« Ça me rappelle les débuts d’Euskaltel »

CYCLISME. Circuit Continental. Les anciennes gloires du cyclisme basque espagnol se confient sur le nouveau projet porté par Jon Odriozola.

Dernier volet de notre spéciale « Euskadi Basque Country-Murias » – Abraham Olano, Joseba Beloki, José Miguel Echavarri. Ces trois personnalités ont dynamisé le cyclisme basque de par leurs performances sportives ou leur implication dans la création d’une équipe mythique (Banesto). Présents lors de la présentation d’Euskadi-Murias à Bilbao, nous les avons interrogés sur la viabilité de ce dessin porté par Jon Odriozola. Selon le trio hispanique, cette équipe est portée sur la formation. Les arrivées de Julen Irizar et d’Oscar Rodriguez (Ampo-Goierriko TB et Lizarte, deux équipes amateurs de qualité) ainsi que les départs d’Alex Aranburu (Caja Rural-Seguros RGA, invitée sur des épreuves espagnoles relevées) et de Jon Ander Insausti (Bahrain-Merida, en World Tour) semblent le démontrer.


Abraham Olano

« Ce qui est primordial, c’est d’avoir une identité. Euskaltel-Euskadi, était, par le passé, une grande formation. C’est important que cette équipe puisse continuer de sortir de jeunes cyclistes provenant d’ici. Ce qui est également important, c’est que les fans aient une équipe à soutenir. »

FICHE D’IDENTITÉ. Lieu de naissance : Anoeta (Guipuscoa). Nombre de saisons : 11 (1992-2002). Equipe basque : Banesto (1) (1997-1998). Palmarès : Champion du monde en ligne 1995, champion du monde du chrono 1998 ; championnat d’Espagne 1994, champion d’Espagne du chrono 1994 et 1998 ; Vuelta 1998 + 6 étapes, 1 étape du Tour de France.

Joseba Beloki

culturesport-joseba-beloki

Crédit : Twitter @josebabeloki.

« Euskadi-Murias est importante pour le cyclisme basque afin de poursuivre la tradition, d’entretenir la passion. Une passion que l’on retrouve aussi bien en Belgique que dans d’autres pays. Quand vous vous rendez sur une course, pas spécialement estampillée World Tour, la passion est présente. A mon avis, la disparition d’Euskaltel a engendré une situation difficile. Cela nécessitait la création d’une équipe de référence. Je pense que Murias va prendre la suite d’Euskaltel. Cette nouvelle formation me rappelle d’ailleurs les débuts d’Euskaltel, où je suis passé pro en 1998. L’équipe était ensuite rapidement montée en première division, participant dans la foulée au Tour de France (2001)… Selon moi, Murias est plus une équipe de formation. »

 

FICHE D’IDENTITÉ. Lieu de naissance : Lazkao (Guipuscoa). Nombre de saisons : 9 (1998-2006). Equipe basque : Euskaltel-Euskadi (1998-1999). Palmarès : Tour de France : deuxième en 2002, troisième en 2000 et 2001. Vuelta : troisième en 2002.

José Miguel Echavarri

« C’est un plaisir de venir ici. Jon (Odriozola, le manager de l’équipe, NLDR) et Francis (Lafargue, le responsable des relations internationales, NDLR) sont de vieux amis. Pour moi, français ou espagnol, cela reste avant tout un projet basque. Notre cyclisme a une histoire, une belle histoire. Il fallait trouver la relève de l’équipe Euskaltel. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, pour lancer un nouveau projet, il faut avoir quelqu’un qui donne l’argent. Cela coûte cher, ce n’est pas facile. Heureusement, Jon était en plein dans la bataille pour parvenir à son objectif. Je pense qu’il faut avoir beaucoup de reconnaissance pour les efforts des personnes qui mènent des projets comme celui-ci. Maintenant, il leur faut commencer tout doucement. Partir du bas de l’échelle pour essayer de trouver de nouveaux talents. Tout le monde a besoin d’une équipe comme Euskadi-Murias. Les coureurs amateurs ont besoin d’avoir un espoir, une illusion, quelque chose qui leur facilite la tâche pour essayer d’arriver à leur rêve : intégrer une grande équipe pro. »

FICHE D’IDENTITÉ. Lieu de naissance : Abarzuza (Navarre). Nombre de saisons : 3 (1969-1971). Equipe basque : aucune. Equipes dirigées : Reynolds, Banesto, Iles Balears, Caisse d’Epargne (1980-2006).

culturesport-jon-odriozola

Crédit : site officiel de l’équipe Euskadi Basque Country-Murias.

Jon Odriozola

« Nous allons récupérer, d’une certaine façon, l’ascendance d’Euskaltel. Je pense que le cyclisme basque a besoin d’une équipe qui puisse disputer les meilleures courses du monde. L’équipe est construite entre les institutions, les aficionados, entre tous. Je pense que c’est une bonne manière d’établir un projet bien fait, réalisé avec patience. Je le répète, on ne construit pas une équipe en un jour. Cependant, je pense que nous sommes sur le bon chemin. Notre objectif ? Nous souhaitons viser le circuit Continental Pro l’an prochain afin de pouvoir courir la Vuelta et le Tour du Pays Basque. Nous rêvons également d’une participation au Tour de France en 2019. Nous allons travailler petit à petit pour y être. Que le Tour 2019 parte de Bilbao ? Cela peut être une motivation supplémentaire. Christian Prudhomme (le directeur de l’épreuve, NDLR) connaît le projet. Il nous aide d’ailleurs à courir quelques courses en France. Il voit notre dessein d’un bon œil. »

FICHE D’IDENTITÉ. Lieu de naissance : Ognate (Guipuscoa). Nombre de saisons : 10 (1995-2004). Equipe basque : Banesto (1998-2003). Equipes dirigées : Orbea (2005-2006), Euskaltel-Euskadi (2007-2008), Euskadi Basque Country-Murias (depuis 2015).

(1) Nous avons considéré la formation Banesto comme équipe basque puisqu’elle est basée à Pampelune.

Propos recueillis par Nicolas Gréno (@nicolasgrenon.greno@culturesport.net) à Bilbao (Biscaye) le 20 janvier 2017.

About Nicolas Gréno

Créateur & rédac' @cultureSPORT depuis mai 2009. Correspondant sportif Sud Ouest. Passé par le DU Journalisme à l'UPPA. Contact : n.greno@culturesport.net

Laisser un commentaire