Tour de France : Tops/Flops #5

LES TOPS

André Greipel : C’est le deuxième meilleur sprinteur du monde. Il a confirmé son statut aujourd’hui à Rouen. Mark Cavendish écarté du sprint final à cause d’une chute provoquée à plus de 2,5 kilomètres, l’Allemand, aux avants-postes, était LE grand favori pour la victoire d’étape. Le gorille, passé à côté du premier emballage massif à Tournai, s’est mis à grogner une fois passé la ligne d’arrivée en vainqueur. C’est son deuxième bouquet sur la Grande Boucle après celui obtenu l’an passé… devant le Cav’ cette fois. La Lotto a décroché le gros lot.

Fabian Cancellara : Oui, on le met quasiment après chaque étape. Mais cette fois, le Suisse va entrer une nouvelle fois dans l’histoire du Tour. En 2004, pour sa première participation et premiers tours de roues, il décroche le prologue et par le même coup, le Maillot Jaune. Samedi, il remportait pour la cinquième fois un contre-la-montre inaugural, égalant ainsi Bernard Hinault. Demain, il égalera un autre grand champion cycliste en la personne de René Vietto. Spartacus va porter ce magnifique Maillot Jaune, rempli d’histoire et de symboles, pour la vingt-sixième fois de sa carrière. Vendredi, si il parvient à conserver son bien, il deviendra le coureur ayant porté le plus le Maillot Jaune sans avoir gagné le Tour. A l’arrivée, Cancellara a déclaré que «gagner, c’est quelque chose. Faire l’histoire, c’est encore plus grand. Avoir mon nom dedans, c’est un grand honneur. Ca reste pour la vie.»

Europcar : Quatre étapes en ligne… quatre échappées. C’est la seule équipe engagée sur le Tour qui a placé un de ses coureurs à l’avant. En plus d’avoir réalisé ce petit « exploit », elle a remporté par le biais de Yohann Gène (dimanche), Christophe Kern (lundi), Yukiya Arashiro (aujourd’hui), trois sprints intermédiaires. Hier, elle a connu sa plus mauvaise place dans ces différents points chauds. Giovanni Bernaudeau s’est classé… deuxième.

LES FLOPS

Robert Hunter : C’est « à cause » de lui que le porteur du maillot arc-en-ciel n’a pu jouer crânement sa chance lors du sprint. En tombant, malencontreusement sur le bitume, il a condamné Cavendish (photo ci-dessus), qui a lui aussi goûté aux joies du goudron. On dit aussi que le champion d’Afrique du Sud avait eu les oreilles qui ont chauffé à l’arrivée, réprimandé par le Team Sky, qui connaît une période difficile, après l’abandon hier d’un des lieutenants de Wiggins, Kanstantsin Siutsou et la perte de temps de Chris Froome, qui pouvait jouer une bonne place au général, après sa deuxième place à la Vuelta 2011.

Michael Morkov : Quoi ? Il n’était pas échappé aujourd’hui ? C’est pas possible ! Y’avait quatre côtes de quatrième catégories pourtant ! Le Danois aurait pu ajouter quatre points supplémentaires à son pécule. Il serait passé à treize du coup ! Mince… Demain on va pas le revoir non plus alors, puisqu’il n’y a aucune bosse… Michael, t’as pas assuré.

Peter Sagan : Non ! Lui non plus n’a pas gagné aujourd’hui… C’est pas possible… Tourminator n’a fait que cinquième aujourd’hui ? C’est malheureux… Mais il consolide tout de même son maillot vert. Il fallait bien quelque chose de bien pour Peter !

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac’ @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l’UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Laisser un commentaire