont-de Marsan, permet de mettre en lumière l’arrière biarrot Kylan Hamdaoui adepte lui de crochets courts en relançant intelligemment depuis ses 22, dans la zone où se trouvent les avants bretons pour casser les placages. Il est auteur de deux franchissements nets en première mi-temps (+1 en deuxième) se proposant souvent de la ligne pour aider la paire Dachary-Gimenez et en solution supplémentaire Caire. Les triangles offensifs : Lucu, Caire, Le Bourhis ; Lucu, Gimenez, Caire ; Hamdaoui, Dachary, Caire ont été très actifs pour ramener vite le jeu dans les 30 mètres vannetais. De longues séquences de jeu au près ou le numéro 8 Filipe Manu monopolise à lui seul trois défenseurs permettent de provoquer des fautes, certains défenseurs ne se sortent pas volontairement de la zone de regroupement, gênant les sorties de balle.

DSC01380

Les centres, les ailiers, l’arrière avec l’appui de l’ouvreur côté biarrot ont été très actifs

Le problème récurrent des fautes de mains prend une autre dimension et met Vannes en confiance qui relance une fois avec vaillance depuis ses 22 mètres. Moeke, toujours, permet de faire jouer avec vitesse et justesse l’imposant centre canadien Conor Trainor et l’ailier gauche Pacôme Gougeon en débordement. Ensuite, Clément Payen, le demi de mêlée extirpe vite la balle et c’est Moeke qui perce seul. Les prises de risques sont souvent venues du côté droit, le long de la ligne des 40m. A la 17ème, après une perte de balle de Caire, Trainor décide de jouer au pied pour lui-même puis de servir Anthony Bouthier l’arrière malheureusement une incompréhension avec Gougeon, dangereux sur son aile gauche,termine l’action à la 20ème.

Conor Trainor, un centre au gros impact physique, auteur de deux bonnes montées défensives qui ont coupé les extérieurs biarrots

A la 23ème minute, à la suite de percussions auprès du centre Kévin Burgaud et Vosawai Ratu, c’est le seconde ligne Ruchan Van Jaarsveld qui part à l’essai qui est transformé par Moeke (0-7). La très bonne défense au près de la part de Vannes. Leeroy Cloostermans, le talonneur a été omniprésent sur la zone dite de « contest ». Une autre force s’est vite dégagée : la constitution des mauls très bien dirigée par l’enfant du club et numéro 6 François Bourdrel. Trois fautes consécutives pour maul écroulé volontairement ont été sifflées contre les Biarrots.

A la 29ème minute, c’est l’ailier gauche Ximun Lucu qui est à la conclusion d’une belle percée crée par Hamdaoui, le long de ligne des 22 à gauche du terrain. Le Biarritz Olympique égalise à 7-7.

Kylan Hamdaoui, l’arrière biarrot a été le plus en vue, un essai amené, 3 franchissements nets

A mesure que le temps passe, l’ouvreur Le Bourhis n’attaque plus la ligne et décide d’occuper le terrain par ses coups de pied dans l’axe (1) ou de trouver la touche (3), des prises de décision à double tranchant qui amène le numéro 15 Bouthier à répliquer d’un bon coup de pied dans les 35m biarrots. Les ballons de contre-attaque ont été mal récompensés par deux fois par les Vannetais, soit par une chandelle trop profonde du même Bouthier soit par le seul échec du soir de l’expérimenté Moeke sur la ligne des 43m biarrots.

– A la mi-temps, le score est de parité 7-7 – L’ardeur des Bretons à fait face à la bonne volonté des Biarrots de prendre des initiatives notamment par leurs triangles offensifs et leurs blocs de saut Edwin HewittBastien et Guiry en touche.

Dès l’entame de la première mi-temps, vers la 43ème minute, un coup de pied de Le Bourhis redonne l’avantage aux Biarrots (10-7) avant que le centre Dachary ne soit à la conclusion d’un petit coup de pied par-dessus dans les 22 mètres vannetais ou Hamdaoui avait suivi à la lutte avec Bouthier (17-7 à la 49ème). Pour Vannes qui a décidé de faire sortir Moeke peu avant la 53ème minute de jeu pour être remplacé par Bautista Guemes – ouvreur argentin venu d’Agen – les choses semblent encore s’améliorer (1 transformation) pour un nouvel essai du numéro 5 Vannetais (17-14 à la 58ème).

DSC01382

Pour les Biarrots, il faut corriger ces fautes de mains qui annihilent tant de bonnes actions

La deuxième mi-temps a un rythme plus saccadé que la première ou chaque camp décide de faire un judicieux mélange d’expérience et de jeunesse. Aux alentours de la 60ème, Fabien Fortassin – ouvreur passé par Carcassonne – a lui aussi pour consigne d’occuper le terrain d’un long jeu au pied. Xan Etcheverry, le demi de mêlée espoir, a fait aussi parler sa vitesse lors des sorties de balle, son envie stoppée parfois, par des fautes mains. De l’autre côté, le demi de mêlée Luix Roussarie, – ex-biarrot – et adepte de gros challenges rugbystiques en signant à Tarbes (45 points l’an passé) puis rejoignant le promu breton était de retour sur une pelouse qu’il connait bien. Sa dynamique, son organisation autour des zones de rucks a été intéressante en essayant de contourner la défense (1), de lancer plein fer son numéro 12 (1) et de feinter le coup de pied par-dessus pour partir côté fermé (1), il peut apporter aussi son expérience du jeu au pied pour la saison à venir.

– 76ème minute – Ils exploitent la même stratégie qu’en première mi-temps. Ils tentent d’insister au près, les Biarrots les mettant, cette fois-ci sur le reculoir. C’est donc par le biais de mauls et du harangueur troisième ligne Garcia Veiga qu’il tente de partir à l’essai, c’est peine perdue.  Sur une dernière mêlée à la 79ème, Etcheverry dégage en touche.

Le Biarritz Olympique remporte son 3ème match amical avant de recevoir Narbonne, tandis que Vannes s’incline pour la deuxième fois après Carcassonne (24-19) sans avoir à rougir et s’ouvre ainsi de belles perspectives en recevant Montauban. Qui a dit que le bon air breton n’était pas bon pour la concentration du début de saison ?

Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)
Crédits photos : Pierre-Alexandre Carré/cultureSPORT

Laisser un commentaire