Demoitié, dans la lignée de Danguillaume, Monsere, Mata…

cultureSPORT Antoine Demoitié

Putain de semaine. Après les attentats de Bruxelles, le week-end a reçu son lot de malheur en s’adressant à la petite reine. Samedi, le Belge Daan Myngheer a mis le clignotant dès les premiers coups de pédale, du côté de Porto-Vecchio. Son cœur a lâché prise et son état reste critique, au moment d’écrire ce billet de – mauvaise – humeur. Le lendemain, son compatriote, Antoine Demoitié a goûté au bitume, avant d’être percuté par une moto. Touché au visage, le sympathique et prometteur coureur originaire de Nandrin a résisté la soirée, avant de rendre les armes durant la nuit. Le monde du cyclisme est bouleversé, choqué et révolté. Une révolte relative au nombre et au comportement des suiveurs. L’accident d’Antoine ne fait que rappeler les collisions survenues ces derniers temps. Stig Broeckx sur Kuurne, Sagan lors de la Vuelta ou encore Van Avermaet dans l’ultime ascension de la Classica San Sebastian peuvent en attester. À l’entraînement aussi, le risque existe. Demandez aux six sociétaires de Giant-Alpecin heurtés par une conductrice anglaise d’un âge prononcé, circulant sur la bande de… gauche. De Gendt et Dockx ont également frappé la tôle, il y a un mois. Heureusement pour eux, ils s’en sont sortis, parfois indemnes, parfois blessés. Mais ils s’en sont sortis.

Pas de chance pour Antoine. Il rejoint le paradis des victimes de la route où l’attendent Romain Guyot et Patrick Gaudy, renversés dans la quiétude de l’entraînement. Ces décès semblent plus réguliers depuis ce nouveau millénaire, coïncidant avec la participation toujours plus massive des suiveurs à proximité des pelotons. Si la question a le mérite d’être soulevée, rappelons-nous que, en 1950 –déjà, Camille Danguillaume, trouvait la mort aux championnats de France à Montlhéry, renversé par un motard. Le Belge Jean-Pierre Monsere, arborant le tricot arc-en-ciel, percutait une voiture à contre-sens en 1970. L’Ibère Vicente Mata a trouvé pareille issue au Trophée Luis Puig, en 1987. Et encore, nous n’évoquons, ici, que les drames associés à la circulation. Le décès d’Antoine fait mal et rappelle que le vélo est un sport à risque. Amis cyclos, soyez prudents sur la chaussée.

La rédaction de cultureSPORT présente ses plus sincères condoléances à la famille, aux proches et à Astrid, l’épouse d’Antoine Demoitié qui a sauvé trois vies en faisant don de ses organes.

Julien Detroz (@juliendetroz)
Crédit photo : Kristof Ramon

About Julien Detroz

Conseiller de rédaction Culture Sport Journaliste Culture Sport cyclisme Journaliste en cyclisme Sudpresse Journaliste sportif La Meuse Namur Journaliste sportif MAtélé Facebook: Julien Detroz Twitter: @juliendetroz Admirateur de Rodrigo Beenkens. Affamé de sport et fervent suiveur du cyclisme. Journaliste qui n'hésite pas à mouiller le maillot, sur un vélo. Croque la vie à pleine dent. « Fais de ta vie un rêve et d'un rêve, une réalité. »

Laisser un commentaire