Rugby

Pierre Cacareigt à jamais dans les coeurs des filles de l’AS Bayonne

Ce dimanche 1er décembre, les Neskak disputeront leur premier match sans Pierre Cacareigt. Fervent supporter du rugby féminin, l’emblématique dirigeant de l’ASB s’est éteint le 20 novembre dernier, à l’âge de 79 ans. Cette figure de la rive droite bayonnaise laisse « un grand vide ». « L’âme de tout un club est partie. »

Crédit photo : Frédéric Filali/ville de Bayonne

Lauriane Lissar, capitaine et trois-quarts centre/arrière

« Un grand monsieur nous a quittés. Il laisse un gros vide en chacun de nous mais aussi tellement de souvenirs. Il aura marqué ma vie par sa passion et son amour pour ce club. Son club. Il a toujours été fier de tous les joueurs qui ont pu porter, ne serait-ce qu’un jour, les couleurs de l’ASB. J’ai adoré ces dimanches de matchs à domicile. Lorsque nous sortions des vestiaires, il était toujours à la porte pour nous dire : « je suis tellement fier de vous, vous portez fièrement les couleurs de la Battite ». À chaque sélection, j’avais le droit à un coup de fil bref et efficace de sa part pour me faire partager sa joie immense que l’on puisse représenter son club au niveau international. Je suis tellement honorée d’avoir pu partager ces moments avec lui, d’avoir pu croiser sa route. Pierrot continue à veiller sur nous comme tu sais si bien le faire et de nous encourager de là où tu es. J’espère qu’on continuera longtemps encore à te rendre si fier. »

Jessica Alves, ailière/trois-quarts centre

« Il était tellement présent pour le club qu’on le pensait indestructible ! La vie en a décidé autrement. Mais il fut là jusqu’au bout. Je me souviens qu’il a forcé la main des médecins pour sortir de convalescence exprès pour venir assister à notre quart de finale contre Romagnat la saison dernière ! Quand il était là, on ne pouvait pas le rater ! C’était surtout un dirigeant qui avait pris conscience de certaines choses beaucoup plus tôt que d’autres comme l’importance des bonnes relations avec les autres clubs et les arbitres, l’essor du rugby féminin… C’est grâce à lui que nous en sommes là aujourd’hui. Ses dernières volontés annoncées par sa fille aux obsèques (NDLR : à l’attention du maire « des tribunes couvertes pour le stade » ; à l’attention du club « que les filles de l’ASB restent à l’ASB ») illustrent bien le personnage. Cela nous a beaucoup touchées ! »

Maya Lespielle, talonneuse

« Il donnait beaucoup à tout le monde. Surtout à ceux qui en avaient le plus besoin. Et c’était les filles, parce qu’il y avait vraiment un écart avec les garçons. Il a voulu beaucoup les aider, se battre pour elles. Il a réussi. Si on en est là aujourd’hui, c’est grâce à lui. Qu’on soit là depuis toute petite ou qu’on arrive maintenant, je trouve cela important de savoir d’où l’on vient mais aussi tout ce qu’il a pu amener pour nous. Maintenant, l’idée est de lui rendre hommage. Mais pas uniquement sur un seul match. Sur toute une voire même plusieurs saisons. On va essayer de réaliser ses souhaits les plus chers : de vraiment garder les filles à l’ASB, d’augmenter notre niveau de jeu et de jouer pour l’amour du club. Comme il disait, l’important est de servir le club et non pas de se servir. »

Valérie Manchot, dirigeante

« Pierre a beaucoup cru au rugby féminin. Il nous a beaucoup encouragées. Selon les dires de sa fille, qui a pris la parole à la fin de la cérémonie, le souhait de son papa est que les filles de l’ASB restent à l’ASB. C’est quelque chose de fort. C’est l’âme de tout un club qui est partie. C’est la vie, c’est comme ça. On va avancer en ayant toujours sa voix et ses encouragements en tête, même s’il ne sera plus derrière la main courante. Cela fait plus de vingt ans que je suis au club et que je le côtoyais. Avec de tels personnages, mythiques et emblématiques, on ne peut qu’aller de l’avant. J’espère qu’il sera entendu : que nos tribunes auront un toit et que les filles resteront rive droite. »

Jean-Matthieu Alcalde, coach

« On a perdu un grand dirigeant. C’est quelqu’un qui était passionné par le club et particulièrement par les filles. Il les adorait et a tout fait pour qu’elles soient à ce niveau ainsi que dans de superbes conditions. Il venait souvent voir leurs matchs. Il regardait et on l’entendait quelques fois. Quand il parlait, il avait les mots justes. Il pouvait vite faire resurgir des émotions. J’appréciais beaucoup cet homme. Je pense qu’elles vont avoir envie de lui rendre hommage en faisait un bon match ce week-end. En plus d’être particulière, nous allons devoir jouer une rencontre importante contre Grenoble, qui peut aussi se qualifier pour les phases finales. Ce dimanche, on va essayer de retrouver le sourire, que tout le monde a perdu depuis lundi, en essayant de lui offrir une belle victoire. On se doit de montrer un beau visage de l’ASB. » 

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgreno), le mercredi 27 novembre 2019. Crédit photo de la une : page Facebook des Baionako Neskak.

0 comments on “Pierre Cacareigt à jamais dans les coeurs des filles de l’AS Bayonne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :