Tour de France : Tops/Flops #8

LES TOPS :

                                      

Team Sky : Déjà impressionnante sur le Dauphiné, la Team Sky a frappé fort et fait coup double en haut de la Planche des Belles Filles. Christopher Froome, qui a roulé sur les 2 derniers kilomètres a remporté la première victoire de sa carrière sur le Tour, et son leader Bradley Wiggins, a enfilé son premier maillot jaune. Comme en son temps l’armada de Lance Armstrong, l’équipe Britannique a écrasé la course sur la première étape de montagne. Une mécanique bien huilée avec Eisel, Knees et Boasson Hagen en tête du peloton sur le plat, puis Rogers et Porte qui ont fait le train dès que la route s’est élevée, avant de laisser le champ libre à leurs deux leaders, qui pourraient tous deux monter sur le podium à Paris.

Pierre Rolland : Dixième de la précédente édition, Pierre Rolland n’a pas déçu sur la première grosse montée de cette Grande Boucle. Septième de l’étape, à 46″ de Froome, il confirme les belles capacités vues dans les étapes de montagne. Il s’est donc bien remis de sa chute d’hier, puisqu’il a terminé en compagnie de coureurs de renom, comme Menchov ou Brajkovic. Le grimpeur de l’équipe Europcar peut regretter le temps perdu hier, puisqu’il pointe seulement à la 23ème place à 3 minutes et 27 secondes de Bradley Wiggins.

Rein Taaramae : Pas forcément attendu à ce niveau, l’Estonien de l’équipe Cofidis, a terminé à la cinquième position de l’étape, seulement distancé dans les derniers hectomètres de l’ascension par le groupe de tête. Impressionnant de résistance dans la roue de Nibali, il a craqué uniquement sur l’accélération de Cadel Evans. Cette étape lui permet également de s’emparer du maillot blanc, avec une belle marge de 2’37 » sur Tejay Van Gaerderen. Même s’il a annoncé le podium comme objectif, on peut penser qu’il se satisferait d’une place de  meilleur jeune du Tour, et ainsi devenir le premier Estonien a remporter un maillot distinctif.

Vinscenzo Nibali : Encore un candidat à la victoire finale satisfait ce soir. Le Requin de Messine a lui aussi fait une bonne ascension en terminant près du groupe de tête à 7 secondes de Froome. Probablement plus à l’aise sur les longues montées, et évidemment dans les descentes, l’Italien a en tout cas confirmé son statut de favori en réussissant à suivre le train Sky. Même si ses capacités en contre-la-montre sont probablement légèrement moindres que celles d’un Wiggins ou d’un Evans, il devait trouver des étapes à sa convenance dans les Alpes, notamment, les numéro 10 et 11, toutes deux composées de longues descentes.

LES FLOPS :

                                                             

Radioshack : Alors que Sky a impressionné sur cette étape, Radioshack est l’équipe qui a le plus déçu. Alors qu’elle se présentait au départ avec des coureurs comme Schleck, Horner, Monfort ou encore Kloden, c’est le vétéran Haimar Zubeldia, qui s’est le mieux classé dans cette étape avec une septième place. Mais les principaux leaders ont tous perdu du temps. Schleck, distancé dès les premières pentes, s’est repris en fin de montée et termine à 1’09 ». Kloden et Horner, quant à eux, ont « pris un éclat » et concèdent plus de 2 minutes. Frank Schleck, qui reconnaissait après l’étape que l’objectif sur ce Tour pourrait se transformer en victoires d’étapes, est réaliste. Pour la première fois depuis 2008, aucun membre de la fratrie ne devrait finir sur le podium du Tour.

Levi Leipheimer : Mauvaise journée pour les Américains sur le Tour aujourd’hui. Alors que l’équipe Radioshack a raté son étape, l’une des meilleures chances au général des coureurs de la bannière étoilée a connu également un échec. Levi Leipheimer a coincé sur les pourcentages terribles des Vosges. Au sommet, le coureur d’Omega Pharma accuse un retard de 3 minutes et 11 secondes. Repoussé à la 27ème place du général, le coureur de 38 ans dit probablement adieu au podium à Paris.

Robert Gesink : Encore un candidat au top 10 qui a perdu du temps aujourd’hui. Le Hollandais avait déjà été impliqué dans les chute hier et perdu du temps. Habitué des jours « sans » sur le Tour, il montre probablement qu’il n’a pas encore le coffre pour finir sur le podium à Paris. Assez rapidement décroché en compagnie de ses coéquipiers  Laurens Ten Dam et Bauke Mollema, il a même été distancé par ce dernier. Seulement 39ème du général à près de 7 minutes, il est certainement  le coureur le plus décevant depuis le départ de Liège.

Laisser un commentaire