Christophe Pélissier, but en « or » et retourneur de temps

FOOTBALL. Ligue 2. La « Domino’s L2 » en aura fait tomber plus d’un sous le coup de l’émotion à l’issue de la 38ème journée, le vendredi 19 mai. C’est l’Amiens SC (2e, 66 points) qui accompagne Strasbourg (1er, 67 points) en Ligue 1 l’an prochain, après un final enflammé (1-2) à Reims au bout du bout du temps réglementaire (96e) par un but du milieu, Emmanuel Bourgaud. Un but en « or » qu’il n’est pas prêt d’oublier.
Pélissier

L’entraîneur d’Amiens, Christophe Pélissier

L’entraîneur honni

Christophe Pélissier, ancien milieu n’est pas si inconnu du grand public. Ses attributs d’entraîneur, ils existent dès 2000. Le natif de Haute-Garonne signe en faveur de Luzenac (Ariège) en 2007-2008 alors en CFA ; l’année suivante, il parvient à les faire accéder au National, puis en 2013, Luzenac peut rêver à la Ligue 2. C’est le début d’une énorme controverse au sein du football français. Un club qui a gagné sa place sportivement, se voit refuser son plus bel exploit d’abord : faute de moyens ; puis d’un stade homologué. On cherchera par tous les accords à ce qu’ils puissent jouer soit à Ernest Wallon (Stade Toulousain) ou au Stadium Municipal de Toulouse (TFC). Il n’en sera rien. Les héros ariégeois, un collectif si soudé, se retrouvera éparpillé (abandon du football, autres clubs). On croit alors que les qualités de M. Pélissier sont honnies.

L’Amiens SC, club historique

L’histoire de l’Amiens SC démarre en 1901. Le club picard, tout au long de son parcours footballistique aura des moyens limités mais contribuera grandement à fournir des joueurs/entraîneurs de qualité à la Ligue 1 pour exemples : le milieu, Fabrice Abriel ; l’entraîneur adjoint de l’OL, Gérald Baticle, Thibaut Giresse, attaquant à l’EAG ; Fahid Ben Khalfallah…

Aux entraîneurs atypiques

Dès 2000, c’est Denis Troch, le point de départ de nouvelles ambitions. L’ancien gardien de but coache avec brio le club jusqu’en 2004. Il perdra une finale de Coupe de France face à Strasbourg aux penaltys (5-4) en 2001, sur un tir raté du togolais Jean-Paul Abalo. L’année suivante, il sera sacré meilleur coach de D2. Il dirige aujourd’hui une entreprise spécialisée dans la préparation mentale sportive, un temps choisi par l’ASM Clermont, au rugby en tant que consultant.

La période Troch laissera un grand vide, mais son adjoint d’alors Ludovic Batelli, aujourd’hui entraîneur des U20 de l’équipe de France, fera remonter le club en Ligue 2 en 2011. Après encore quelques années d’errements, c’est la qu’intervient Christophe Pélissier. Il signe dès 2015.

Une trajectoire vertigineuse, défiant toutes statistiques

A peine a-t-il signé, qu’il signe déjà la remontée du club samarien en deuxième division, après une victoire contre Belfort (1-0) en 2016. Le Président Joannin lui avait donné alors « deux ans pour remonter en Ligue 2 ».  En 2017, c’est le plus bel exploit, le plus beau pied de nez de sa carrière. Il permet au 17ème budget de L2 de recevoir comme un rêve les Cavani, ou M’Bappé au Stade de la Licorne en Ligue 1. Il voulait donner « une mentalité à tout un collectif pour avancer ensemble », il a même fait mentir les articles acerbes mentionnant Amiens comme  » des chèvres ». Bâtir, encore et toujours.

Une équipe de »fadas », teintée de romantisme

Des qualificatifs qui ne sortent pas de nulle part, elle est transformée. Au regard de leurs scores cette saison chez des concurrents directs, « c’est enthousiasmant, c’est des fadas romantiques » dira même Yoann Riou, chroniqueur en pleine émission « L’Equipe du soir » !

  • Victoire à Lens : 0-1
  • Victoire contre Strasbourg : 4-3
  • Victoire contre Lens : 2-1
  • Victoire à Brest : 2-3
  • Le meilleur buteur est A.Kamara avec 10 réalisations

Ils étaient 8 000 passionnés à être présents à Reims, vendredi. Quand Kamara ouvre le score à la 12e, c’est bien parti. Brest gagne sans sourciller face au Gazélec et Lens fait le travail contre Niort. Il fallait absolument gagner. Quand Diego égalise à la 62e, on croit que c’est terminé. Emmanuel Bourgaud marque à la dernière seconde du pied droit en force, après un centre, une remise de la tête de El-Hajjam. 38% de leurs buts cette saison viennent d’un centre, 27% interviennent entre la 76e et la 90e minute !

Michel Der Zakarian et son équipe n’auront pas offerts sur un plateau cette montée , au stade Auguste Delaune. Mais à Amiens, terre de Jules Verne et d’Auguste Perret, ils étaient à « vingt mille lieues » de penser qu’ils pourraient atteindre les sommets du football français, une première dans leur histoire.

Pierre-Alexandre Carré (@carr_pierre64)

Laisser un commentaire