Le cyclisme basque amorce son retour au premier plan

CYCLISME. Circuit Continental. La formation Euskadi Basque Country-Murias envisage de grimper d’un échelon l’an prochain. Cette promotion lui assurerait quasiment une invitation à la Vuelta. L’équipe pourrait également poser sa candidature pour le Tour de France 2019.
culturesport-euskadi-basque-country-murias-2017

Quand l’ancienne génération du cyclisme basque côtoie la nouvelle. Crédit : page Facebook de Euskadi Basque Country-Murias.

Pendant douze ans, de 2001 à 2013, un étrange phénomène se produisait dans les Pyrénées. En juillet, le massif franco-espagnol se parait bizarrement et subitement d’orange. Vêtues de la désormais légendaire tunique de la formation Euskaltel-Euskadi, des grappes de supporters se massaient en nombre dans l’Aubisque, le Tourmalet ou dans l’Aspin.

Mais que les nostalgiques se rassurent. Une nouvelle équipe hegoalde (1), notamment soutenue financièrement par la communauté autonome, est en passe d’émerger. Quoi de plus normal dans une région où le cyclisme fait figure de sport roi (2) ? Avec l’organisation de deux courses World Tour (Vuelta al Pais Vasco, Clasica San Sebastian), la présence de nombreux coureurs chez Sky (Benat Intxausti, Mikel Landa, David Lopez, Mikel Nieve) ou l’appartenance de la formation Caja Rural au circuit Continental Pro, difficile de passer à côté.

Un parterre de stars pour le lancement

Pour accentuer le côté solennel du lancement de cette nouvelle aventure, c’est dans l’auditorium de la Azkuna Zentroa de Bilbao – un magnifique écrin de 43 000 m² parfaitement agencés par Philippe Starck, abritant salle de sport, bibliothèque, cinéma et restaurants – que s’est déroulée la présentation.

Quelque 200 personnes ont fait le déplacement pour assister à la naissance d’un projet qui pourrait bien, dans les mois à venir, accueillir de nouveaux supporters. De nombreuses figures du cyclisme basque (Roberto Laiseka, Pedro Delgado, Abraham Olano, Joseba Beloki, Pedro Horrillo ou Julian Gorospe) ont fait le déplacement afin de marquer encore un peu plus l’importance de ce dessein pour le futur du vélo basque. Le premier coureur français d’Euskaltel, Thierry Elissalde était également de la partie à l’instar de Marcel Queheille, vainqueur de l’étape du Tour 1959 arrivant à Bayonne. Des coureurs encore en activité (Intxausti, Peio Bilbao) étaient également de la fête, au même titre que l’ancien manager de Banesto, José Miguel Echavarri. D’autres personnalités qui n’ont pu être présentes (Miguel Indurain, Landa, Eusebio Unzue), ont envoyé tout leur soutien.

C’est l’ancien cycliste Xabier Usabiaga (ex-Euskaltel, en 1994), désormais présentateur des journaux télévisés et commentateur des courses retransmises par EITB, qui animait la soirée. Comme pour revendiquer le savoir-faire et l’Histoire de la petite Reine au Pays Basque, la présentation a débuté par la diffusion d’une vidéo. De la Vuelta remportée par Jesus Lorono en 1957 au succès de Gorka Izagirre sur les routes du Tour 2016, en passant par le titre mondial d’Igor Astarloa et la victoire d’Iban Mayo à l’Alpe d’Huez en 2003, ce film, réalisé en collaboration avec EITB, a recensé les plus beaux exploits et moments du cyclisme basque.

culturesport-euskadi-basque-country-murias

Jon Odriozola s’exprime sur le projet. Crédit : site officiel de Euskadi Basque Country-Murias.

L’instigateur du projet, Jon Odriozola a dépeint, pendant près d’une dizaine de minutes, les contours d’un « projet solide et bien fait« . L’ancien pensionnaire de la Banesto (1998-2003) s’est montré plutôt fier de ce qui a été accompli « depuis que Murias a posé la pierre angulaire » en 2015.

L’ex-directeur sportif de chez Euskaltel a également déclaré vouloir reprendre le témoin depuis l’arrêt de la formation orange fin 2013. « Nous sommes convaincus que notre équipe doit participer aux meilleures courses. Nous voulons prendre le nom d’Euskadi pour le monde. Nous sommes beaucoup plus qu’une équipe. » En déclarant cela, Odriozola met une grosse pression sur ses (jeunes) coureurs, qui ont décroché, l’an passé, la première victoire du groupe basque grâce à Imanol Estevez. C’était au Portugal, lors du Tour d’Alentejo.

Désormais, l’objectif est clair. Euskadi-Murias souhaiterait intégrer dans un premier temps le circuit Continental Pro. En héritant d’une licence en deuxième division l’an prochain, les hommes de Jon Odriozola pourraient prendre part à la soixante-treizième édition de la Vuelta. « Les Verts » pourrait ensuite viser, dans un second temps, le Tour de France 2019. Ca tomberait bien… Les rumeurs annoncent en effet un Grand Départ depuis… Bilbao.

img_0081

Garikoitz Bravo répond aux questions de la télévision basque. Crédit : Nicolas Gréno/cultureSPORT.

Les 14 coureurs

Imanol Estévez, Garikoitz Bravo, Aritz Bagués, Mikel Bizkarra, Ander Barrenetxea, Aitor Gonzalez, Julen Irizar, Eneko Lizarralde, Mikel Iturria, Adrian Gonzalez, Oscar Rodriguez, Pello Olaberria, Benat Txoperena, Gotzon Udondo.

(1) Hegoalde : la partie espagnole du Pays Basque
(2) Même si cette année 25% de la Liga est Basque (Real Sociedad, Athletic Bilbao, Eibar, Alaves, Osasuna).

Nicolas Gréno (@nicolasgrenon.greno@culturesport.net) à Bilbao (Biscaye)

Publicités

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s