L’occasion de faire le point

BASKET. Nationale 2 féminine (poule B, 9e journée). Face au Poinçonnet, une des deux seules équipes invaincues parmi les 48 formations de N2, Anglet va pouvoir s’étalonner et voir où il se situe en prévision des playoffs.
culturesport-anglet-cote-basque-basket

Jeanne Senghor Sy (16), Eliza Allen (14), Laure Pagelli (11) et Cyrielle Hugues (9) sont à l’écoute des consignes de Mickaël Lavaleur. Crédit : Arnaud Rodriguez.

Ce n’est peut-être qu’anecdotique, mais Anglet a retrouvé la place de deuxième pour la première fois depuis… sa qualification pour les playoffs, en mai 2015. « Ca n’a aucune incidence, avoue Mickaël Lavaleur. C’est un concours de circonstances : les deux premiers se sont joués. Si on est premier ou deuxième à Noël, ça sera plus significatif. » En renouant avec le statut de dauphin – notamment grâce à une meilleure différence par rapport à Belleville-sur-Vie (100 contre 57) –, les Basques ont fait le plein de confiance juste avant de recevoir Le Poinçonnet, une des deux formations invaincues avec Monaco (poule A).

« C’est le leader invaincu parce qu’il n’est pas encore venu jouer ici », sourit Lavaleur. Le cador de la poule est-il réellement prenable à domicile ? « On sait pertinemment que c’est une grosse équipe, taillée pour jouer la montée, poursuit le coach angloy. Mais ça ne nous avait pas empêché de gagner contre elles la saison dernière. » En effet, ses protégées s’étaient imposées d’un souffle en janvier dernier, évitant ainsi les prolongations in extremis (62-61). « Cependant, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas toujours », lance-t-il. Alors, n’est-ce pas effrayant d’affronter l’ogre berrichon ? « Pas du tout, lance Cyrielle Hugues. Comme c’est le genre de match qu’on attend, ce n’est pas le moment d’avoir peur. Si on veut aller en playoffs puis au niveau au-dessus, ces rencontres doivent nous transcender plus que nous effrayer. On va devoir décupler davantage nos forces et jouer encore mieux pour les battre. »

« Pas le droit de perdre »

Ce serait une bonne chose, car cette rencontre pourrait avoir une incidence directe sur les phases finales. « Du coup, on n’a pas le droit de perdre à la maison, déclare le technicien. On se compliquerait la tâche sinon. Si on vient à s’incliner, la première place serait perdue et nous serions obligées de batailler pour la deuxième. »

culturesport-cyrielle-hugues

Cyrielle Hugues face à Saint-Delphin. Crédit : Arnaud Rodriguez.

Désormais elles y sont. « Nous nous sommes bien préparées », lance Lavaleur. « On aborde ce match avec un esprit combatif, avance Cyrielle Hugues. Même si c’est chez nous – c’est un gros avantage –, on sait que ça va être dur. Ca va être un vrai combat, c’est excitant. » Ce choc va également être l’occasion de s’étalonner. « C’est un bon test qui nous permettra de voir où nous en sommes en cette fin d’année 2016 et de voir le travail effectué depuis la reprise en août. » Avec d’anciennes pensionnaires de LFB (Jeanne Senghor Sy), de Ligue 2 (Annabelle Caprais, Cyriane Glère) et de Nationale 1 (Cyrielle Hugues, Laure Pagelli, Eliza Allen), l’ACBB possède l’effectif pour contrarier Le Poinçonnet lors de cette finale avant l’heure.

Finale ? Lavaleur en réfute le terme. « Ca reste un match important mais celui de la semaine dernière (contre la lanterne rouge Villeneuve-sur-Lot, NDLR) l’était tout autant. Il va falloir le gagner comme les autres. De toute façon quand on veut monter, il ne faut pas en perdre beaucoup… »

Célia Bourbon, un cadre blessé

Célia Bourbon, une des deux joueuses avec Léa Ibarlosa à avoir auparavant connu la deuxième place en N2 avec Anglet, est toujours blessée. La durée de son indisponibilité a été rallongée. « Comme elle a vécu les playoffs, ça va être un petit manque en termes d’expérience, analyse Cyrielle Hugues. Elle a vécu des grands matchs et fait partie des joueuses cadres. Après, par solidarité et par esprit d’équipe, on va palier à ça et chacune va donner un peu plus pour combler ce manque. Il y a des joueuses dans l’effectif qui ont tout autant d’expérience. On va y arriver même si on aurait toutes voulu qu’elle soit là. »

Nicolas Gréno (@nicolasgreno – n.greno@culturesport.net)

Advertisements

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s