Vuelta : en route vers l’extrême (partie 4/4)

Le temps passe vite. Le Tour de France reste fraîchement dans nos souvenirs et les Jeux Olympiques viennent à peine de prendre fin. La saison cycliste aborde déjà la dernière partie de la saison. La Vuelta approche à grand pas. Cette année, les organisateurs ont concocté un menu extrêmement montagneux avec une dizaine d’arrivées en altitude. Beaucoup de stars veulent s’y aventurer dont Alberto Contador et Chris Froome. Culture Sport vous présente le dernier volet des principales têtes d’affiches de ce qui pourrait bien être l’un des plus beaux grands tours de l’Histoire !

Thomas De Gendt

Thomas De Gendt : En lune de miel

La Belgique cherchait en Van Den Broeck, Vanendert, et Monfort un successeur à Lucien Van Impe, dernier Belge à s’être imposé dans un grand tour. Or, c’est Thomas De Gendt qui a véritablement franchi un palier en terminant sur le podium du Giro en mai dernier. Cet attaquant né possède un talent inestimable. Son succès sur la Flèche Brabançonne en 2009 laissait prédire un avenir dans les classiques. Mais depuis son arrivée au sein de la Vacansoleil, le natif de Sint-Niklaas s’est découvert d’autres qualités. Sur le Tour 2011 dans l’Alpe d’Huez, il termine sixième, aux côtés des meilleurs. Le lendemain à Grenoble, il prend une fantastique quatrième place dans un chrono long de quarante kilomètres. Ces résultats de troisième semaine témoignent également d’une grande faculté de récupération. Sur le récent Giro, il visait modestement le top 10, mais son instinct d’attaquant l’a poussé à l’offensive sur l’étape reine. Il passe le Mortirolo en tête avant de conserver son écart au sommet du Stelvio. Toujours aussi performant dans les chronos de fin d’épreuve, il termine troisième à Milan. Le revoici à l’œuvre, après un repos bien mérité en juillet. Et pour cause, il s’est marié ! De Gendt aimerait bien offrir à son épouse un gros bouquet de fleur le neuf septembre à Madrid…

Maxime Monfort

Les outsiders : Monfort peut-il rééditer l’exploit ?

Il était la surprise de l’édition précédente : Maxime Monfort avait réalisé une Vuelta régulière, conclue à une merveilleuse sixième place. Cette année, RadioShack lui fait confiance pour rééditer pareil performance. Mais sera-t-il du même niveau après un Tour de France épuisant et une concurrence plus relevée ? Du côté de chez Garmin, Vaughters laisse carte blanche à Le Mével. Lequel profitera enfin d’un rôle important au sein de la formation américaine. Le Français devra toutefois faire de la place à son jeune équipier Talansky qui fût particulièrement bon sur le Tour de l’Ain. De retour de maladie, Arnold Jeannesson retrouve les grands tours après son excellent Tour de France 2011. De l’autre côté des Alpes, pas de Scarponi, ni de Nibali pour représenter l’Italie mais bien Cunego. Lequel n’a plus gagné d’étape sur une épreuve de trois semaines depuis la Vuelta 2009. Autre Transalpin, Cataldo défendra les couleurs d’Omega Pharma. Enfin, Pieter Weening, inexistant sur le Tour après un bon Dauphiné aura l’occasion de se refaire au sein de la formation Orica.

Nacer Bouhanni

Les sprinteurs : la plus petite part du gâteau

La Vuelta n’a jamais été un tour pour les sprinteurs. La géologie du terrain offre rarement des étapes de plaine. En tout, une demi-douzaine d’opportunités s’offrent aux quelques spécialistes de l’emballage massif. Parmi eux, ne chercher pas les Cavendish, Greipel, Kittel, et autre Sagan qui ont bataillé sur la Grande Boucle. C’est l’occasion pour certains d’ajouter une étape du Tour d’Espagne dans leur palmarès. Bouhanni a franchi un cap cette saison. La FDJ lui laisse le champ libre en gardant Démare à la maison. Son principal adversaire sera certainement Degenkolb qui sera le leader d’Argos durant l’épreuve. Il trouve ainsi un bon moyen d’oublier sa non-sélection sur le Tour de France. Viviani, Rojas, Breschel, voire Bennati peuvent également y croire. Encore faut-il que leur formation soit du même avis et prennent les échappées en chasse…

About Julien Detroz

Conseiller de rédaction Culture Sport
Journaliste Culture Sport cyclisme
Journaliste en cyclisme Sudpresse
Journaliste sportif La Meuse Namur
Journaliste sportif MAtélé

Facebook: Julien Detroz
Twitter: @juliendetroz

Admirateur de Rodrigo Beenkens. Affamé de sport et fervent suiveur du cyclisme. Journaliste qui n’hésite pas à mouiller le maillot, sur un vélo. Croque la vie à pleine dent.

« Fais de ta vie un rêve et d’un rêve, une réalité. »

Laisser un commentaire