Grand Prix d’Europe : Alonso largue les amarres

Après une escapade Nord-Américaine, la F1 revient une seconde fois en Espagne pour le GP d’Europe. En effet, l’épreuve européenne se déroule depuis 2008 sur le tracé éphémère de Valence. Les organisateurs avaient comme but premier de rivaliser avec le luxe et le glamour de Monaco, mais force est de constater que ce n’est pas le cas. Les monoplaces serpentent entre les conteneurs dans le port de la ville sur un circuit pour le moins insipide. Les courses ont été pour la majeure partie soporifiques ; l’édition 2012 échappera-t-elle à la règle ?

L’Espagne sied bien à Pastor Maldonado. En effet, après une pole à Barcelone, il emmène sa FW34 (FW, les initiales de Frank Williams) en troisième position sur la grille. A ses côtés, on retrouve un autre champion GP2, Romain Grosjean (Lotus). La première ligne est identique à celle du Canada : Vettel (Red Bull) devance Hamilton (McLaren). D’ailleurs, l’Allemand égale Alain Prost et Jim Clark en termes de poles positions (33). Lors du départ, Grosjean passe la Williams, et part immédiatement à l’assaut du pilote McLaren. Le Français trouve l’ouverture sur l’Anglais au dixième tour, mais pendant ce temps, Vettel s’est envolé ; une quinzaine de secondes sépare les deux monoplaces.

La monotonie habituelle de Valence s’installe jusqu’au vingt-huitième passage. Le tournant de la course intervient lors de l’accrochage provoqué par Vergne (Toro Rosso), qui crève son pneu en se rabattant sous le museau de Kovalainen (Caterham). Le Français laisse des morceaux de fond plat et de gomme en rentrant tant bien que mal au garage. La voiture de sécurité entre logiquement en piste ! L’avance du double champion en titre s’est volatilisée. C’est l’occasion pour les pilotes de passer par la voie des stands. Malheureusement, le pit-stop d’Hamilton est chaotique, au bénéfice de Räikkönen (Lotus) qui le double.

Lors du restart, Fernando Alonso (Ferrari), grâce à sa belle remontée depuis le onzième rang, subtilise à Grosjean la seconde position. Hamilton reprend quant à lui son bien concédé au Finlandais. Quelques hectomètres plus loin, coup de théâtre ! Le leader Vettel immobilise sa RB8 contre le muret ; c’est l’abandon ! L’Allemand ne pourra pas réaliser la passe de trois à Valence. Le chouchou du public espagnol devient de ce fait premier ! Le tracé met en exergue les qualités de la F2012 qui s’octroie une avance substantielle sur la Lotus E20. Or, cette avance ne se base plus sur cette dernière mais bel et bien sur la McLaren MP4-27, puisque Grosjean abandonne lui aussi ! Une panne d’alternateur aura eu raison des ambitions du Français, dommage ! Dès lors, Alonso contrôlera ses rivaux. Räikkönen grimpe à la seconde marche du classement en passant Hamilton en délicatesse avec ses pneus. Malgré tout, peut-être qu’avec une pointe d’agressivité en plus, le champion du monde 2007 aurait pu davantage se battre pour la gagne. Enfin, dernier fait de course du jour : Hamilton, en résistant à l’assaut de Maldonado, a été envoyé dans le mur par le Vénézuélien.

Au final, Fernando Alonso est sorti vainqueur du match européen ! Il devance Räikkönen et le vétéran Michael Schumacher (Mercedes-AMG), qui n’était pas remonté sur un podium depuis 2006 ! Mark Webber (Red Bull), grâce à un superbe pilotage, compense sa mauvaise qualif’ (18è) en finissant quatrième. En ce qui concerne les classements généraux, Alonso s’échappe en tête de celui des pilotes avec vingt points d’avance sur Webber et trois de plus sur Hamilton. Red Bull caracole en tête du classement dédié aux constructeurs, McLaren est relégué à 39 unités. Prochaine épreuve sur le célèbre tracé de Silverstone en Angleterre !

Crédit photos : site officiel du championnat du Monde de F1

Laisser un commentaire