Philippe Limouzin (3/3) : « Un seul but : recherche de l’excellence et de ses valeurs d’exigence »

JEUX OLYMPIQUES. Badminton. Pour la troisième et dernière partie de notre entretien avec le directeur technique national de la Fédération Française de bad, nous allons nous intéresser de plus près au parcours et à la fonction qu’occupe Philippe Limouzin.
cultureSPORT Philippe Limouzin DTN badminton

Philippe Limouzin (deuxième en partant de la gauche) aux côtés de Delphine Lansac et Brice Leverdez.

cultureSPORT : Comment une saison type est-elle articulée ? Peut-on comparer le circuit de badminton à celui du tennis avec ses douze Superseries et son Superseries Final (l’équivalent des Masters 1000 et du Masters) ?

Philippe Limouzin : La comparaison peut se faire de plus en plus mais les sommes financières en jeu ne sont en rien comparables. Une saison est faite de pic (championnats d’Europe, Mondiaux, Jeux Olympiques) pour lesquels nous nous préparons par une planification faite de tournois, permettant d’accéder à un classement mondial, et d’entraînements biquotidiens.

cultureSPORT : Comment expliquer l’amour du Danemark pour le badminton ?

Philippe Limouzin : Il y fait froid… donc les gymnases sont toujours ouverts et la plage est moins tentante que chez nous… La rigueur demandée pour réussir en bad, la convivialité du bad, les structures d’accueil, la possibilité de jouer en famille, la qualité de la formation, l’histoire et les résultats portés par des joueurs disponibles et avenants en ont fait un sport dominant.

« J’ai toujours cherché à être un bon professionnel »

cultureSPORT : Quel est le rôle d’un DTN et quel est son impact au sein d’une fédération ?

Philippe Limouzin : Un DTN est un fonctionnaire d’état placé auprès d’un président et de son projet de fédération pour mettre en place des stratégies de développement du sport et de recherche de performances internationales de haut niveau. Un seul but pour un DTN : la recherche de l’excellence et de ses valeurs d’exigence, de rigueur et de persévérance partout et pour tous dans le badminton.

cultureSPORT : À titre personnel, depuis quand êtes-vous DTN de la fédération de badminton et comment en êtes-vous arrivé-là ?

Philippe Limouzin : J’ai un parcours atypique. Prof d’EPS, j’ai commencé le badminton sur le tard après avoir été volleyeur et nageur. J’ai ensuite enchaîné une formidable aventure de formations et d’opportunités pour devenir successivement entraîneur national, directeur d’équipe, directeur technique national adjoint du haut niveau puis DTN depuis 2012. J’ai toujours cherché à être un bon professionnel et surtout… un bon papa.

cultureSPORT : Justement, un petit mot sur votre fille Hortense, qui confirme, avec les Bleuettes du basket, le résultat obtenu l’an passé (médaillées d’argent), en remportant cette fois le titre de championnes d’Europe U18. Que ressent le père ?

Philippe Limouzin : Une énorme joie et une admiration pour ce parcours atypique fait d’embûches et de ténacité, de solitude, de conviction, de sueur, de rigueur mais de joies énormes sans pareille tout en baignant dans des amitiés sincères. Un triple projet énorme : étude, sport et amitié. Un énorme respect pour le partage qu’offre Hortense toujours respectueuse de ceux qui l’ont aidé : ses frères, ses coachs, ses clubs, ses amis, ses profs. J’ai une énorme chance d’être le papa d’un sourire généreux inégalé. Et puis, au final, un seul mot : « heureux » pour Hortense, ses frères et tous ceux qui l’aiment.

A lire aussi

Partie 1/3 : « L’avenir se construit, l’ambition de médaillables est une réalité »

Partie 2/3 : « Le badminton étant télégénique, les portes commencent à s’ouvrir »

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgrenon.greno@culturesport.net)
Crédit photo : page Facebook officielle de la Fédération Française de badminton

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There are 3 comments

Laisser un commentaire