Grand Prix de Belgique : le baromètre

Une fois n’est pas coutume, le tracé belge n’a pas donné lieu à une course trépidante !

En hausse

Culture Sport GP de Belgique Sebastian Vettel

Sebastian Vettel (Red Bull)
Le triple champion du monde allemand serait-il en route vers un quatrième sacre de rang ? C’est ce que l’on peut déduire de cette nouvelle victoire, la cinquième de la saison. Vettel a tué tout suspense dès la ligne droite de Kemmel au premier des quarante-quatre boucles, puisqu’il était déjà en tête ! La suite ne fut qu’un long cavalier-seul, ponctué de meilleurs tours en course. Cette trente-et-unième victoire de sa jeune carrière lui permet d’égaler le champion britannique Nigel Mansell ; sa prochaine cible est Fernando Alonso avec trente-deux trophées. Sebastian Vettel est entrain de se construire un palmarès monstrueux, qu’on se le dise !

Fernando Alonso (Ferrari)
Le Taureau des Asturies est passé maître dans les départs, et les premiers hectomètres du GP de Spa n’ont pas failli à la règle. En partant depuis la neuvième position, il avait du pain sur la planche. Pourtant, tout s’est déroulé comme sur des roulettes Pirelli pour l’Espagnol. Il a su profiter des égarements des Lotus et de Webber (Red Bull) pour monter au cinquième rang. Puis ses manœuvres de dépassement sur les Mercedes-AMG l’ont emmené sur la seconde marche du podium. Lewis Hamilton a bien essayé de défendre sa position, mais Alonso n’en a fait qu’une bouchée. Certes, il a perdu encore cinq points sur Vettel, mais grâce à l’abandon de Räikkönen (Lotus), le double champion du monde prend une petite avance au classement des pilotes sur le Finlandais et sur Lewis. Le prochain rendez-vous à Monza lui permettra peut-être de grignoter son retard sur Sebastian.

En baisse

Culture Sport GP de Belgique Kimi Raikkonen

Kimi Räikkönen (Lotus)
C’est sans conteste le grand perdant du week-end. On s’attendait à une performance du Finlandais, qui affectionne particulièrement le tracé des Ardennes, malheureusement la réalité fut moins idyllique. Dans des conditions précaires, le champion du monde 2007 se qualifiait à une décevante huitième place. Mais contrairement à son rival Alonso, son départ fut catastrophique. En effet, les deux Lotus ont viré large à La Source, de quoi perdre encore plus de positions. Cependant, Kimi n’a pas démérité, en entamant une audacieuse remontée peu avant la mi-course. Finalement, un problème de freins l’a forcé à jeter l’éponge au vingt-sixième tour. Cet abandon, le premier depuis son retour en F1, marque un coup d’arrêt dans sa lutte pour le titre. Il est relégué au pied du podium, soixante-trois points derrière Vettel, à seize et cinq unités d’Alonso et Hamilton. Petite statistique : Räikkönen est arrivé vingt-sept fois de suite dans les points (record), ce qui prouve sa régularité. En 2012, Alonso avait été le roi de la régularité, mais on sait quelle fut l’issue du championnat…

Mark Webber (Red Bull)
Bien avant le départ du Grand Prix, l’Australien n’a pas rendu service à son équipe ! Lors d’une interview avec ses compatriotes reporters, il a tout bonnement vendu la mèche : Daniel Ricciardo (Toro Rosso) serait bel et bien le futur équipier de Vettel l’an prochain ! Le directeur Christian Horner s’est empressé de démentir cette déclaration, mais le doute subsiste. Ensuite, Webber est retombé dans ses coupables travers, en prenant un départ plus que laborieux, en perdant trois places. Il nous avait prévenu, il a eu des soucis avec son embrayage. Sa stratégie de course était basée sur le rythme des Mercedes-AMG, et là aussi, cela n’a pas payé. Il est resté bloqué derrière les deux Flèches d’Argent en fin d’épreuve, l’objectif est donc manqué.

Esteban Gutierrez (Sauber)
Le débutant mexicain a adopté un comportement digne de Sergio Perez ! Sa défense trop rugueuse a donné des sueurs froides à Adrian Sutil (Force India) au vingt-neuvième tour. Quelques instants avant d’aborder le Raidillon, les deux monoplaces étaient littéralement roues-contre-roues à l’extérieur de la piste. L’Allemand a laissé éclaté sa colère en levant ostensiblement la main ; heureusement, il a pris l’avantage aussitôt. Comme le dit l’expression, Gutierrez était « généreux dans l’effort », et même un petit peu trop, lorsqu’il passa Pastor Maldonado (Williams) en dehors des limites de la route au tour précédent. Les commissaires n’ont pas attendu bien longtemps avant de lui infliger une pénalité de passage aux stands. Gutierrez est un pilote manquant d’expérience, il devrait tirer les leçons de ses erreurs de jeunesse.

Crédit photos : Pages Facebook officielles du Red Bull Racing & Total F1

Publicités

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s