Ironman : Une course légendaire

TRIATHLON. À quelques jours des championnats du monde qui auront lieu le 8 octobre à Hawaï, retour sur l’histoire de cette épreuve fascinante qu’est l’Ironman, marque lucrative et protégée. Pourquoi sa pratique n’est elle pas forcément si bénéfique ? Puis nous nous intéresserons à l’Ironman à venir, en étudiant notamment les chances françaises.

Une course très récente…

C’est en 1977 à Oahu dans l’Etat D’Hawaï, que l’idée d’une course pouvant déterminer le meilleur sportif de la planète émerge dans l’esprit de John Collins. Ce commandant de l’US Navy imagine un juge de paix, inspiré du triathlon qui vivait ses prémices en Californie, entre les deux clubs de course à pied et natation, de Mid-Pacific Road Runners et du Waikiki Swim Club. Ceux-ci débattent pour savoir qui est le meilleur sportif : coureur ou nageur. Après avoir lu un article indiquant qu’Eddy Merckx, quintuple vainqueur du Tour de France, détenait un record de VO2 max (quantité maximum d’oxygène consommée) indétrônable, il souhaite prouver que les cyclistes ne sont pas forcément les athlètes aux meilleures capacités physiques.

ironman-ironman-france-nice-triathlon-de.jpg

Il imagine alors une course, composée d’un alliage des trois courses majeures de l’île, représentant les trois disciplines en opposition. Les protagonistes se départagent sur 3,8 kilomètres de natation dans l’archipel d’Hawaï avec les tortues marines, suivis de 180,2 kilomètres de vélo, soit l’équivalent d’une étape moyenne sur un Grand Tour. Le calvaire prend fin après les 42,195 kilomètres de course à pied. John Collins s’exclame alors : « qu’importe qui finit le premier, nous l’appellerons l’homme de fer ». C’est ainsi que, sur cette terre née de l’eau et du feu, prend forme le premier Ironman. Le tout premier « homme de fer » boucle la course en 11 heures, 46 minutes, et 58 secondes ; bien loin des 7 heures 45 minutes de l’actuel record.

201007-ironman-nice-014

…qui peut devenir une menace pour la santé

Considérer que la pratique de ce type de courses est uniquement un beau défi important et bénéfique à notre corps paraît un peu simpliste. L’entraînement extrêmement intensif pour préparer la course de manière optimale, peut lui causer à long terme des effets néfastes. On peut notamment relever un risque pour le système immunitaire et respiratoire bien trop sollicités lors des séances d’entraînements répétées. Le site Infectiologie.com indique par exemple que les athlètes ont deux à six fois plus de chances de développer des infections respiratoires, dans les semaines suivant une course de type Ironman. Le docteur Michael Gleeson, de l’université de Loughborough conseille d’ailleurs un entrainement de type marche rapide, de 30 à 45 minutes, cinq fois par semaine. Ces entrainements sont selon lui idéaux pour garder une bonne forme générale. Courir aussi régulièrement de si longues distances, suivies d’entrainements si intensifs, est donc dangereux comme l’atteste le décès du triathlète champion de France Laurent Vidal à 29 ans en 2015 d’un arrêt cardiaque. Les défis extrêmes, comme celui de Ludovic Chorgnon qui a couru 41 marathons longue distance en 41 jours, entre juillet et août 2015, n’ont donc pas d’intérêt, si ce n’est celui d’intégrer le Guiness book des records.

8a54e

Un championnat du monde à Hawaï

L’esprit de la petite course a bien changé. Ironman est devenue une marque, récemment acquise par le groupe chinois Dalian Wanda, preuve de la popularité naissante de ce sport dans l’Empire du Milieu. La société, par le biais de la World Triathlon Corporation, est organisatrice d’une centaine de courses dans le monde, qualificatives pour les championnats du monde. Les autres courses de même distance ont l’interdiction d’utiliser le terme « Ironman », d’où l’archi-domination de la marque dans le secteur. Seules quelques unités extra Ironman persistent. C’est le cas, par exemple, des Xtrem triathlon au nombre de trois, créés entre 2003 et 2013, ou d’Embrunman dans les Hautes-Alpes qui est devenu une course de longue distance en 1990.

La course considérée comme le championnat du monde d’Ironman se déroule à Hawaï, terre d’origine de la discipline, depuis 1983. Chaque Ironman à travers le monde a un nombre de places qualificatives, pour le plus célèbre d’entre eux à Hawaï, réparties selon les régions du monde et les tranches d’âge. Le plateau y est donc très relevé. Il ne faut pas confondre le très médiatisé Ironman d’Hawaï avec le championnat du monde longue distance, organisé par la fédération internationale de triathlon, sur distance Ironman ou plus courtes.

Des chances françaises

246c9.jpg

Les chances françaises de l’édition 2016 de l’Ironman d’Hawaï reposent essentiellement sur Cyril Viennot (photo), Sylvain Sudrie (34 ans tous deux) et Bertrand Billard (29 ans). Ils sont tous déjà montés au moins une fois sur la plus haute marche des championnats du monde longue distance. Ils ont ce samedi 8 octobre l’occasion de marquer une page de leur histoire en remportant, pour la première fois, l’Ironman d’Hawaï, rêve ultime de tout triathlète.

Eloi Le Tenier
Crédits photos : Trimag.fr, L’équipe.fr, melty Xtrem, btwin.com

Publicités

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s