Grand Prix de Corée du Sud : le baromètre

Un 4X4 sur la piste, des pneus avant détruits, une monoplace qui brûle : à la fin c’est toujours Vettel qui gagne !

Culture Sport Sebastian Vettel Corée

En hausse

Nico Hülkenberg (Sauber) 
Décidément, la Sauber C32 à moteur Ferrari est en verve sur les tracés rapides ! Après une cinquième place à Monza le mois dernier, Nico Hülkenberg a grappillé une position à Yeongam pour finir au pied du podium. Le jeune Allemand a réussi l’authentique performance de contenir les assauts de champions du monde tels que Lewis Hamilton (Mercedes-AMG) ou Fernando Alonso (Ferrari). Les statistiques le prouvent : durant les essais, Nico était l’homme le plus véloce dans le premier secteur. Le dimanche a confirmé les espoirs placés en lui. En effet, durant la majeure partie de l’épreuve, le détenteur de la pole position au Brésil en 2010 a joué avec ses adversaires dans les lignes droites. L’excellente motricité de sa monoplace, alliée à une importante vitesse de pointe l’a bien aidé. Hülkenberg pouvait brandir le poing sitôt la ligne franchie ; il vient de marquer de gros points, non seulement au classement général (11ème), mais aussi pour l’obtention d’un baquet chez Lotus ! L’équipe anglaise devrait selon toute vraisemblance choisir entre Massa et Hülkenberg l’équipier de Grosjean en 2014.

Kimi Räikkönen (Lotus) 
On le pensait défaitiste après le dernier GP européen, mais rassurez-vous : Iceman est de retour ! Comme à Singapour deux semaines auparavant, Kimi a parfaitement redressé la barre après une qualification passable (neuvième). Cependant, tout ne fut pas parfait pour le Finlandais, loin de là. Son début de course était assez discret ; bloqué par Alonso, il décida de passer par les stands au vingt-sixième passage. Une stratégie extrêmement payante par la suite, puisqu’il profita de l’intervention de la voiture de sécurité pour monter sur le podium provisoire. Au restart, le champion du monde 2007 a su profiter d’une erreur de son équipier et néanmoins rival Romain Grosjean pour le dépasser autoritairement. Sebastian Vettel (Red Bull) étant intouchable ce dimanche, Räikkönen s’est contenté de ramener la Lotus E21 au parc fermé en bon état. Ce nouveau podium lui permet de distancer Hamilton de six points au classement des pilotes, le voilà désormais à la poursuite d’Alonso.

En baisse

L’équipe Mercedes-AMG 
Que s’est-il passé pour Lewis Hamilton ? Alors qu’il se bagarrait avec Grosjean pour le second rang, il perdit soudainement pied à la mi-course. Ses ingénieurs émirent la possibilité d’une accumulation de graining sur ses pneus avant, mais Lewis n’avait en réalité plus d’adhérence. Les stratèges sur le muret des stands ont fait perdre la course au Britannique en le forçant à poursuivre son chemin, en perdant plus de deux secondes au tour. Hamilton a violemment exprimé son exaspération et pour cause : il se retrouvait ensuite coincé derrière Hülkenberg, en bagarre pour la quatrième place !
Certainement une belle occasion gâchée aujourd’hui pour les Flèches d’Argent, d’autant plus que Nico Rosberg n’a pas trouvé l’ouverture dans le peloton. Ce dernier franchit l’arrivée en sixième position. Week-end mitigé en somme pour l’ancienne formation BrawnGP !

Carton rouge

Les organisateurs du Grand Prix de Corée du Sud

Enfin une voiture plus rapide que Vettel !

Enfin une voiture plus rapide que Vettel !

Ce n’était pas faute de vous l’avoir prédit dans notre Vidéo Découverte (à retrouver ici) : le rendez-vous coréen est tout bonnement indigne du standing de la F1. Cette quatrième édition nous l’a prouvé. Après l’épisode gastronomique de 2011 et l’arrachage d’astroturf l’an passé, les instances ont fait dans le rocambolesque. En effet, nous avons frôlé la catastrophe au trente-huitième tour. Afin de déblayer la piste suite à l’abandon de Webber (voir ci-dessus), une Jeep a fait son apparition, juste devant la meute ! Heureusement, les pilotes ont tous fait preuve d’une réactivité exemplaire, en levant le pied. Imaginez un seul instant que le véhicule se soit immiscé quelques secondes plus tard sur le tracé, les bolides auraient dû l’éviter en catastrophe…
Mais attention, le spectacle n’est pas encore fini chers lecteurs ! Car pendant ce temps, la Red Bull de l’Australien est en proie aux flammes ! Une minute plus tard, les commissaires arrivent à la hâte : apparemment ils n’ont pas bénéficié d’une formation, puisqu’ils ont tenté d’éteindre l’incendie par l’entrée d’air du cockpit. Dans ce cas-là, ils n’ont fait que souffler sur les flammes… Normalement, un tel feu doit être maîtrisé en dessous de la carrosserie, vers les échappements par exemple.
Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre la cuvée 2014 et son lot de surprises (plutôt mauvaises) ! A moins que la F.I.A décide de supprimer cette épreuve du calendrier.

Crédit photo : Facebook officiel du RedBull Racing, DR

Laisser un commentaire