Tournoi international d’Irun : Les forces en présence

HANDBALL. Dès demain (et ce jusqu’à dimanche), le Polideportivo Artaleku d’Irun abritera la quarante et unième édition de son tournoi international. La Suède, l’Espagne et la Pologne, qui se retrouvent toutes les trois dans le top 11 mondial, seront là. Le Brésil, pays organisateur des prochains Jeux Olympiques, aussi.

IMG_4981Gregorio Villoria, ancien directeur technique de la Fédération du Guipuzcoa (2013-2015), qui entraîne actuellement l’équipe masculine d’Anglet-Biarritz, engagée en Nationale 3, a passé en revue les quatre équipes qui participeront à cette prestigieuse compétition amicale.

cultureSPORT Espagne hand

Espagne

De par leur passé et leur effectif, les Espagnols ont été, plus que jamais, inclus dans la liste des favoris à la victoire finale lors du prochain Euro (17-31 janvier). Champions du monde en 2013 et troisième du dernier championnat d’Europe en 2014, les joueurs de Manolo Cadenas sont habitués à truster les podiums internationaux. Les membres du Barça, vainqueurs de la Ligue des Champions la saison dernière, évolueront sous les caméras de Teledeporte (chaîne sportive du groupe de télévision publique TVE). Gonzalo de Vargas (gardien), Raul Entrerrios, Daniel Sarmiento (centres), Eduardo Gurbindo (latéral droit), Viran Morros (latéral gauche) et Victor Tomas (ailier droit) troqueront leur maillot blaugrana pour la tunique rouge et or de la seleccion.

L’ANALYSE DE GREGORIO VILLORIA. La Roja va s’appuyer sur ses deux stars à savoir Julen Aguinagalde et Valero Rivera. Aguinagalde est incontestablement le meilleur pivot du monde. Il portera probablement le brassard de capitaine à Irun, sa ville natale, là où tout a commencé pour lui (il a endossé le maillot du CD Bidasoa pendant sept ans, ndlr). Rivera est, lui, connu en France en tant que capitaine du HBC Nantes (meilleur joueur du championnat en 2012, ndlr). Outre ses deux leaders, la sélection espagnole est un panaché d’anciens joueurs mais aussi de jeunes handballeurs à l’image des gardiens Gonzalo de Vargas et Rodrigo Corrales, qui ont vingt-quatre ans tous les deux. Idem pour le Toulousain Alvaro Ruiz, qui a beaucoup d’avenir selon moi (il n’a pas été retenu pour le tournoi d’Irun, ndlr).

POULE À L’EURO : C (Hala Stulecia, Wroclaw). 16 janvier 2016 : Espagne-Allemagne (18h30), 18 janvier : Slovénie-Espagne (18h15), 20 janvier : Espagne-Suède (20h).

L’EQUIPE DU MONDIAL 2015. Gardiens de but : José Manuel Sierra (Szeged), Gonzalo Pérez de Vargas (Barcelone). Ailiers : Valero Rivera (Nantes), Cristian Ugalde (Veszprém), Albert Rocas (Logroño), Victor Tomas (Barcelone). Arrières et demi-centres : Raul Entrerrios (Barcelone), Chema Rodriguez (Veszprém), Joan Canellas (Kiel), Viran Morros (Barcelone), Antonio Garcia (Szeged), Alex Dujshebaev (Skopje), Jorge Maqueda (Nantes). Pivots : Juan Andreu (Hanovre), Julen Aguinagalde (Kielce), Gedeon Guardiola (Mannheim). Coach : Manolo Cadenas.

PALMARÈS. Jeux Olympiques : 3 médailles de bronze (1996, 2000, 2008). Championnats du monde : 2 titres (2005, 2013), 1 médaille de bronze (2011). Championnats d’Europe : 3 médailles d’argent (1996, 1998, 2006), 2 médailles de bronze (2000, 2014). Jeux méditerranéens : 1 titre (2005), 2 médailles d’argent (1967, 1975), 3 médailles de bronze (1983, 1987, 1997).

cultureSPORT Suède handball 2015

Suède

Si l’on excepte la France, la Suède reste l’un des pays les plus titrés dans l’histoire du handball mondial. Fort de huit médailles d’or mondiales (4) et européennes (4), leur palmarès est tel que l’aura de la sélection suédoise en est presque conservée. S’ils ne sont pas franchement à la fête ces derniers temps, ne décrochant seulement une breloque aux JO de Londres, les hommes de Staffan Olsson et Ola Lindgren n’en restent pas moins dangereux.

L’ANALYSE DE GREGORIO VILLORIA. La formation suédoise est en pleine mutation. Une nouvelle génération est en train d’émerger. C’est un des pays qui peut le plus rivaliser avec la France et l’Espagne lors du prochain Euro. Je pense qu’elle a le potentiel pour éliminer un grand pays lors des phases finales pour aller, ensuite, chercher une médaille. Cependant, elle fait preuve d’irrégularités. C’est peut-être son point faible. Mais ça reste tout de même une équipe sur laquelle on peut toujours compter dans les grandes compétitions internationales, une équipe qui est habituée à jouer les premiers rôles.

POULE À L’EURO : C (Hala Stulecia, Wroclaw). 16 janvier 2016 : Suède-Slovénie (20h45), 18 janvier : Allemagne-Suède (20h30), 20 janvier : Espagne-Suède (20h)

L’EQUIPE DU MONDIAL 2015. Gardiens de but : Mattias Andersson (Flensburg-Handewit), Johan Sjöstrand (Kiel). Ailiers : Jonas Källman (Szeged), Niclas Ekberg (Kiel), Fredrik Petersen (Berlin), Anton Halen (Göppingen), Mattias Zachrisson (Berlin). Arrières et demi-centres : Magnus Persson (Gummersbach), Marcus Olsson (Kristianstad), Kim Andersson (Copenhague), Lukas Karlsson (Copenhague), Patrik Fahlgren (Melsungen), Viktor Östlund (Eskilstuna). Pivots : Tobias Karlsson (Flensburg-Handewitt), Niclas Barud (Aalborg), Andreas Nilsson (Veszprém), Jesper Nielsen (Berlin). Coachs : Staffan Olsson et Ola Lindgren.

PALMARÈS. Jeux Olympiques : 4 médailles d’argent (1992, 1996, 2000, 2012). Championnats du monde : 4 titres (1954, 1958, 1990, 1999), 3 médailles d’argent (1964, 1997, 2001), 4 médailles de bronze (1938, 1961, 1993, 1995). Championnats d’Europe : 4 titres (1994, 1998, 2000, 2002).

cultureSPORT Pologne hand

Pologne

Portée notamment par son entraîneur allemand Michael Biegler, l’équipe polonaise a réussi à se hisser à la troisième place des derniers Mondiaux au Qatar, comme en 2009. La Pologne, qui traverse donc une période faste, va accueillir l’Europe du handball dans une dizaine de jours, en organisant la douzième édition du championnat continental.

L’ANALYSE DE GREGORIO VILLORIA. Je pense que la Pologne aura à cœur de confirmer le bon travail entrepris par Michael Biegler et entrevu lors du Mondial 2015. L’équipe polonaise, qui est en constante progression, est un savant mélange de vieux briscards et jeunes loups. La plupart d’entre eux jouent à l’année dans leur championnat national : soit à Kielce, soit à Plock.

POULE À L’EURO : A (Tauron Arena, Cracovie). 15 janvier 2016 : Pologne-Serbie (20h30), 17 janvier : Macédonie-Pologne (20h30), 19 janvier : France-Pologne (20h30).

L’EQUIPE DU MONDIAL 2015. Gardiens de but : Slawomir Szmal (Kielce), Piotr Wyszomirski (Szeged). Ailiers : Przemyslaw Krajewski (Pulawy), Robert Orzechowski (Zabrze), Adam Wiśniewski (Plock), Michal Daszek (Plock). Arrières et demi-centres : Krzysztof Lijewski (Kielce), Karol Bielecki (Kielce), Andrzej Rojewski (Magdebourg), Michal Jurecki (Kielce), Mariusz Jurkiewicz (Plock), Michal Szyba (Velenje), Piotr Chrapkowski (Kielce). Pivots : Bartosz Jurecki (Magdebourg), Piotr Grabarczyk (Kielce), Kamil Syprzak (Plock). Coach : Michael Biegler (All).

PALMARÈS. Jeux Olympiques : 1 médaille de bronze (1976). Championnats du monde : 1 médaille d’argent (2007), 3 médailles de bronze (1982, 2009, 2015).

cultureSPORT Brésil capitaine

Brésil

En pleine préparation de ses Jeux Olympiques, la sélection auriverde se déplace à Irun afin de disputer le tournoi international. Le Brésil, qui n’avait jusque-là pris part qu’à quatre Olympiades (1992, 1996, 2004, 2008), espère améliorer, chez lui, son meilleur résultat obtenu à Athènes (dixième).

L’ANALYSE DE GREGORIO VILLORIA. La Fédération brésilienne souhaite tout axer et tout miser sur la sélection. Le coach espagnol Jordi Ribera espère faire un bon tournoi à Irun. Il est très content de son groupe. Quelles sont les caractéristiques principales de ses joueurs ? Ils sont physiques et possèdent des qualités individuelles, comme au foot. De nombreux joueurs retenus pour le tournoi d’Irun jouent en Europe. Deux Brésiliens évoluent d’ailleurs au sein d’équipes françaises : Felipe Borges joue à Montpellier et Joao Silva à Chambéry. Je pense qu’à l’avenir, ce dernier pourrait devenir l’un des meilleurs à son poste (centre, ndlr) du monde.

POULE À L’EURO. Le Brésil est en Europe ?

L’EQUIPE DU MONDIAL 2015. Gardiens de but : Luis Ricardo Nascimento (Taubaté), César Almeida (Guadalajara). Ailiers : Lucas Candido (Taubaté), Felipe Borges (Montpellier), Fabio Chiuffa (Guadalajara). Arrières et demi-centres : Henrique Teixeira (Taubaté), Fernando Pacheco Filho (Sao Paulo), Joao Pedro Silva (Leon), Guilherme Gama (Granollers), José Toledo (Granollers), Diogo Hubner (Taubaté), Thiagus dos Santos (Logrono), Arthur Patrianova (Aranda de Duero), Gustavo Cardoso (Taubaté). Pivots : Alexandro Pozzer (Guadalajara), Vinicius Teixeira (Sao Paulo). Coach : Jordi Ribera (Esp).

PALMARÈS. Championnat panaméricain : 2 titres (2006, 2008), 8 médailles d’argent (1981, 1989, 1994, 2002, 2004, 2010, 2012, 2014), 3 médailles de bronze (1985, 1998, 2000).

Nicolas Gréno (@nicolasgreno)
Crédits photos :
 Nicolas Gréno/cultureSPORT; pages Facebook officielles des fédérations Espagnole (Juan Luis Recio), Polonaise, Brésilienne et Suèdeoise.

Advertisements

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s