Grand Prix de Singapour : le baromètre

Dans la chaleur du circuit de Marina Bay, et au bout de deux heures éprouvantes, Hamilton a réalisé un second hat-trick consécutif !
Lewis Hamilton (Mercedes-AMG)

L.Hamilton radieux

L.Hamilton radieux


Vainqueur par k.o technique, le Britannique n’a pas laissé échapper une occasion en or de reprendre vingt-cinq points sur son équipier Nico Rosberg (lire par ailleurs) dans la nuit asiatique ! Sa sérénité affichée sur le podium était manifeste : après avoir passé les quatre derniers mois dans le rôle du chasseur, le revoici en tête du championnat, avec une marge de trois unités. Certes, l’écart est minime, mais cette course aura certainement marqué un tournant dans la lutte psychologique entre les deux pensionnaires Mercedes. La F1 est une discipline très versatile : un jour vous êtes accablé par la malchance, le lendemain vous êtes imbattable. Nous pouvons clairement le constater cette saison. Durant les épreuves estivales, Hamilton a traversé une mauvaise passe (problèmes récurrents lors des essais) tandis que Rosberg amassait des podiums tel un métronome. En filant à l’anglaise sur ce tracé tortueux de cinq km, Lewis a inversé la tendance. Actuellement, son avance est trop mince pour se permettre de la gérer, mais la confiance est de son côté.
Il n’est pas usurpé de penser que le rendez-vous nocturne de Singapour a très souvent un impact sur le résultat final : en 2008, Massa y perdit de précieux points en arrachant son tuyau d’essence, en 2012 Vettel y débuta sa remontée fantastique sur Alonso, entre autre exemples. La cuvée 2014 résultera-t-elle du même scénario ?

Jean-Eric Vergne (Toro Rosso)

Le muret Toro Rosso joyeux pour JEV

Le muret Toro Rosso joyeux pour JEV


On le sait, le Français n’est pas certain de rester en Formule 1 en 2015. Alors pour faire les yeux doux à un patron d’équipe, rien de mieux que des résultats solides ! Vergne l’a parfaitement compris, en égalant son meilleur résultat dans la discipline (6ème comme à Montréal l’an passé), et avec la manière en prime ! Rarement nous avons vu un JEV si offensif sur la piste, pour notre plus grand plaisir. Durant le dernier tiers d’épreuve, il offrit un beau spectacle au public, en doublant pas moins de quatre adversaires. Son dépassement audacieux sur Räikkönen (Ferrari, 8ème) était un modèle d’attaque-surprise. De cette manière, il voulait également démontrer que ses deux pénalités de cinq secondes attribuées pour avoir coupé la piste ne l’avaient pas démotivé. Pour sa ténacité, il méritait d’être présent dans ces colonnes.

En baisse

Nico Rosberg (Mercedes-AMG)
Le fils du champion du monde 1982 a signé son second abandon de la saison, après moult déboires mécaniques. Cela a même commencé durant le tour d’installation, lorsque qu’il ne put enclencher la première vitesse, ce qu’il le força à s’élancer des stands. Finalement, toujours en proie avec l’interface de son volant, il décida d’abandonner au quatorzième passage.
Il est intéressant d’établir un parallèle avec la situation actuelle et celle post-Barcelone début mai. Hamilton, après une série de quatre victoires d’affilée, semblait imbattable, avant la qualif’ de Monaco, où Rosberg, par une manœuvre osée, reprit un ascendant psychologique puis comptable indéniable. L’Allemand est dans une position similaire. Après avoir été sous le feu des critiques après Spa et failli sous la pression à Monza, Nico doit se ressaisir. Reste à savoir si cet abandon ne l’a pas touché moralement, car perdre une telle avance pourrait être dur à avaler.

L’équipe Sauber
Le chemin de croix continue pour la petite écurie helvétique. Même lors de ses années de disette, Sauber était parvenue à redresser la barre en une ou deux occasions ; cela semble mal engagé en ce moment. La performance de la C33 ne lui permet pas de viser les points, malgré les évolutions apportées à Marina Bay. Ajoutons à cela une fiabilité perfectible (abandons de Gutierrez sur problème électrique et de Sutil sur chute de pression d’eau) et vous obtenez un week-end de course à oublier, et zéro point au compteur.

Crédits photos : pages Facebook Mercedes-AMG Petronas et Scuderia Toro Rosso

Advertisements

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s