Présentation du Grand Prix de Pau Historique 2012

Cette année, le Grand Prix de Pau «moderne» fête sa soixante-et-onzième édition. Mais le GP de Pau «historique» est bien plus jeune, puisque seulement présent dans l’agenda sportif Palois depuis onze ans. C’est cette manifestation que nous allons cibler ces prochains jours, avec des interviews, un portfolio et même des vidéos ! Mais, commençons par planter le décor : à quoi ressemble ce circuit et qui y participe en cette fin de semaine ?

Le circuit
Long de plus de deux km (2,76 km plus précisément), on le surnomme le «petit Monaco» et pour cause ! L’étroitesse des paddocks, l’ambiance unique  qui y règne avec le bruit des moteurs rebondissant sur les multiples bâtiments, le type de tracé dit intramuros, la liste des anciens vainqueurs (Juan Manuel Fangio, Lewis Hamilton…), toutes ces caractéristiques rapprochent  la Principauté de la capitale du Béarn. De l’avis de nombreux pilotes, ce circuit demeure encore aujourd’hui un défi de taille à relever. Sans plus attendre, embarquons dans une monoplace pour un tour de ce circuit de Pau !

Avant même le premier «vrai» virage et peu après le départ, les concurrents doivent aborder plein gaz une courbe en aveugle du fait de la présence du muret des stands ; puis, on tombe les rapports pour aborder le virage de la gare, un endroit où il n’est pas rare de voir de la tôle froissée ; ensuite, on effectue une montée vers le passage sous le pont Oscar afin d’aborder l’épingle du Lycée qui se prend à ne vitesse ridiculeusement faible pour une voiture de compétition. Pas le temps de souffler que l’on entre dans deux courbes situées dans le parc Beaumont et qui précèdent un «pif-paf» très technique devant la statue du Maréchal Foch. A peine sorti du parc, on plonge littéralement dans une descente avec au passage une autre épingle, suivi d’un second «pif-paf» ou les machines passent à un rien de l’un des rares murs de pneus présents ; et nous voici déjà sur la (courte) ligne droite des stands ! Un tracé qui ne pardonne aucune erreur, le rail de sécurité se trouvant très près des trottoirs/vibreurs.

Les plateaux
Ils sont au nombre de six, avec une parfaite équité entre monoplaces et Grand Tourisme. Du côté de ces dernières, la catégorie la plus attendue est celle du Trophée Phil Hill-Sixties Endurance. Pas moins de 35 voitures y concourent, et non des moindres : AC Cobra, Lotus, Jaguar et autres Ferrari d’avant 1966 se joueront la gagne lors des deux courses d’une heure chacune. Comparées à ces monstres, les Mini font presque sourire, mais méfiez-vous des apparences ! Entre crissements de pneus et batailles porte contre porte, ces célèbres voitures Anglaises proposent un spectacle passionnant pour les spectateurs. Le Trophée Porsche Flat 4 est la nouveauté de cette année, il regroupe en effet les précurseurs de la célèbre 911, la magnifique 356 entre autres !

Chez les monoplaces, la vedette revient au Trophée Légende, avec des voitures absolument incroyables de nos jours car elles datent des années 1930 ! Le Trophée Junior rassemble les constructions éponymes du début des années 60, à l’époque elles étaient la première étape pour les jeunes loups vers la F1. Enfin, le Trophée des Pyrénées signifie (comme son nom ne l’indique pas) la présence de Formule Ford de 1600cm3. Du beau et grand spectacle en perspective à Pau ce week-end !

Crédit photos : Medhi Casaurang

Laisser un commentaire