Jure Kocjan : « Je saurai où je vais dans quelques jours »

Cela fait quelques jours que les médias l’annoncent en partance pour l’équipe Basque Euskaltel-Euskadi. Sa signature ferait alors office de première puisqu’aucun Européen non-Basque n’a encore couru pour Euskaltel. Culture Sport a donc décidé de mieux connaitre Jure Kocjan. Le Slovène de 27 ans a accepté de répondre à nos questions.

Jure, quand as-tu débuté le cyclisme ?
J’ai commencé par le Mountain Bike à l’âge de quinze ans. Je suis passé sur la route lorsque j’ai eu dix-huit ans, en intégrant le Team Radenska.

Avant Team Type 1, quelles ont été tes équipes ?
Il y a donc eu Radenska, puis Perutnina, Carmiooro et Team Type 1.

Tu n’es pas encore très connu en France. Comment te décrirais-tu en tant que coureur ?
Je suis un puncheur, pas un pur sprinteur. Quand je suis en forme je peux très bien passer les petites côtes.

Penses-tu alors pouvoir gagner une grande classique ?
Mon rêve est de remporter Milan-San Remo… Ou les classiques Flandriennes.

« Non, nous n’avons rien signé ! »

Tu as plusieurs victoires à ton palmarès, dont trois acquises en France (une étape de l’Etoile de Bessèges 2009 et deux étapes du Tour du Limousin 2012). Aimes-tu les courses Françaises ? 
Oui j’apprécie les courses en France. Beaucoup d’entre elles correspondent à mes caractéristiques.

Nous savons que tu es en négociations avec Euskaltel-Euskadi. Un contrat de signé ?
Non nous n’avons rien signé ! Mon manager est également en négociations avec une autre équipe World Tour ainsi qu’avec une équipe Française.

Pourquoi as-tu accepté de parler avec Euskaltel ?
C’est est une belle équipe. Ca peut être bien de courir pour une équipe World Tour, je pense que c’est une bonne opportunité.

Mais tu serais le premier coureur non-basque (à part le Vénézuélien Unai Etxebarria) à intégrer l’équipe. N’es-tu pas inquiet à cette idée ?
Non ça ne me fait pas peur ! Si je suis bon, je pense qu’il n’y aura pas de problème.

Et si tu n’es pas chez Euskaltel, direction la France ?
Oui sans doute. Je saurai où je vais dans quelques jours.

Quel est ton programme maintenant ?
J’irai sur les courses Françaises telles que Paris-Bruxelles, le Grand Prix de Fourmies, le Grand Prix de la Somme et Paris-Tours. Je participerai également aux championnats du monde.

Questions plus personnelles. Avais-tu une idole quand tu étais petit ?
Pas réellement non.

Aujourd’hui, qui admires-tu ?
Philippe Gilbert.

Quelle course rêves-tu de gagner, à part Milan-San Remo ?
Les championnats du monde.

Avec qui t’entends-tu le mieux au sein du peloton ?
Les coureurs Slovènes, puis Francisco Ventoso (Movistar, ndlr), Daniele Colli et Alessandro Bazzana (deux de ses équipiers, ndlr).

As-tu un porte bonheur ?
Aucun.

« Armstrong est toujours le vainqueur de sept Tour »

Penses-tu qu’un jour un Slovène remportera le Tour de France ?
Je pense que c’est possible, nous avons de très bons jeunes.

Le vélo est-il populaire en Slovénie ?
Oui, mais pas en tant que sport professionnel… Plus comme loisir.

Quel est ton avis sur le cas Armstrong ?
Je crois que ce n’est pas bon pour le cyclisme. Personne ne s’occupe des Tour de France d’il y a cinq ou six ans… Cela ne va rien changer. Pour moi, il est toujours le vainqueur de sept Tour de France.

Si tu la suis, que penses-tu de la Vuelta 2012 ? 
Tous les jours, après l’entrainement, je regarde le Tour d’Espagne. Beaucoups d’ascensions cette année, c’est une course difficile.

Et enfin, que peut-on te souhaiter pour le futur ?
Tout ce dont j’ai besoin est la santé… (Sourire)

Nous remercions Jure Kocjan pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Crédit photo : roadbikeaction.com

There are 5 comments

  1. Biarnes

    Etxebarria a du sang basque, Sanchez non :)

    J’ai également oublié Cabedo, el Valenciano, qui court cette saison chez Euskaltel !

  2. Biarnes

    Unai Etxebarria était basque par ses parents même s’il est né au Venezuela. Par contre il y a eu effectivement d’autres coureurs non basque dans l’équipe. Les coureurs de Burgos : Castresana et Cuesta ainsi que toujours aujourd’hui l’Asturien Samuel Sanchez.

    1. Maxence Châble

      Oui c’est exact. Mais Etxebarria possède la nationalité Vénézuélienne, par conséquent il n’est pas pûrement basque.
      Par exemple je considère plus Samuel Sanchez comme basque qu’Etxebarria. Puisue Sanchez a fait toute sa formation au Pays Basque.

      Merci pour vos précisions en tout cas.

Laisser un commentaire