Grand Prix d’Autriche : le baromètre

En s’imposant devant son équipier chez Mercedes, Nico Rosberg se rapproche dangereusement sur Lewis Hamilton au classement des pilotes. Le suspense pour la victoire finale est relancé.

En hausse

Nico Rosberg (Mercedes-AMG)
Nico Rosberg fend la bise autrichienne !

Nico Rosberg fend la bise autrichienne !

Presqu’à la maison, l’Allemand a enfin réagi en patron, après sa victoire controversée à Monaco. Cette fois-ci, ni la stratégie ou les incidents de course n’ont directement aidé Nico dans sa quête de succès. Pourtant, certains observateurs estimaient son erreur en qualifications comme rédhibitoire, quand on sait que le poleman a invariablement de grandes chances de l’emporter le lendemain. Mais sur le petit tracé de Spielberg, Rosberg a fait taire lesdites critiques et de quelle manière ! Auteur d’un envol parfait lui permettant de passer Hamilton (Mercedes-AMG, 2ème), il enchaîna les chronos sur un rythme intenable pour son équipier et rival. Ce dernier effectua même une faute inhabituelle pour un double champion du monde, en coupant la ligne blanche des stands. La pénalité de cinq secondes qui s’ensuivit entérina le classement, à la faveur du fils du champion 1982. Rosberg fait donc la bonne opération au championnat, revenant ainsi à dix petits points d’Hamilton. Le leader au classement essaiera de renverser la vapeur devant son public à Silverstone dans deux semaines.

Felipe Massa (Williams)

Après une entame de saison plutôt discrète, les monoplaces d’un blanc étincelant commencent à retrouver le devant de la scène ! Après Valtteri Bottas au Canada, c’est au tour de son camarade Felipe Massa de prendre la troisième place du podium en Autriche. Le résultat est honorable, mais il est le fruit de circonstances de course comme l’arrêt prolongé aux stands de Sebastian Vettel (Ferrari, 4ème), qui aurait dû vraisemblablement terminer devant la Williams. Massa a néanmoins saisi une belle occasion de ramener de gros points pour la hiérarchie des constructeurs tout en se rapprochant de Bottas chez les pilotes (cinq points les séparent).

En baisse

Kimi Räikkönen (Ferrari)
L'épave du Finlandais a provoqué l'unique apparition de la voiture de sécurité en Autriche.

L’épave du Finlandais a provoqué l’unique apparition de la voiture de sécurité en Autriche.

Après le tête-à-queue québécois, place à l’accident autrichien, spectaculaire mais heureusement sans gravité. Le Finlandais accumule les erreurs en ce mois de juin. Une attitude étrange qui pourrait vite devenir préoccupante : Räikkönen doit se ressaisir s’il ne veut pas perdre la bataille qui l’oppose au nouveau-venu Vettel. D’un point de vue comptable, Kimi prend une voie dangereuse, car l’Allemand lui a pris quarante-huit unités d’avance au classement. Les torts doivent également être partagés avec les stratèges de la Scuderia. Ceux-là ont tout bonnement ruiné sa qualif’ à cause d’une erreur de timing ; cela s’était déjà produit en Malaisie au printemps…

Fernando Alonso (McLaren)

Triste statistique pour le Taureau des Asturies : sur le Red Bull Ring il a signé un quatrième abandon consécutif. Une fois n’est pas coutume, la mécanique n’a guère eu le temps de souffrir, en étant la victime de la perte de contrôle de Räikkönen. L’Espagnol doit certainement puiser dans ses ressources psychologiques pour ne pas déprimer en cette difficile année 2015. En effet rien ne se déroule positivement jusqu’à présent. Son ancienne équipe Ferrari est revenue aux avant-postes tandis que McLaren s’enfonce encore et toujours dans le grupetto. Les améliorations châssis et moteur dont on attendait monts et merveilles n’ont pas été très concluantes De plus, le double champion a indiqué son intérêt pour les 24 Heures du Mans en conférence de presse, qui serait une solution toute trouvée pour rechercher le goût du combat et de la victoire, à l’instar du vainqueur Hülkenberg…
Alonso garde néanmoins espoir dans les prochaines modifications mécaniques fournies par Honda et McLaren, preuve de son soutien total au staff de l’écurie anglaise.

Medhi Casaurang. Crédits photos : Sutton Images et Hoch Zwei

There is one comment

Laisser un commentaire