Grand Prix de Belgique : le baromètre

En hausse

Daniel Ricciardo (Red Bull)
D.Ricciardo à l'assaut de l'Eau Rouge

D.Ricciardo à l’assaut de l’Eau Rouge

La surprise Ricciardo a fait place à l’admiration ce week-end ! L’Australien n’a eu aucun mal à se replonger dans le bain de la F1 après avoir dignement fêté son succès hongrois en signant sa troisième victoire en 2014. Mais ne nous méprenons pas : ce succès a démontré une nouvelle facette du tombeur des Mercedes. Effectivement, le protégé de la firme autrichienne, qualifié cinquième, a fait feu de tout bois dans les premiers kilomètres, en se débarrassant de Vettel (Red Bull, voir ci-dessous) et d’Alonso (Ferrari). Bien aidé par l’accrochage entre les Flèches d’Argent, Daniel a ensuite maîtrisé la meute jusqu’au drapeau à damiers, pour consolider son rôle de troisième homme au championnat. Ce résultat flatteur a conforté le choix des ingénieurs du taureau rouge d’opter pour un aileron arrière de type Monza. Cette configuration a apporté une impressionnante vitesse de pointe en ligne droite au détriment de l’appui aérodynamique dans les courbes. Pas de souci pour Ricciardo qui a su manier la RB10 à la perfection dans les secteurs sinueux ; il faut rendre hommage à sa dextérité.

Kimi Räikkönen (Ferrari)

Le champion du monde 2007 apprécie le tracé belge, cela s’est confirmé ! Pour la première fois de la saison, le Finlandais a terminé devant son équipier Alonso (7ème) après une course inspirée. Il est appréciable de retrouver un Räikkönen digne de son statut de pilote de pointe ; sa première moitié d’exercice a été passablement laborieux (voir le GP de Grande-Bretagne) et l’on commençait à s’inquiéter quant à sa motivation. Or « Iceman » a retrouvé son mordant sur un lieu qu’il affectionne (quatre succès entre 2004 et 2009). La décision de rentrer aux stands avant ses rivaux au neuvième tour l’a clairement avantagé. Ce fut une bonne illustration de la tactique de l’undercut : la voiture a changé de pneus une voire deux boucles avant ses adversaires afin de bénéficier d’une piste claire et donc d’enchaîner de bons chronos. Ainsi, il a pu se détacher du groupe de poursuivants pour s’installer en troisième place. Un rang qu’il gardera jusque dans les dernières boucles, où son compatriote Bottas (Williams) lui ravit la dernière marche du podium, grâce à des gommes plus performantes. Un joli résultat que l’on espère annonciateur d’une bonne dynamique pour Kimi.

En baisse

Les pilotes Mercedes-AMG
L'instant fatidique

L’instant fatidique

A force d’évoluer roue dans roue depuis le début de saison, cela devait bien se produire : les deux rivaux pour le titre mondial se sont accrochés. Pas de manière spectaculaire, mais avec des conséquences importantes. Hamilton doit faire face à un nouveau coup dur. Pour l’Anglais, ce sont de précieux points qui se sont échappés, encore une fois serait-on tenté d’écrire. Les statistiques sont douloureuses pour le champion 2008 : c’est son troisième abandon de la saison, tandis que Nico enfile les bons résultats (2nd à Spa malgré un changement d’aileron). Psychologiquement, il sera très intéressant de voir la réaction du Britannique. C’est dans ce genre de situation que les vrais battants se révèlent, ils doivent faire preuve d’une détermination et d’une force exceptionnelles pour renverser la vapeur.
Rosberg a repris ses aises au classement, avec 29 points d’avance. La compétition va devenir de plus en plus acharnée à mesure que la fin d’année approche. Lewis va certainement faire ce qu’il affectionne, c’est-à-dire donner une attaque maximale (ses fins de saison 2008 et 2012 en attestent) pour combler son retard.
Attention néanmoins à ne pas franchir les limites du raisonnable ; à ce niveau d’intensité et de précision qu’est la F1, l’erreur est possible. C’est exactement ce qu’il s’est passé lors de ce fameux fait de course, au second tour : Nico a porté l’estocade à l’extérieur aux Combes, mais il était trop loin pour avoir la main sur le virage suivant, et cisailla le pneu arrière gauche de Lewis avec son déflecteur avant. A n’en pas douter, Rosberg est fautif sur cette action, même si l’erreur est minime. Rappelons tout de même le contexte : nous n’étions qu’en début d’épreuve, Nico allait probablement bénéficier du DRS au passage suivant, et la manœuvre aurait été plus simple à réaliser. Au lieu de ça il a insisté et a détruit la course de son équipier, en plus du pneu. Le leader du championnat flirte depuis Monaco avec les limites du pilotage et du règlement (épisode de la chicane au Canada) ; il est sans conteste un pilote très malin et talentueux, mais il doit garder son sang-froid. Pour sa réputation, ce GP ne l’a pas grandi auprès des fans (sifflets sur le podium). L’avantage comptable est appréciable, mais doit-on agir de cette manière pour parvenir à ses fins ?
Cet incident a mis de l’huile sur le feu des relations entre les deux pilotes. L’amitié de l’ancien temps est sacrifié sur l’enjeu d’un titre mondial, c’est le prix à payer pour être inscrit dans l’histoire du sport automobile.

Sebastian Vettel (Red Bull)

Encore une fois, le quadruple champion en titre (5ème) s’est fait dominer par son équipier. Autant le dire tout de suite, il n’y a pas eu match entre les deux pensionnaires Red Bull. Cela s’est clairement vu en début d’épreuve, lorsque Vettel commit une erreur de pilotage dans Pouhon au bénéfice de Ricciardo. Fait rare, l’Allemand avait fait la même faute durant les essais. Les entraînements du vendredi, voilà peut-être le moment clé de son week-end difficile. Vettel n’a pu peaufiner ses réglages lors des essais libres 2, alors qu’au même instant Ricciardo évoluait en situation de course (longs relais). Ce dernier a ainsi entamé la course avec des ajustements qui convenaient à son style de conduite, a contrario de Sebastian, qui a dupliqué ces réglages sans les avoir réellement vérifiés. Conséquence : la monoplace de Vettel détruisait trop rapidement ses pneus, du fait de sa conduite. Nous n’avons donc pas aperçu un homme ayant confiance en sa monture, comme c’est trop souvent le cas ces derniers mois.

Crédit photos : Getty Images

Publicités

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s