Tour de France : Tops/Flops #15

LES TOPS

Luis Leon Sanchez : Et de quatre  pour l’Espagnol ! Après Aurillac 2008, Saint Girons 2009, et Saint Flour 2009, le coureur de la Rabobank lève une quatrième fois les bras sur le Tour aujourd’hui, à Foix. Et c’est encore une fois en partant dans une échappée qu’il a réussi à s’imposer. Et pourtant ce n’était pas gagné d’avance puisque concernant le groupe qui s’était détaché, on pouvait parler d’échappée royale avec des coureurs de grand talent (Casar, Gilbert, Sagan et Izaguirre). Mais en attaquant à 10 kilomètres de l’arrivée, Sanchez a surpris tout le monde en attaquant. Derrière lui, le groupe est désorganisé, car ses membres ne souhaitent pas amener Sagan au sprint. Et au final, l’homme seul triomphe sans oublier de dédier son succès à son frère disparu en 2005. Un succès qui redonne des couleurs aux oranges de la Rabobank, qui faisaient un Tour très décevant jusqu’à présent (plus que 4 coureurs présents)

Peter Sagan : Et oui, encore une bonne opération dans cette étape pour le maillot vert. Parti une nouvelle fois dans l’échappée du jour, le Slovaque a pris 37 points sur cette étape, grâce à sa victoire lors su sprint intermédiaire et à sa deuxième place à l’arrivée. Il compte désormais 97 points d’avance sur Greipel, et est quasiment assuré de ramener son maillot à Paris. Lauréat du prix de la combativité, il aurait pu également remporter sa quatrième victoire d’étape, puisqu’il était le plus rapide du groupe. Mais malheureusement pour lui, suite à l’attaque de Sanchez, ses compagnons d’échappée n’ont pas relayé franchement, par peur d’être devancé au sprint par le Slovaque. Mais, en réussissant à passer deux cols de première catégorie avec des grimpeurs, Sagan a peut-être encore montré une nouvelle facette de son immense potentiel.

LE FLOP

Les clous : Alors oui, chacun y a été de son jeu de mot. Entre les « Punaise ! Quelle étape », les « clou du spectacle », ou encore les commentaires sur une étape qui « ne valait pas un clou », on peut dire qu’on a assisté à une journée de l’humour sur le Tour. Malheureusement, les spectateurs idiots pensaient probablement en avoir, de l’humour, en plaçant des clous dans la fin du mur de Péguère et au début de la descente. Résultat 32 crevaisons, dont 3 pour Cadel Evans. Scène cocasse, en voyant l’Australien attendre un coéquipier altruiste au sommet du col. Finalement, Bradley Wiggins s’est comporté en patron et a fait attendre le peloton, Pierre Rolland qui avait attaqué, un peu au mépris des codes, s’est relevé, et tout est rentré dans l’ordre. Donc, en résumé, un clou pour rien !

Laisser un commentaire