Interviews Tennis

Sébastien Grosjean : « Quand on voit la qualité du plateau, on est satisfait du travail effectué »

Capitaine de Coupe Davis, Sébastien Grosjean dirige également l’Open Sud de France depuis cinq ans. Remporté par Gaël Monfils (après 2010 et 2014), le tournoi fêtait son dixième anniversaire cette année. L’occasion de faire un petit flash-back avec l’ancien 4e mondial.

cultureSPORT : Le tournoi de Montpellier a fêté ses dix ans. Quel regard portez-vous sur le développement de cette compétition ?

Sébastien Grosjean : C’est une édition spéciale, particulière. Pour moi, il s’agit de la cinquième en tant que directeur. C’est Patrice Dominguez qui avait amené le tournoi, ici, en 2010. C’est grâce à lui que l’on peut célébrer cette dixième année à Montpellier. Le tournoi s’installe, il est bien ancré au niveau régional et même international. Quand on voit la qualité du plateau, on est satisfait du travail qui est effectué en amont. On est vraiment ici pour développer cet événement.

cultureSPORT : Que pouvez-vous nous dire à propos de Patrice Dominguez, de tout ce qu’il a amené au tennis ?

Sébastien Grosjean : En plus d’avoir été directeur ici, à Montpellier, il a dirigé le tournoi de Monaco. Ça a été un champion, un personnage médiatique. À chaque fois, il mettait en avant sa passion pour ce sport. Il a été proche de tous les gens. Patrice a été important pour le tennis français. Il l’a marqué de son empreinte. Mais il est toujours avec nous. Le court central a été renommé court Patrice-Dominguez. Sa fille Léa est également restée à nos côtés, dans l’organisation. Elle s’occupe notamment de l’accueil des joueurs.

Crédit photo : Jean-Baptiste Autissier/Panoramic pour l’Open Sud de France.

cultureSPORT : Un trophée porte également son nom. Il s’agit des Interclubs 13 et 14 ans de la Ligue Occitanie…

Sébastien Grosjean : Oui, c’est lui qui avait voulu mettre en place ce tournoi avec tous les clubs de la région (NDLR : cette année, quarante équipes étaient inscrites sur les deux zones Méditerranée et Pyrénées). Du coup on organise la finale, ici, à la Sud de France Arena. Patrice est à chaque édition avec nous.

Je crois qu’il faut communiquer sur la Next Gen. Ils sont jeunes et évoluent déjà à très haut niveau.

Sébastien Grosjean

cultureSPORT : Montpellier, Marseille, Lyon et Metz : on pourrait presque parler de Grand Chelem à la Française. C’est important d’avoir ces quatre tournois ATP 250 en région…

Sébastien Grosjean : Effectivement, on a besoin d’avoir des événements en dehors de Paris. Tout le monde ne peut pas se rendre à Roland-Garros ou à Bercy pour y voir les champions français et internationaux. C’est important que ces épreuves soient soutenues par les collectivités, les partenaires, la Fédération et par les Ligues, aussi. Je crois que le grand public est satisfait.

cultureSPORT : En tant que capitaine de Coupe Davis, c’est important de donner envie aux jeunes…

Sébastien Grosjean : Je crois que le spectacle et les joueurs donnent tout simplement envie aux jeunes. Ici, je suis dans mon rôle de directeur de tournoi. C’est en tentant de faire venir les meilleurs joueurs possible (jeunes, français ou les stars) qu’on essaye de faire plaisir à tout le monde.

Crédit photo : Jean-Baptiste Autissier/Panoramic pour l’Open Sud de France.

cultureSPORT : Lucas Pouille, Stan Wawrinka, Andy Murray : tous trois apparaissaient sur vos différents supports de communication. Pourtant, ils ne sont pas venus. Également attendus, Fabio Fognini et Andrey Rublev ont déclaré forfait. Comment avez-vous géré la défection de ces joueurs ?

Sébastien Grosjean : Cela fait partie de tout tournoi… Peut-être encore un peu plus pour nous puisque nous sommes placés juste après la tournée australienne. Malheureusement, certains joueurs peuvent s’être blessés lors de leur parcours en Océanie. D’autres sont encore fatigués. On a la chance d’avoir une Arena de grande qualité et un tableau dense. Pour remplacer quelques joueurs forfaits, on a réussi à faire venir quelques grands noms du tennis mondial ou de futures pépites (NDLR : Gaël Monfils, Grigor Dimitrov, Félix Auger-Aliassime). Au final, on a un super tableau. Après c’est évident que nous aimerions avoir les stars et des têtes de série à chaque fois… Mais on a du spectacle et c’est le plus important.

Si un partenaire pouvait me donner l’argent pour faire venir faire venir Federer, Nadal ou Djokovic, eh bien je dîne avec lui avec grand plaisir.

Sébastien Grosjean

cultureSPORT : Vous avez précédemment parlé de joueurs d’avenir. Certains d’entre eux (Ugo Humbert, Mikael Ymer, Jannik Sinner), présents à Montpellier, ont disputé le Masters U22 l’an passé. Que pouvez-vous nous dire sur cette Next Gen ?

Sébastien Grosjean : (Denis) Shapovalov et Félix (Auger-Aliassime) auraient également pu le jouer (NDLR : initialement qualifiés, les Canadiens ont déclaré forfait). Ugo avait bien joué là-bas mais Sinner s’était finalement imposé. Je crois qu’il faut communiquer sur eux, parce qu’ils sont jeunes et évoluent déjà à très haut niveau. Ils vont être sur le circuit durant de nombreuses années. C’est vraiment une volonté de toute l’équipe de vouloir faire découvrir ces nouveaux talents au grand public, aux partenaires. Une fois qu’ils seront tout en haut, ça sera difficile de les faire (re)venir. Mais on l’a fait par le passé. (Alexandrer) Zverev a gagné ici (NDLR : en 2017 contre Richard Gasquet). (Stefanos) Tsitsipas, (Daniil) Medvedev et (Karen) Khachanov ont joué ici. Cela prouve que lorsqu’on les a découverts ici, on a eu raison parce qu’ils font maintenant partie des tout meilleurs au monde.

cultureSPORT : Votre homologue Jean-François Caujolle avait annoncé vouloir casser la tirelire pour accueillir Roger Federer à l’Open 13. Est-ce que cela serait possible du côté de Montpellier ?

Sébastien Grosjean : Vous savez, si un partenaire pouvait me donner l’argent pour faire venir faire venir Federer, Nadal ou Djokovic, eh bien je dîne avec lui avec grand plaisir. Faire venir Roger coûte beaucoup d’argent mais ça serait phénoménal… Pour l’instant, ce n’est pas du tout dans nos moyens. On essaye de construire un plateau du mieux possible lors de chaque édition. Si un jour on a la possibilité, la chance, de faire venir ces stars, ça serait vraiment une grande récompense pour tous les gens qui travaillent ici. Pour les fans de tennis, également.

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgreno) à la Sud de France Arena de Montpellier (Hérault). Crédit photo de la une : Jean-Baptiste Autissier/Panoramic pour l’Open Sud de France.

0 comments on “Sébastien Grosjean : « Quand on voit la qualité du plateau, on est satisfait du travail effectué »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :