Dans la roue de Boris #2 : « Ce sera une course d’usure »

Avec des résultats prometteurs en début de saison, dont une belle deuxième place au Grand Prix de Denain, Boris Vallée continue de prouver qu’il est un de ces jeunes coureurs belges à ne pas perdre de vue ces prochaines années. Désormais bien installé dans son rôle d’équipier de luxe pour ses sprinteurs, le Verviétois pourra davantage jouer sa carte personnelle sur le Tour de Wallonie.

Lors de la 1ère étape entre Wanze et Hannut, le jeune coureur de 22 ans a réussi à se glisser dans l’échappée du jour. A l’arrivée, une belle 4ème place à ajouter à son jeune palmarès.

Boris Vallée (Lotto-Soudal)

Boris Vallée (Lotto-Soudal)

cultureSPORT : Boris on imagine que vous êtes content et en même temps un peu déçu avec cette 4ème place ?

Boris Vallée : C’était une belle journée hier (samedi). Les conditions climatiques étaient idéales pour moi, j’aime assez bien la pluie. L’échappée était bien lancée, il y avait plusieurs équipes avec deux coureurs donc ça l’a bien dynamisée. Malheureusement j’ai dû me résoudre à laisser partir Niki Terpstra, le vainqueur du jour. Je n’ai pas réussi à le suivre, il était très fort. Je suis un peu déçu car je pensais gagner le sprint pour la 3ème place. J’aurais ainsi pu avoir un maillot distinctif  aujourd’hui. Mais ce n’est pas grave, on verra aujourd’hui ce qu’on peut faire, je vais m’accrocher dans les prochaines étapes.

cultureSPORT : Hier au départ de Wanze vous nous disiez que la météo avait perturbé la stratégie de l’équipe Lotto-Soudal. Prendre l’échappée ça faisait partie de la nouvelle tactique ?

Boris Vallée : Oui, je devais absolument essayer de prendre l’échappée. Même si, normalement, elle devait être plus petite. En tout cas c’est ce à quoi on s’attendait. On n’avait pas vraiment prévu un tel nombre de coureurs. Mais j’ai réussi à la prendre donc la mission était remplie.

cultureSPORT : Aujourd’hui c’est une étape vallonnée qui vous attend. Il faudra vraiment être costaud pour s’imposer ce soir à Bassenge ?

Boris Vallée : Il y a 9 côtes répertoriées au programme d’aujourd’hui, en plus de celles qui ne le sont pas. Je pense que ça va être une course d’usure. Il faudra, effectivement, être costaud aujourd’hui. Pour ma part, c’est un parcours que je connais très bien, on passe juste à côté de mon village. Ce sont mes routes d’entraînement donc j’espère pouvoir suivre les meilleurs le plus longtemps possible.

Laura Gilboux depuis Beaufays (Wallonie). Crédits photos : Laura Gilboux/cultureSPORT.

There is one comment

Laisser un commentaire