Women’s rugby sevens : Paula Ishibashi, la fierté de l’ovalie « auriverde »

Entretien-Rugby

Paula Ishibashi âgée de 31 ans, est une joueuse de rugby au Brésil, et fut la capitaine de son équipe lors du tournoi olympique féminin de rugby à 7, portant le numéro 5 au Deodoro Stadium (Rio). Les Jeux Olympiques étant maintenant terminés, elle accepte pour notre équipe cultureSPORT de nous parler de ses objectifs, de son ressenti après Rio 2016 et de la place qu’occupe son sport au pays du volley-ball et du football.

12360022_1019864071410047_1223271829009558904_n

« Les défaites ne nous empêchent pas d’avoir de l’espoir »

cultureSPORT : Quelle est ton analyse de ses Jeux Olympiques qui viennent de se dérouler ?

Paula Ishibashi : L’expérience de pouvoir jouer les Jeux Olympiques a été forcément incroyable et nous avons bataillé autant que possible sur le terrain. Malheureusement, nous n’avons pas gagné le premier match contre la Grande-Bretagne (défaite 29-3) mais ça ne nous a pas empêchés d’avoir l’espoir de faire de meilleurs résultats. La chose la plus importante pour les filles du rugby à 7 au Brésil est d’avoir pu maintenir toute une équipe dans le circuit des World Sevens Series.

cultureSPORT : Vous parlez d’espoir et de bataille sur le terrain, quels ont été les mots de votre staff ?

Paula Ishibashi : Le staff et tous ceux qui nous ont suivies tout au long de ce tournoi, savent combien il est important d’avoir pu participer à ces Jeux Olympiques et que vous sommes fiers de notre parcours. Maintenant, c’est vrai une fois que l’on parle d’objectif réussi comme celui-là, il fallait résister aux difficultés et aux épreuves.

12987015_1101609509902169_1523374745835742882_n

cultureSPORT : On imagine aussi qu’une bonne ambiance au stade a pu vous aider…

Paula Ishibashi : C’est vrai que pour moi, jouer dans un stade complet avec les supporters qui nous poussent, ça me laisse sans voix. On a pu ressentir la passion de la foule, la joie que les supporters du rugby ont.

 » Le 7 permettra au rugby à XV de se développer et d’inclure du monde dans ce jeu »

cultureSPORT : Au-delà des résultats, quelle est la place du rugby au Brésil ?

Paula Ishibashi : D’abord, en tant que capitaine et passionnée de rugby, je ne pouvais pas ne pas être plus heureuse que de conduire cette équipe durant ces Jeux Olympiques 2016 dans mon pays. Je suis très fière de ce groupe. Ensuite, nous avons certainement besoin d’améliorer beaucoup de choses pour obtenir un meilleur niveau rugbystique mais nous travaillons, nous travaillons toujours dur pour y arriver.

Au Brésil, le rugby à 7 est au premier plan et le rugby à XV n’est pas encore développé. Mais je veux croire que c’est important aussi pour mon pays de développer une fédération et d’inclure plus de monde dans ce jeu.

1185182_566123160117476_316692666_n

cultureSPORT : Peux-tu nous parler de ton parcours, pour tous ceux en France qui ne te connaissent pas ?

Paula Ishibashi : J’ai joué 11 fois les Jeux Sud-Américains (South-Americans Games) et je n’ai jamais perdu un match. Ensuite, deux coupes du monde, l’une à Dubaï (Emirats) en 2009 où nous avions décroché la 10ème place et l’autre à Moscou en 2013, où nous avons terminé 13ème.

Quand on joue « au 7 », on participe aussi à de nombreuses étapes du World Series et le meilleur classement pour le Brésil a été 8ème. Enfin, plus récemment, en 2015, nous avons décroché la médaille de bronze au Pan American Games (Jeux qui regroupent plusieurs disciplines d’été et des athlètes venus des Amériques) à Toronto l’année passée et à Lima, au Pérou en 2019.

A titre personnel, j’ai reçu deux fois le prix de la meilleure athlète au rugby désignée par le comité olympique brésilien en 2012 et 2015 (Ishibashi, c’est plus de 10 ans au haut niveau, ndlr).

cultureSPORT : Voudrais-tu partir dans un autre pays pour développer ton rugby ?

Paula Ishibashi : Non, je n’ai jamais pensé à partir dans un autre pays, mais ce n’est pas en dehors de mes plans un jour. J’ai 31 ans et je crois que je suis capable de connaître mes limites et « de me challenger » moi-même en rugby à XV.

« J’aime la France, je trouve qu’on peut beaucoup apprendre d’eux sur les placages, les bases »

cultureSPORT : Alors, pourquoi pas la France ?

Paula Ishibashi : Le pays où je trouve que le rugby est le plus intéressant est la France, surtout en rugby à XV. J’aime beaucoup cette agressivité que les Français mettent dans les placages et je suis sûre qu’il y a beaucoup à apprendre des écoles de rugby dans votre pays.

cultureSPORT : Enfin, pouvons-nous vous dire à dans 4 ans, pour Tokyo ?

Paula Ishibashi : Pour l’instant, je ne peux pas confirmer que mon objectif soit de participer aux Jeux à Tokyo.

Quelques résultats olympiques :

Dans la poule C, avec la Grande-Bretagne, le Canada et le Japon.
Grande-Bretagne-Brésil : 29-3
Canada-Brésil : 38-0
Brésil-Japon : 26-10
Match 9ème-12ème place : Brésil-Colombie : 24-0
Match 9ème-10ème place : Brésil-Japon : 33-5

Propos recueillis et traduit de l’anglais par Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)
Crédits photos : pages Facebook officielles de Paula Ishibashi et de la Fédération brésilienne de rugby à 7
Lien utile : Paula Ishibashi, women’s rugby sevens

Publicités

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s