Tour de France : Tops/Flops #18

LES TOPS

Alejandro Valverde : Quatre ans après son dernier succès sur le Tour, à Super Besse, l’Espagnol y a remporté jeudi sa quatrième victoire. En coupant la ligne d’arrivée à Peyragudes avec 19 secondes d’avance sur Christopher Froome, le Murcian « sauve » son Tour, qui avait été difficile jusque là, entre chutes et temps perdu que ce soit dans la plaine ou dans les cols. Le coureur de la Movistar avait donc certainement en tête sa revanche, lorsqu’il s’est lancé dans l’échappée matinale. Bien assisté par son coéquipier Costa, il s’est isolé dans le Port de Balès. Ecoeurant ensuite ses poursuivants comme Egoi Martinez, ou encore Blel Kadri et Levi Leipheimer, il a finalement résisté au retour du groupe maillot jaune pour lever les bras. Le retour du grand Valverde ?

Les Français : Grande journée pour le cyclisme Français aujourd’hui. L’instant de l’accélération de Froome, seulement suivie par le Maillot Jaune accompagné de Pierre Rolland et Thibaud Pinot, est une magnifique publicité pour le vélo tricolore. Déjà vainqueurs d’une étape, les deux jeunes grimpeurs prouvent qu’ils ont leur place, maintenant et dans l’avenir parmi les meilleurs grimpeurs du monde. L’abnégation de Thomas Voeckler embellit le tableau. L’Alsacien a mérité chaque pois de son maillot, qu’il a été chercher en devançant Kessiakoff au sommet des difficultés du jour. Bref, avec Rolland huitième du général et Pinot solidement accroché à sa dixième position, les Français prouvent qu’ils peuvent briller sur le tablea des étapes et celui du général, ce qu’on leur a souvent reproché.

LE FLOP

Le spectacle : Une équipe Sky inattaquable, comme Nibali l’a appris à ses dépends a dominé entièrement cette course et va placer deux de ses coureurs sur le podium. Ce Tour a été parfaitement calculé, au millimètre, par les Britanniques. Ils se sont servis du concept de l’US Postal, surnommée le Train Bleu, mais en poussant le concept encore plus loin. En effet, Armstrong, lui, attaquait… Attaquer, c’est probablement ce qu’aurait aimé faire Chris Froome. Respectant scrupuleusement son contrat, le natif de Nairobi n’a pas trahi Wiggins. On l’a même vu plusieurs fois, dont aujourd’hui, quasiment arrêté pour attendre son leader. Dans un Tour sans offensive de grande envergure des favoris (comme A.Schleck l’année dernière), sans surprise majeure (à part le recul d’Evans), on ne retiendra certainement que les côtés négatifs, comme l’épisode des clous, ou les coureurs exclus. Encore une défaite pour le cyclisme…

Laisser un commentaire