Athlétisme Interviews

Paroles de runner #2 : Marine Vax

Les professionnels ne sont pas les seuls à prendre le départ de marathons. Des amateurs acceptent eux aussi de relever le défi et d’endurer les mêmes souffrances. Pour mettre en lumière leur dévouement et leur courage, nous avons lancé « Paroles de runner ». Aujourd’hui, deuxième épisode avec Marine Vax, 21 ans, coureuse de Vitré (Bretagne).

cultureSPORT : Depuis quand pratiques-tu la course à pied ?

Marine Vax : J’ai toujours plus ou moins couru en parallèle des sports que je faisais mais je m’y suis consacrée à fond et entièrement depuis février 2018.

J’aime la fatigue que l’on ressent après un bon entraînement.

Marine Vax
Crédit photo : archives personnelles de Marine Vax.

cultureSPORT : Qu’aimes-tu dans cette discipline ?

Marine Vax : J’adore le fait de n’avoir aucune contrainte ! J’y vais quand je veux, quand je peux, n’importe où, seule ou accompagnée. J’aime le fait que ce soit accessible à tout le monde ! J’aime aussi le fait qu’on puisse évoluer constamment, que ce soit physiquement ou mentalement, qu’on apprenne à se connaître davantage à chaque épreuve ! Pour finir, j’aime la fatigue que l’on ressent après un bon entraînement. 

cultureSPORT : Quelle est la fréquence de tes entraînements ?

Marine Vax : Elle varie en fonction de ce que je prépare, de la météo mais aussi des cours, puisque je suis encore étudiante. Mais globalement, j’essaye de maintenir un rythme de quatre séances par semaine (cinq lors des préparations semi ou marathon).

cultureSPORT : Justement, comment te prépares-tu avant de telles échéances ?

Marine Vax : La préparation d’un semi ou d’un marathon est à peu près la même. Ce qui varie, c’est la distance ou la durée des entraînements. On maintient un rythme de quatre voire cinq entraînements par semaine en ayant des séances de fractionné, des sorties longues, des côtes etc… Le repos est essentiel et l’hygiène de vie fait partie de la préparation aussi. 

J’avais besoin de réussir une épreuve, d’aller au bout de moi-même.

Marine Vax

cultureSPORT : Que recherches-tu dans ce genre d’épreuves ?

Marine Vax : Je me suis inscrite au marathon de Paris après seulement deux mois de course à pied (de manière régulière). Comme j’avais échoué en PACES (NLDR : première année commune aux études de santé), j’avais besoin de réussir une épreuve, d’aller au bout de moi-même, d’avoir un objectif concret, quelque chose qui m’anime. Je voulais me prouver que j’en étais capable. Je voulais me dépasser.

Crédit photo : archives personnelles de Marine Vax.

cultureSPORT : Qu’as-tu ressenti lors de tes deux marathons, tant émotionnellement que physiquement ?

Marine Vax : Finalement je n’ai pas couru Amsterdam. Je me suis blessée en mai. Mon organisation a été compromise et j’ai préféré rester sur le bonheur que fut Paris plutôt qu’une potentielle déception à Amsterdam. Paris a été une course incroyable. Les conditions climatiques étaient hyper favorables. Mentalement j’étais plus que prête, les jambes étaient là. J’ai vraiment passé 3h50 de pur bonheur (même dans les derniers kilomètres). Tout était si simple, les kilomètres défilaient aisément et rapidement. J’étais poussée par le fait de savoir mon meilleur copain était dans la même situation devant moi. La satisfaction de passer la ligne, la fierté de la passer en moins de quatre heures… C’était indescriptible !

cultureSPORT : Quels sont tes prochains objectifs ?

Marine Vax : Aujourd’hui je suis concentrée sur le dix kilomètres. J’aimerais passer sous la barre des quarante-cinq minutes. A partir de janvier, je vais préparer le semi-marathon de Paris puis un triathlon à partir d’avril ! J’ai envie de varier les plaisirs ! On verra pour un deuxième marathon au début de l’automne 2020…

Peu importe l’allure, on est tous dans le même bateau.

Marine Vax

Crédit photo : archives personnelles de Marine Vax.

cultureSPORT : Le fait que pros et amateurs se côtoient est quelque chose qui te plaît ?

Marine Vax : Ce qui est merveilleux dans ce sport, c’est que peu importe l’allure, on est tous dans le même bateau. Les « pros » que j’ai pu côtoyer sont toujours les premiers à donner des conseils, à encourager, à applaudir et à me soutenir dans mes projets même si mon objectif correspond à un de leur footing tranquille ! Chacun court à son rythme de toute manière. On finit toujours pas se retrouver à l’arrivée !

cultureSPORT : Que penses-tu des performances réalisées par Eliud Kipchoge ?

Marine Vax : Kipchoge a réalisé une course incroyable. Il a ouvert le SAS en moins de deux heures de manière magnifique avec un rythme de course et une allure parfaite ! On entend beaucoup de gens dire qu’avec de telles conditions il le ferait forcément, mais il n’empêche qu’il fallait maintenir cette allure. Ses jambes ont déroulé à 21 km/h pendant 42,195 km… C’est impressionnant. C’est un des meilleurs dans cette discipline. 

cultureSPORT : Quel athlète amateur aimerais-tu que cultureSPORT interviewe ?

Marine Vax : Je pense que n’importe quel athlète a une anecdote ou une expérience à raconter qui permettra aux autres d’apprendre quelque chose de nouveau… J’aimerais beaucoup lire les ressentis du coureur rennais Hamza El Ouardi, si on peut encore le considérer comme amateur…

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgreno)

0 comments on “Paroles de runner #2 : Marine Vax

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :