Grand Prix de Belgique : le baromètre

Après trois semaines de repos bien mérité, les protagonistes de la F1 se sont retrouvés pour la rentrée des classes sur le mythique tracé de Spa-Francorchamps ! Alors, qui a bien potassé ses devoirs de vacances, derrière les imbattables Mercedes (Hamilton vainqueur, Rosberg second) ? Qui a lézardé au soleil sans se préoccuper du lendemain ? C’est l’heure du bilan !

En hausse

Romain Grosjean (Lotus)

272203Nous n’attendions pas les Noir et Or à pareille fête ! Romain Grosjean, déjà très véloce aux essais (4ème), a taillé des croupières dans le peloton lors des premiers relais. Sa pénalité pour avoir changé de boîte de vitesses (+5 places sur la grille) ne l’a guère troublé, tant sa pointe de vitesse était éloquente. La Lotus E23 est ainsi remontée jusqu’au quatrième rang à quelques tours de la fin ; un résultat probant qui s’est transformé en podium suite à l’explosion du pneu de Vettel (Ferrari) ! C’est bien connu le malheur des uns fait le bonheur des autres, et tandis que les mécaniciens de la Scuderia avaient une mine déconfite, leurs camarades de classe pouvaient enfin brandir une copie parfaite !

Les membres de la formation britannique ont vu leur travail et leur patience récompensés après une première moitié d’année en dents de scie. A l’instar de Williams, Lotus est une petite écurie parmi les rouleaux compresseurs (Mercedes-AMG, Ferrari) qui se battent avec leurs armes, c’est-à-dire un certain savoir faire et de la débrouillardise pour compenser un déficit financier. D’un point de vue plus personnel, la perfomance de Grosjean lui permet de se rappeler au bon souvenir de tous ! Son dixième podium dans la catégorie reine arrive à point nommé pour démontrer le potentiel de cette écurie à taille humaine à un certain Losange, qui pourrait revenir officiellement dans les locaux qui ont permis à Renault de devenir champion il y a déjà une décennie…

Sergio Pérez (Force India)

Décidément, c’est le jour des repentis ! Après Grosjean (suspendu une course après un désormais fameux accident ici-même en 2012), c’est au tour du Mexicain Sergio Pérez de passer avec succès le test de rentrée ! Le pilote Force India a mis son caractère impulsif de côté pour s’immiscer aux avant-postes pour la première fois en 2015. La VJM08 s’est même payée le luxe de titiller les dominatrices Mercedes lors des premières boucles ! D’aucuns ont pensé à un répétition de la sensationnelle seconde place finale de Fisichella en 2009 sur la machine battant pavillon indien. Malheureusement le remake n’a pas eu lieu, la faute à un manque de vélocité dans les parties sinueuses du circuit. Finalement, Pérez a dû s’employer pour préserver un rang honorable (5ème), de loin son meilleur résultat, mais également pour son employeur cette saison.

En baisse

L’équipe Ferrari
S.Vettel (Ferrari) rattrapé par Bottas (Williams) après la perte de son pneu

Les bons élèves ne sont pas à l’abri de mauvaises notes, et pour la Scuderia c’est clairement une note en-dessous de la moyenne qui sanctionne ce rendez-vous belge ! Räikkönen septième, Vettel douzième, les Rouges font grise mine au moment de démonter le box. Pour « Iceman », un souci de boîte vitesses le forçait à s’élancer depuis l’arrière (16ème), et sa course se résuma à une remontée laborieuse vers la septième position. Pour celui que l’on surnomme également « le Roi de Spa » (quatre victoires entre 2004 et 2009), la cuvée 2015 est donc à oublier.

Quant à son partenaire Vettel (qui continueront à travailler avec Kimi l’an prochain), il doit certainement maudire les pneumatiques ! En effet, pour son 150ème départ en GP et le 900ème de son team, l’Allemand semblait résister au retour de Grosjean pour préserver un podium. C’était sans compter sur l’explosion de son pneu arrière droit dans la ligne droite vers les Combes ! Un comble pour Pirelli, qui a peut-être un peu vite oublié le fiasco de Silverstone 2013 (lire ici et là). Le manufacturier italien a également subi une alerte vendredi dernier avec un incident identique sur la Mercedes de Rosberg. Le mystère planait en début de week-end (un élément extérieur a entraîné l’explosion du pneu de Rosberg selon la version officielle), et voilà que le même cas de figure se produit, à une vitesse égale (plus de 300 km/h) et au même pneu (arrière droit) ! Voilà qui est troublant. Ce qui est certain, c’est que ni la F1, ni Pirelli ne sortent grandis de cette affaire : comment l’automobiliste du coin pourrait avoir confiance en ses gommes après un tel spectacle ?

Valtteri Bottas (Williams)

Le pilote finlandais, parti troisième, a été la victime d’un incident rarissime. Lors de son arrêt aux stands, les mécaniciens l’ont affublé de trois pneus durs…et un pneu tendre ! Le panachage de gommes étant interdit pour d’évidentes raisons de sécurité (cela peut modifier l’équilibre de la voiture), les commissaires lui ont infligé une pénalité de passage par les stands . Mis à part cette bévue, la Williams n’avait de toute manière pas les armes pour se battre en vue d’un podium (9ème), un top 5 était tout juste possible comme l’a prouvé Felipe Massa (6ème). L’équipe motorisée par Mercedes doit se mettre aux devoirs pour oublier cette légère contre-performance.

Medhi Casaurang. Crédits photos : GPUpdate/Sutton.

Publicités

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s