Mondiaux 2012 : un goût d’Amstel (partie 1/3)

Les épreuves s’enchaînent dans le Limbourg néerlandais à l’occasion des championnats du monde. Or, c’est dimanche qu’aura lieu la course reine de la semaine. Les élites hommes vont s’affronter sur un circuit qui empruntera les routes de l’Amstel Gold Race. Qui va succéder à Mark Cavendish et endosser la tunique arc-en-ciel ? Culture Sport vous présente les forces majeures de ce rendez-vous de fin de saison.

Espagne : équipe de leaders

Sur le papier, la délégation hispanique fait peur. Quatre coureurs prétendent au maillot arc-en-ciel ce dimanche. Alberto Contador, récent vainqueur de la Vuelta, réapparaît sur les mondiaux. Son objectif est de rattraper le temps perdu. Or, sa pointe de vitesse fait défaut et sa dernière prestation sur la Bola del Mundo n’a pas rassuré le sélectionneur ibère. Mais ce dernier n’a pas le droit de s’inquiéter. Valverde et Rodriguez, qui complètent le podium du Tour d’Espagne, sont des spécialistes de cette course d’endurance. Ces deux coureurs ont déjà croqué une médaille, mais ce ne fût que de l’argent et du bronze. Le quatrième larron connaît triplement la saveur de l’or. Oscar Freire, qui a affiché une forme tonitruante lors de sa dernière sortie sur le GP de Wallonie, avait échoué de peu sur la dernière édition de l’Amstel Gold Race. La course limbourgeoise n’a plus de secret pour lui même s’il n’y a jamais levé les bras. Il espère conjurer le sort et endosser une quatrième fois le tricot mondial avant d’accrocher le vélo au mur. Ce ne sont donc pas les cartouches qui manquent. Or dans une telle sélection, les quelques équipiers auront beaucoup de travail car ils ne seront guère nombreux à se sacrifier pour leurs couleurs nationales.  Et comment se comporteront toutes ces stars lorsqu’il faudra collaborer en tête de course? On l’a vu durant l’année, les équipes les plus impressionnantes  n’ont pas forcément été à la hauteur des espérances…

France : La dernière occasion pour Jalabert

Cela fait seize ans que Laurent Brochard est devenu champion du monde, une éternité. La France qui a connu un passage à vide durant la défunte décennie semble se relever petit à petit. Les résultats sur le Tour de France l’attestent. Or, sur les récents Jeux olympiques, le sélectionneur Laurent Jalabert n’est pas rentré satisfait de la prestation de ses protégés… comme souvent. Le natif de Mazamet donne une dernière chance à ses coureurs sans quoi il pourrait bel et bien quitter son poste à l’issue de ces mondiaux. Thomas Voeckler a donc la pression. Il sera le leader, laissant à Sylvain Chavanel un rôle d’électron libre. Autour d’eux, sept jeunes vont se sacrifier, mais seront prêts à jouer leur carte personnelle si la configuration de course leur donne l’opportunité. Ainsi, Maxime Bouet et Tony Gallopin comptent profiter de leur forme pour jouer les troubles fêtes dans le ballet des ténors. Certes, ils manquent encore d’expérience, mais c’est cette génération qui redresse le cyclisme français actuellement.

Grande-Bretagne : champions fatigués

Ils sont trois. Trois coureurs à avoir marqué la première partie de saison. Chris Froome s’est révélé aux yeux du grand public au mois de juillet. Bradley Wiggins a pratiquement remporté toutes les courses auxquelles il a pris le départ.  Or, depuis le mois d’août, les deux Britanniques ne sont plus des foudres de guerres. La faute à un programme trop chargé. Chris Froome en a fait les frais sur la Vuelta qu’il a terminé sur les genoux. Difficile donc de conserver le titre acquis l’an dernier par Mark Cavendish, lequel a chuté récemment sur son tour national. Et surtout, le parcours sera nettement moins à sa convenance. Le seul espoir peut venir de Jonathan Tiernan-Locke. Le pensionnaire d’Endura a fait trembler, lui aussi, la concurrence en début de saison. Après un passage à vide en été, il revient en forme au bon moment comme en atteste son succès sur ses terres natales. Ce sera l’occasion pour lui de se tester face à la crème du cyclisme mondial.

About Julien Detroz

Conseiller de rédaction Culture Sport
Journaliste Culture Sport cyclisme
Journaliste en cyclisme Sudpresse
Journaliste sportif La Meuse Namur
Journaliste sportif MAtélé

Facebook: Julien Detroz
Twitter: @juliendetroz

Admirateur de Rodrigo Beenkens. Affamé de sport et fervent suiveur du cyclisme. Journaliste qui n’hésite pas à mouiller le maillot, sur un vélo. Croque la vie à pleine dent.

« Fais de ta vie un rêve et d’un rêve, une réalité. »

Laisser un commentaire