London 2012 : Ce n’est pas encore fini pour les Bleus

L’équipe de France Olympique était partie sur un bon rythme. Très bon même ! Avec les titres obtenus en natation et en judo, sans oublier notre Tony Estanguet national en canoë-kayak, le drapeau tricolore avait fière allure sur le tableau du classement des médailles. Nous sommes restés longtemps dans le top cinq mondial. Ce qui était assez honorable. Mais depuis lundi, la machine à breloque s’est quelque peu enrayée. En quatre jours, autant de médailles ont été glanées par le clan Français : une en argent, trois en bronze. Le total provisoire affiche vingt-neuf récompenses dorées, argentées ou toutes bronzées. Le record de Pékin (quarante et une médailles) sera sans doute difficile à égaler ou dépasser tout comme le record du nombre de titres Olympiques acquis en deux semaines de compétition. A Atlanta, les Bleus avaient fait raisonner la Marseillaise à quinze reprises. Alors que nous étions en avance, ou sensiblement sur les mêmes bases que 2008 et 1996, l’équipe tricolore est dans le dur. Mais ça ne va pas durer. Nous sommes enthousiastes et pleins d’espoirs. Pourquoi ? On va tout expliquer tout cela.

Dans les trois prochains jours, dès aujourd’hui même, les médailles risquent de pleuvoir du côté du clan Français. On table sur quatorze breloques. Oui, on vous le disait… nous sommes enthousiastes ! Certes, certaines places sur le podium seront dures à aller chercher, mais pourquoi pas ?

Aujourd’hui (cinq médailles potentielles)
A 17h30, les filles du BMX vont disputer leur finale. Mais avant, Laëtitia Le Corguillé, deuxième à Pékin et Magalie Pottier, championne du Monde en titre, doivent passer par la case des demies. Elles sont dans deux séries différentes et pourraient donc concourir l’une contre l’autre en finale. Un doublé Français est possible. La preuve il y a quatre ans ! Le Coguillé était donc montée sur la boîte… juste derrière la toute première championne Olympique de l’histoire, Anne-Caroline Chausson.

Chez les mecs, la finale est prévue dix minutes après celle des filles. Avec un peu de chance, si nos bleues ont signé une perf éclatante, le capital confiance de Joris Daudet, vice-champion du Monde en titre et porteur du maillot arc-en-ciel l’an passé, pourrait allègrement augmenter. Il profiterait donc de cette donne dynamique pour monter sur la plus haute marche du podium et recevoir une belle médaille d’or. Mais il faut avant qu’il passe le stade des demies.

Sur les coups de vingt heures, Renaud Lavillenie a rendez-vous avec l’histoire. Le Clermontois d’adoption peut rejoindre Jean Galfione (1996) et le regretté Pierre Quinon (1984) au palmarès. Il a cette année été sacré champion d’Europe et champion du Monde en salle. Lavillenie pourrait donc faire le triplé en décrochant l’or du saut à la perche, lui qui détient la meilleure performance de l’année (5,97 m). Renaud a une immense pancarte accrochée derrière son dos. A lui de s’en défaire et de passer outre la pression. Quant à Romain Mesnil, pour ses derniers Jeux, on se permet de miser un petit kopeck sur lui pour une petite médaille de bronze. Deuxième des Mondiaux de Berlin en 2009, et d’Osaka en 2007, le Bordelais a du mal à évoluer à son meilleur niveau depuis. Mais en sport, rien n’est écrit à l’avance.

Demain (5 médailles)
Champion d’Europe 2006 et 2010 du 50 km marche, Yohann Diniz nous doit une revanche. Grand favori pour le titre il y a quatre ans, le Rémois a été contraint à l’abandon. Les conditions climatiques (97% d’humidité dans l’air) n’ont pas aidé Diniz dans sa quête au podium Olympique. Des douleurs à la cuisse et au ventre auront eu raison de lui. L’an passé, le 12 mars, Yohann Diniz a réussi son pari, celui de battre le record du monde du 50 km marche sur piste qu’il améliore de cinq minutes.

Gwladys Epangue absente et Marlène Harnois en bronze, les espoirs de médaille d’or en taekwondo reposent désormais sur Anne-Caroline Graffe, championne du Monde des +73 kg l’an passé en Corée du Sud. Pour la petite histoire, si elle parvient à décrocher une petite breloque, elle deviendrait la première Tahitienne à réaliser cet exploit.

En VTT, nos deux engagées Françaises peuvent faire « un truc ». Pauline-Ferrand Prévot et Julie Bresset aiment cette discipline. Elles brillent dans les catégories de jeunes. La première a été championne du Monde (2009, 2010) et d’Europe (2009) juniors, médaillée de bronze aux derniers mondiaux espoirs et championne de France espoirs en titre. La deuxième a remporté la Coupe du Monde de la spécialité l’an passé avant de devenir championne du Monde espoirs. Elle a même réalisé le triplé en 2011 en remportant aussi le titre de championne d’Europe moins de vingt-trois ans. Une voire deux médailles sont donc envisageables non ? On y croit, elles ont beaucoup de talent.

Quoi qu’il arrive, demain, nous avons au moins une médaille supplémentaire. Pourquoi donc ? Parce que l’équipe de France féminine de basket s’est hissée jusqu’en finale du tournoi Olympique. Les filles de Pierre Vincent demeurent invaincues à Londres ! Et si la série se poursuivait ? La tâche risque d’être tout de même ardue lorsque l’on peut voir l’adversaire des bleues. Les Etats-Unis, sont pour la cinquième fois de suite en finale des JO. Les Américaines voudront bien évidement faire la passe de cinq, pour entrer définitivement dans la légende des Jeux.

Dimanche (4 médailles)
Alors là, dimanche, c’est l’extase. On prévoit, accrochez-vous, trois médailles d’or. Oui, un triplé. Du jamais vu dans ces JO 2012, le maximum étant deux titres Olympiques glanés en une journée.

La moisson débutera avec Julien Absalon (VTT). Sur la ligne de départ, le Vosgien se présentera avec le dossard numéro un. Il est le double tenant du titre et compte bien conserver son bien une troisième fois consécutive et rejoindre Tony Estanguet au panthéon. Sa saison 2012 est de loin sa « plus mauvaise » chez les pros, pour le moment. Quatrième du championnat d’Europe et onzième de la Coupe du Monde (avec deux victoires en poche), nous n’étions pas habitués à de telles places avec Absalon. Le premier jour des Jeux, lors de la 7e et dernière manche de la Coupe du Monde, le Français a chuté et s’est fait mal au poignet. Espérons que ses douleurs ne se réveillent pas pendant la course. Deuxième à Pékin derrière Absalon, Jean-Christophe Péraud, peut toujours viser une place sur le podium. Il est en forme, sa deuxième place lors de la douzième étape du Tour de France le démontre. Mais depuis quatre ans, Péraud privilégie plus la route que le VTT. A voir donc.

Amélie Cazé, triple championne du Monde de pentathlon moderne est la grande favorite pour décrocher l’or. La Picarde pourrait devenir la première Française médaillée dans ce sport qui n’est malheureusement pas médiatisé.

Les Handballeurs tricolores sont très attendus. Après leur championnat d’Europe complètement raté (onzièmes), les Experts souhaitent conserver leur couronne acquise à Pékin. Le hand pourrait être le premier sport collectif à réaliser le doublé aux Jeux Olympiques. Les hommes de Claude Onesta doivent ce pendant passer l’obstacle Croate. Le duel entre Nikola Karabatic et Ivano Balic promet !

Et voilà nos quatorze médailles et médaillés virtuels ! Les huit à neuf titres Olympiques sur lesquels nous misons ne sont donc pas si utopiques que ça.

Crédit photos : AFP

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac’ @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l’UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Laisser un commentaire