Bertrand Roiné : Les équipes ne se disent plus : « On va jouer le Qatar, ça va aller »

HANDBALL. Championnats du Monde. Le Qatar, qui joue cet après-midi son troisième match de poule contre l’Argentine (17h45), doit assumer son titre de vice-champion du monde. Les équipiers de Bertrand Roiné, qui ont d’abord chuté de peu face à l’Egpyte (20-22) puis gagné plus largement contre le Bahreïn (32-22), espèrent se hisser le plus haut possible après des Jeux en demi-teinte (quarts de finaliste).
culturesport-bertrand-roine

Bertrand Roiné contre l’Egypte lors du premier match de poule. Crédit : Qatar Handball Association.

cultureSPORT : Comment avez-vous senti votre équipe après la victoire face au Bahreïn ?

Bertrand Roiné : Plutôt bien. On est vraiment bien entré dans le match. Nous étions bien en défense, la balle a bien vécu en attaque, on a trouvé nos ailiers, trouvé de très bonnes solutions… On s’est rapidement mis à l’abri dès la première mi-temps avec dix buts d’avance. En seconde période, il y a un peu de relâchement, surtout sur l’aspect défensif, où on a été un peu moins agressifs. Comme on a un peu moins touché, ils tiraient un peu plus facilement. Mais le principal, c’était de gagner.

cultureSPORT : On a senti une sorte de tension entre les deux formations, comme à l’image de la fin de match…

Bertrand Roiné : Contre le Bahreïn, c’est toujours des matchs tendus. Et là encore, ça va parce qu’on joue à l’extérieur. Quand on joue dans les pays du Golfe, c’est souvent plus chaud. Nous sommes donc habitués à bien pire (rires). Mais comme les joueurs se connaissent, une fois le match passé, c’est fini.

« On n’est pas la France, l’Allemagne ou le Danemark, mais on essaie de faire ce qu’on peut »

cultureSPORT : En tant que Français de naissance, que représente pour vous ce Mondial dans l’hexagone ?

Bertrand Roiné : Ca me fait plaisir de jouer en France. Les supporters sont géniaux. Je suis content d’être là. Au Qatar, je crois que ce sont les supporters tricolores qui se sont déplacés le plus en nombre. Il y a du monde et de l’ambiance dans les salles. Ca me fait vraiment plaisir d’être ici.

culturesport-qatar-handball-2017

Mahmoud Hassaballa (ballon en main) et Youssef Ali (41). Crédit : Qatar Handball Association.

cultureSPORT : Vous avez été la révélation du dernier Mondial. Là, vous arrivez un peu cachés. On parle beaucoup de la France, de l’Allemagne… mais on ne parle pas trop de vous. Ca vous dessert ou ça vous arrange ?

Bertrand Roiné : Oui et non. Je pense que les équipes nous font attention. Ce n’est plus comme avant quand elles se disaient : « On va jouer le Qatar, ça va aller. » Maintenant, ils savent qu’ils doivent se méfier. On a fait de bons résultats. Il y a beaucoup moins d’effet de surprise. Après, c’est normal qu’on parle plus de la France ou de l’Allemagne. Ce sont des grosses nations du hand. Nous concernant, ça fait juste deux ans que le groupe existe. En plus, certains joueurs ont arrêté et d’autres sont actuellement blessés. On n’est pas la France, l’Allemagne ou le Danemark, mais on essaie de faire ce qu’on peut et on espère aller le plus loin possible.

cultureSPORT : Quel est votre objectif pour ce Mondial ?

Bertrand Roiné : On n’a pas d’objectif. Comme je disais, on n’est pas la France. On sait qu’on peut perdre contre tout le monde, mais on sait aussi qu’on peut gagner contre tout le monde si on fait un gros match. On va essayer d’aller le plus loin possible, en essayant de se faire le plus plaisir possible. En espérant que ça nous mène assez loin.

Leur programme

Aujourd’hui (17h45) : Qatar-Argentine. Vendredi 20 janvier (20h45) : Qatar-Danemark. Dimanche 22 janvier : huitièmes de finale (si qualification).

Propos recueillis par Jordi Demory (@DemoryJordi) à Paris.

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac’ @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l’UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Laisser un commentaire