« Deutsche Qualität »

Au terme d’un match très rythmé malgré la tactique ultra-défensive mise en place par la Grèce, l’Allemagne s’est imposée (4-2) et se qualifie pour les demis. Retour sur ce deuxième quart de finale de l’Euro 2012.

Allemagne-Grèce 4/2

   L’affiche faisait sourire. Évidemment, impossible d’éviter tous les parallèles entre ce quart de finale de l’Euro et les tensions politiques germanico-grecques liées à l’€uro. Ni les jeux de mots foireux…
Pas de blague pourtant au coup d’envoi, quand Joachim Löw aligne non pas le trident Podolski-Müller-Gomez mais Reus-Schürrle-Klose. Un choix tactique intéressant, quand on se souvient des matchs compliquées de Gomez face au Danemark et surtout à Chelsea (avec le Bayern). Deux équipes tournées vers la défense, comme la Grèce. Sur les côtés, le sélectionneur allemand comptait sur la vivacité de Reus (élu meilleur joueur de Bundesliga par ses pairs) et Schürrle. Un pari payant.
Dès l’entame de ce match, on se retrouvait face au schéma attendu : une rigueur défensive du côté des Grecs, regroupés dans leur moitié de terrain, et une succession d’attaques tranchantes côté allemand. Après trente-neuf minutes d’échecs réguliers de Klose, Özil, Reus ou Schürrle, c’est Lahm qui trouvait la faille sur une frappe à la trajectoire inattendue, qui trompait Sifakis pour la première fois de la soirée. A la mi-temps, les Grecs n’avaient toujours pas pénétré une seule fois dans la surface allemande et on les voyait difficilement contrer la mainmise allemande sur ce match. Pourtant, c’est sur un contre justement que Samaras va redonner un espoir de vengeance à tout un pays. Sur la première occasion grecque, le joueur du Celtic trompait Neuer en coupant la trajectoire du centre de Salpingidis (55e). Un but entaché d’un tirage du maillot de Boateng… Piquée au vif et vexée d’avoir pris un but sur un petit excès de confiance, la Nationalmannschaft ne traînait pas pour reprendre les commandes par l’intermédiaire de Khedira (61e), avant de plier la rencontre grâce à Klose de la tête (68e) et Reus (74e). Dans les dernières minutes, Salpingidis sauvait les apparences sur un pénalty (89e), la deuxième véritable occasion grecque.
Impressionnante de maitrise en première mi-temps, l’Allemagne aura pêché dans la finition jusqu’à se frustrer. En bon capitaine, Lahm aura gommé cette inefficacité avant que l’Allemagne ne soit prise un peu bêtement en contre en début de deuxième période. Hélas pour les Grecs, les Allemands donnent l’impression de pouvoir accélérer quand ils veulent, et l’ont encore montré vendredi.
Du côté des joueurs, Reus et Schürrle auront été excellent sur les côtés. Percutants, ils se sont crées de nombreuses occasions avant que le premier cité ne soit récompensé de ses efforts. Klose, dans un rôle différent de celui de Gomez, aura beaucoup participé au jeu et permis de nombreux décalages à gauche ou à droite. Au milieu, on retiendra le nouveau très bon match de Khedira. Schweinsteiger et surtout Boateng se seront quant à eux montrés plus imprécis. Côté grec, félicitons Salpingidis, auteur d’une passe décisive et d’un but. A l’inverse Sifakis n’aura pas fait oublier Nikopolidis, la faute à des interventions hasardeuses et une quasi-incapacité à capter les ballons.
Grâce à cette victoire, l’Allemagne se qualifie pour les demi-finales et retrouvera l’Angleterre ou l’Italie.
Ceci étant dit, il y aura au moins un Grec qui se consolera vite : avec cette élimination, Maniatis pourra se présenté à son mariage, prévu le 1er juillet. Le jour de la finale…

Composition des deux équipes

Allemagne : Neuer – Lahm, Badstuber, Hummels, Boateng – Khedira, Schweinsteiger, Özil – Reus, Schürrle, Klose

Entraineur : Joachim Löw

Grèce : Sifakis – Tzavellas, Papadopoulos, Papastathopoulos, Torosidis – Makos, Maniatis, Katsouranis – Ninis, Samaras, Saplingidis

Entraineur : Fernando Santos

Buts : Lahm (39e), Khedira (61e), Klose (68e) et Reus (74e) pour l’Allemagne, Samaras (55e) et Saplingidis (89e) pour la Grèce.

Crédit photo : DPA/MAXPPP

There are 2 comments

  1. Centre de fitness Toulouse

    Nous avons eu le droit à un beau match autant des allemands et des grecs… ils ont joué le coup jusqu’au bout et sont sortis de la compétition la tête haute…
    L’Allemagne reste le grand favori au vu de son jeu

Laisser un commentaire