Divers Formule 1

Grand Prix de Bahreïn (essais libres) : Le Cavallino au galop (1/3)

Crédit photo : Twitter @Formula1

Essais Libres 1.

« Pourquoi sommes-nous si lents ? » lançait Sebastian Vettel dépité dans sa radio, à la fin des qualifications du Grand Prix d’Australie, il y a deux semaines. Ferrari a depuis retrouvé les devants en menant deux sessions d’essais libres particulièrement productifs pour tout le plateau.

La première tâche des pilotes en ce vendredi matin était avant tout de gommer une piste particulièrement sale et poussiéreuse, qui a eu pour effet de voir nombre de monoplaces visiter les largeurs de la piste tout du long de cette séance. Très peu représentative sur ce grand prix disputé depuis 2014 sous les projecteurs, la session n’a pas manqué de proposer de l’action en piste malgré un tarmac à 48 degrés et un vent capricieux autour des dunes. Les écuries ont en effet utilisé chaque seconde du temps alloué à la mise au point de leurs monoplaces, avec d’entrée des programmes en pneus tendres (composé C3 ici à Bahreïn, soit la gomme médium utilisée à Melbourne). 

Plusieurs incidents et erreurs ont ponctué les roulages, Lance Stroll se faisant avoir en premier avec une pédale d’accélérateur trop généreuse à la sortie du virage 4 qui envoya sa RP19 dans les barrières, sans conséquence majeure pour le Canadien qui poursuivra son programme. Tandis qu’Hamilton se plaint de l’équilibre de sa Mercedes, Kimi Raïkkönen s’emmêle à plusieurs reprises dans le trafic avec Norris puis Albon, qui manque de justesse le contact.

Crédit photo : Twitter @Formula1

La situation est toujours très compliquée chez l’écurie privée Williams, dont la tête à queue de Russell ne manque pas de faire frémir quant à l’absence cruelle de pièces de rechange. Carlos Sainz profite d’une piste légèrement dégagée pour prolonger son programme de développement suite de son abandon en Australie qui a obligé le pilote Espagnol à être le premier de la grille à piocher dans son quota de composants moteurs avec un changement de moteur à combustion interne, de MGU-H et de turbo.

Une piste bondée en fin de séance voit l’aileron de Romain Grosjean s’affaisser après un passage prononcé sur le vibreur du virage 7 qui mettra fin à la séance du Français. Quelques instants plus tard, c’est au même virage que la Renault d’Hulkemberg et la Sauber de Giovinazzi se percutent, faisant voler de ses quatre roues l’Italien. L’investigation des commissaires ne donnera suite à aucune pénalité, en cause d’une « incompréhension entre les deux pilotes ».

C’est ainsi que Charles Leclerc conclu pour la première fois une séance en tête de la feuille des temps, Vettel devançant la Mercedes de Bottas. Derrière, et malgré des programmes divergents, le peloton se trouve une fois de plus très serré, avec neuf voitures en une seconde.

Source : Twitter @Formula1

Guilhem Piepers

0 comments on “Grand Prix de Bahreïn (essais libres) : Le Cavallino au galop (1/3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :