Une défaite logique clôt une semaine historique

SQUASH. Mondiaux par équipes féminins. Même si elles se sont bien défendues, les Bleues n’ont rien pu faire hier face à des Egyptiennes qui tentent, cet après-midi, de décrocher un troisième titre mondial.
uiyev7corfyvpl5v1c3wjw_thumb_1019

Camille Serme (en blanc) et Nour El Sherbini. Crédits : Paul Orlovic.

Elles le savaient. Ils le savaient aussi. Joueuses, staff, supporters, tout le monde savait qu’un mur se dressait devant les Françaises. Mais un exploit est toujours envisageable. De surcroît à domicile et surtout lorsqu’on possède dans ses rangs une Camille Serme tombeuse de Nour El Sherbini en finale de l’US Open. On vous propose de revivre, dans « les conditions du direct », cette première demi-finale du squash féminin tricolore.


Avant-match

Toujours aussi disponible et avenant, Philippe Signoret était plutôt serein à l’orée de cette demie historique. Le natif de Biarritz a tout de même mis en garde ses protégées avant d’affronter les redoutables joueuses égyptiennes. « Je leur ai dit que c’était toujours très difficile de repartir après une défaite et que ça l’était tout autant après un exploit, déclarait-il. Je leur ai également dit de ne pas lâcher une chose qui nous sert depuis le début : prendre du plaisir, communier avec le public. En voulant tenter de créer la surprise, on veut encore lui donner quelque chose. »

La rencontre

Serme tout proche d’un nouvel exploit

1er match : Nour El Sherbini (1) bat Camille Serme (5) : 11-8, 12-10, 11-9

C’était la revanche de la dernière finale de l’US Open. La leader du groupe France a repoussé la numéro une mondiale dans ses retranchements. Revenue à 10-10 dans le deuxième acte, la Cristolienne a failli égaliser à un jeu partout. Il s’en est fallu de peu. Solide dans les fins de jeux, Serme dos au mur, est une nouvelle fois revenue à hauteur de l’Egyptienne (8-8). Mais elle cédera à nouveau, transmettant un relais plus que brûlant à son amie Laura Pomportes. Elle n’aura donc pas réussi à reproduire l’exploit accompli aux Etats-Unis.

Pomportes dépassée, les Bleues éliminées

2e match : Raneem El Welily (4) bat Laura Pomportes (77) : 11-3, 11-3, 11-5

Elle n’aura pu inscrire « que » onze points. Mais il ne faut pas oublier que Laura Pomportes avait déjà réalisé un authentique exploit deux jours auparavant face à Liu Tsz-Ling (29). C’est elle qui avait amené le point décisif contre Hong Kong pour assurer la première place du groupe D. Cette fois, la Toulousaine, qui affrontait la numéro deux mondiale (classée deux rangs en-dessous avant le début du Mondial), n’a pas démérité mais s’est heurtée à une El Welily qui ramenait tout, ou presque.

Mathieu Castagnet (n°9 mondial) : « Déjà, on ne peut que féliciter les filles après leur qualification en demi-finale. Elles terminent même troisièmes puisqu’il n’y a pas de petite finale. C’est extraordinaire. Après, l’Egypte possède trois joueuses qui pourraient prétendre au titre mondial individuel. Même si on avait eu trois Camille (Serme, NDLR) en première, deuxième et troisième position, ça aurait quand même été compliqué. Il faut vraiment être dans le top cinq pour détrôner l’Egypte. Elles ont fait une belle partie et je pense qu’elles ont pris du plaisir. »

Un dernier match pour l’honneur

3e match : Nouran Gohar (3) bat Coline Aumard (26) : 11-5, 11-6.

Même si cette demi-finale était pliée, le sort des Bleues déjà scellé, on a joué un troisième match dans la salle Robert Charpentier, habituelle antre de l’équipe de handball d’Issy Paris. De quoi ravir le public. Les deux joueuses sur le parquet n’ont pas été les seules à faire le show. Depuis sa chaise, l’arbitre a lui aussi contribué à animer la rencontre. A sa façon. « Ladies, so far we’ve got more decisions than points, please play the ball ! » (1). La punchline lancée, le public, hilare, n’a pu s’empêcher de sourire. Les joueuses aussi. Au final, l’espoir du squash mondial Nouran Gohar a pris le meilleur sur Coline Aumard.

La troisième mi-temps

culturesport-coline-aumard

Coline Aumard. Crédit : Paul Orlovic.

L’équipe de France et les membres de la Fédération se sont retrouvés autour d’un verre pour fêter cette performance historique. Rayonnante, Coline Aumard peine à réaliser. « C’est juste un rêve, on est encore dans notre bulle, avouait la numéro deux française. Ce matin (hier, NDLR), on se disait : « oh la la, ce soir, c’est déjà la demie … » On n’a pas vraiment envie que ça se termine. On va vivre à fond toutes les minutes qui nous restent, ensemble. » Plus soudé que jamais, le groupe tricolore a donc nettement amélioré son résultat dans un Mondial à domicile. A Nîmes, quatre ans plus tôt, elles s’étaient classées neuvièmes. « S’il y a deux ans on nous avait dit : « vous allez monter sur le podium à Paris » (elle coupe)… Je ne sais pas, c’est incroyable. »

« De jouer face à ce public que je connais depuis toute petite, depuis vingt ans, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais, poursuit-elle. De jouer devant ma famille qui travaille, qui bosse dur, qui s’est sacrifiée pour moi, de pouvoir vivre ça ensemble, il n’y a pas de mot. Je remercie la Fédération. Sans eux, je n’aurai pas pu vivre ce moment avec tous ces gens autour de moi. J’adore partager. Cette médaille de bronze elle n’est pas que pour nous, on veut la partager avec tout le monde. »

L’Egypte, sans surprise

Elles y sont, comme attendu. Les Egyptiennes tiennent leur finale face à l’Angleterre. « C’était une ambiance incroyable aujourd’hui (hier, NDLR). C’était vraiment beau de voir des gens supporter leur équipe comme ça, lance Nouran Gohar. On a vraiment aimé le fair-play qu’il y a eu tout au long match. On a vraiment bien joué. » De quoi faire le plein de confiance juste avant d’affronter le tenant du titre. « On va essayer de prendre notre revanche contre les Anglaises, sourit la plus Française des Egyptiennes. Ca ne va pas être facile, ça, c’est sûr. Mais on va tout faire pour l’emporter. »

(1) « Mesdames, jusqu’ici nous avons plus de décisions que de points, s’il vous plaît jouez ! »

Nicolas Gréno (@nicolasgreno) avec Thomas Dupleix (@ThomasDupleix) à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There is one comment

Laisser un commentaire