Tour de France : Tops/Flops #17

LES TOPS

                            

Thomas Voeckler : Encore une victoire pour l’Alsacien. Il n’avait pu l’obtenir lundi, où il était parti avec Fédrigo, il l’a finalement concquise mercredi. Présent dans le mini-peloton de 38 coureurs détachés en début de course, le coureur Europcar savait qu’il en était l’un des plus forts. Mais il lui aura tout de même fallu de l’intelligence de course pour lever les bras à Luchon. D’abord embarqué dans une bataille avec Kessiakoff, qu’il a devancé au sommet de l’Aubisque, pour le maillot à pois, Voeckler a ensuite réussi à suivre le démarrage de Brice Feillu pour former un duo de tête franco-français. Résistant au passage du Tourmalet et de l’Aspin, ce duo allait se disloquer dans Peyresourde, sur une accéleration de l’ex-chapion de France. Celui-ci n’avait plus qu’à faire la descente en résistant au bon retour de Sorensen, pour lever les bras. Victoire accompagnée tout de même de 70 points pour le maillot à pois, ce qui lui en donne 4 d’avance pour Kessiakoff.

Bradley Wiggins : Le maillot jaune est toujours sur les épaules du Britannique ce soir ! Wiggins a passé les Alpes sans encombre, le début des Pyrénées également. Il faudrait qu’il perde environ 6 minutes jeudi pour que son habit d’or soit en danger. Est-ce vraiment envisageable ? Lorsqu’on voit la performance de l’Anglais aujourd’hui, la réponse pencherait pour le négatif. En profitant de l’appui de son coéquipier Chris Froome, il a réussi, a revenir sur Nibali lorsque l’Italien a accéléré. Depuis le début du Tour, il n’a jamais perdu une minute sur ses principaux adversaires. Mais demain le Port de Balés est long et difficile…

Vinscenzo Nibali : Certes, il n’a toujours pas distancé les Sky en montagne. Mais le Requin de Messine a été le seul capable de suivre Wiggins et Froome dans le col de Peyresourde. Il a également été le seul des favoris a tenter de faire déraillé ce train parfaitement à l’heure. Il tentera encore probablement jeudi, dans la dernière étape capable de faire la différence. Bien assisté par Ivan Basso, dans un bon jour, il peut, intrinsèquement prendre du temps à Wiggins. En tout cas, le coureur Liquigas a vu le podium se rapprocher. En accompagnant les Anglais, il a pris du temps à Van den Broeck, Zubeldia, Evans, Roche… et a consolidé sa troisième place.

LES FLOPS

Cadel Evans : L’Australien, avait déjà probablement compris qu’il ne remporterai pas de nouveau le Tour. Entre Pau et Luchon, il a probablement compris que le podium non plus ne serait pas pour lui. En craquant, d’abord dans l’Aspin, puis dans Peyresourde, le tenant du titre a laissé filer ses principaux adversaires. Malgré l’aide reçue par ses coéquipiers Amael Moinard et George Hincapie, il n’a pas été capable de suivre le groupe maillot jaune malgré son retour dans la descente entre les deux cols. Il n’est même plus le premier BMC au général, dépassé par le jeune Tejay Van Garderen. Tout d’une passation de pouvoir.

Frederik Kessiakoff : En partant dans le groupe de 38, le Suédois de l’équipe Astana pensait probablement pouvoir conserver le bien à pois rouges qu’il portait sur le dos. as, dans ce même groupe, se trouvaient deux coureurs qui le talonnaient dans ce classement : Thomas Voeckler et Chris Anke Sorensen. Si ce dernier n’a pas tellemnt disputé le sommet des cols, le Français n’a pas fait dans le détail en passant au sommet des 4. Et voilà l’ancien vététiste suédois forcé de revenir au maillot bleu d’Astana, pour 4 misérables points.

Laisser un commentaire