OM – ASSE : duel post-fin du monde

Ce week-end, l’affiche en Ligue 1, c’est Marseille contre Saint-Etienne. Culture Sport vous propose un duel : 3 raisons qui vont faire pencher la balance en faveur des Marseillais ou des Stéphanois.

POURQUOI L’OM NE VERRA PAS SON GAZON MAUDIT

  • Parce que statistiquement parlant…

Et bien statistiquement parlant, Saint-Etienne ne s’est plus imposé au Vélodrome depuis la saison 1979/1980. Un bail quoi ! Perso, j’étais pas né. De plus, depuis leur second retour en ligue 1 en 2004, les Verts ont subi 6 défaites et n’ont obtenus que 2 nuls dans l’antre phocéenne. Vous me direz que toute série a une fin. Mais demandez aux Marseillais leur avis, ils vous répondront que cela fait 35 ans qu’ils ne gagnent plus à Bordeaux ! Alors oui, dimanche soir l’OM va s’imposer face à Saint-Etienne pour poursuivre sa belle série.

  • Parce que Gignac

Parce que Gignac prouvera encore une fois qu’on peut compter sur lui cette saison. Après une bonne rentrée à Bastia et un but décisif à Toulouse, il fêtera à coup sûr dignement la fin d’année devant son public. Pas forcément titulaire dimanche, pour ne pas précipiter sa reprise, il prendra quand même le temps d’inscrire un doublé. Histoire de rattraper Aubameyang au classement des buteurs et de manger des Big Mac aux réveillons l’esprit tranquille.

  • Parce que l’OM veut reconquérir le Vélodrome

Marseille ne peut pas se permettre une troisième défaite de suite devant son public. Après les claques reçues contre Lyon (1-4) et Lorient (0-3), les Phocéens doivent impérativement battre les Stéphanois. 13e équipe à domicile, le club ne doit son salut qu’à son parcours hors de ses bases. En effet l’OM est la meilleure formation à l’extérieur. Une victoire dès dimanche permettra d’éviter de parler de malédiction ou de « syndrome Vélodrome ». Elle permettra surtout de finir la phase aller parmi le trio de tête, chose il faut le rappeler, inespérée en début de saison.

SAINTETIENNE_MARSEILLE_021010

POURQUOI SAINT-ETIENNE VA BOUFFER DU MINOT

  • Parce que bon, 4 matchs sans marquer c’est beaucoup trop

La dernière fois que l’ASSE est parvenue à faire trembler les filets adverses, c’était le 23 novembre dernier et une victoire 1-0 sur Valenciennes grâce à une réalisation de Romain Hamouna. Pourtant, les hommes de Galtier n’y mettent aucune mauvaise volonté : le jeu est là, les occasions aussi mais la réussite en RTT. Ce dimanche, Sainté va recoller les morceaux avec le tableau d’affichage. Aubameyang, qui avait scoré à 8 reprises lors des 12 premières journées, et qui depuis se montre stérile devant le but, sera le symbole de ce renouveau.

  • Parce qu’en ce moment, Marseille à besoin d’aide pour gagner

Pour se relever des deux tiercés reçus contre Limassol en Europa League puis au Vélodrome face à Lorient, l’OM a bénéficié de deux “coups de pouces“. Premièrement, ce match disputé à Bastia : huis clos mais tout de même plus 2000 supporters Corses sur le parking du stade, pelouse indigne sur laquelle même un club de seconde division district refuserait d’évoluer et un pénalty non sifflé pour les locaux. Ensuite, le déplacement au Stadium pour y affronter le TFC et où les Marseillais auront longtemps peiné pour prendre de vitesse une équipe toulousains rapidement réduite à 9. Ce dimanche, il n’y aura ni pelouse pourrie, ni pénalty oublié, ni même d’expulsions Stéphanoises. Ce dimanche, Saint-Etienne va l’emporter.

  • Parce que derrière, c’est solide

A ce stade de la compétition, Ruffier n’a encaissé que 13 buts, ce qui fait de Saint-Etienne la seconde meilleure défense de Ligue 1 derrière le PSG et ses 12 buts contres. L’incarnation de ce phénomène se nomme Bayal Sall. Le sénégalais a longtemps été placé dans la catégorie des “lofteurs“, autrement dit des indésirables, et a su surmonter cette terrible situation à force de travail à l’entraînement et de sacrifices. Surtout de sacrifices (pour revenir en équipe première, il a accepté une diminution de son salaire). Titulaire lors des 8 derniers matchs, il s’affirme peu à peu comme une valeur montante au poste de défenseur central.

 

Quentin Chaya et Aurélien Maubert

Laisser un commentaire