Vidéo Formule 1 : Le duel Vettel-Webber

Les passionnés de sports mécaniques seront d’accord sur le fait que l’attente entre deux Grands Prix est parfois longue. C’est encore plus le cas lorsque les pilotes ont droit à trois semaines de répis ! Pour patienter, nous avons décidé de revenir sur le fait marquant de ce début d’année 2013 : l’altercation musclée entre les deux Red Bull en Malaisie. Après une analyse de cette passe-d’armes (que vous pouvez relire ici), nous vous proposons une vidéo qui résume la rivalité entre Sebastian Vettel et Mark Webber :

Pour mieux comprendre les différentes actions compilées ci-dessus, une petite explication s’impose ! Retournons donc en mai 2010, et plus précisément sur le circuit d’Istanbul en Turquie. Mark Webber se retrouvait en tête de la course, durant le dernier relai. Son ingénieur l’incita à économiser son carburant afin de rallier l’arrivée. L’Australien s’exécuta, mais derrière lui, Sebastian Vettel piaffait d’impatience ! Il tenta une manœuvre audacieuse au bout de la longue ligne droite. A plus de 300km/h, les monoplaces s’accrochèrent. Aujourd’hui encore, les avis sont partagés, qui était en faute ? Vettel pour avoir forcé le passage en se rabattant tôt ? Ou Webber pour ne pas avoir laissé suffisamment de place ? Quoi qu’il en soit, cet incident mis le feu aux poudres au sein même du team. Incendie vite maîtrisé en apparence : une photo prise deux semaines après montrait les deux belligérants échangeant une poignée de main franche ! A Silverstone l’été suivant, nouvelle polémique. Un nouvel aileron avant a fait son apparition sur les voitures. Malheureusement lors des essais, Vettel détruisit le sien. Les mécaniciens démontèrent le même élément appartenant à Webber pour l’installer sur l’Allemand ! Un acte que garda l’Australien en travers de la gorge (voir conférence de presse au début de la vidéo). Le lendemain, il remporta la course, et s’exclama « Not bad for a Number Two driver » (« Pas mal pour un pilote Numéro Deux »), de quoi signifier « Ne m’enterrez pas trop vite » ! Quelques mois plus tard, alors qu’il menait le championnat, Webber sortit de la piste en Corée du Sud à quelques épreuves de la finale. Cet abandon sonna le glas de ses chances, ce qui permit (indirectement) au jeune Vettel de devenir champion du monde.

Si en public, le combat entre les deux équipiers était fortemement démenti, en interne, le duel reprit de plus belle lors du GP de Grande-Bretagne 2011. Comme vous avez pu le constater sur la vidéo, Webber essaya à deux reprises de passer son équipier en fin de course. Christian Horner, le patron de l’équipe, décida de calmer le jeu en demandant à Webber de « maintenir l’écart » (sous-entendu : « reste à ta place »). Mark fit la sourde oreille et se rapprocha une seconde fois de Sebastian. Nouvel ordre du patron. Cette fois-ci, Mark répondit de manière ironique : « Ok d’ac' » (« Ok, righto » en Anglais). Le simple fait de le voir jeter son volant dans le cockpit en dit long sur sa frustration. Cet extrait montre bien que les consignes d’équipe sont légions en F1, mais elles brident grandement les pilotes. Les spectateurs sont également déçus, car l’on verrait peut-être plus de spectacle sur la piste sans ces demandes !
Justement, les fans de ce sport se sont régalés lors de la seconde course de cette année 2013. En effet, la manche de Sepang a été le théâtre de l’une des plus importantes passe-d’armes de ces dernières années. Comme lors de l’accrochage turque, Webber était entrain d’économiser du carburant lorsque Vettel a porté l’estocade. Mais ce dernier n’était pas censé le dépasser, C.Horner le lui avait interdit via le message « Multi 21 » ; une formule énoncée en fin de vidéo par Webber. On sait aujourd’hui déchiffrer ce code. « 21 » se réfère aux numéros des deux hommes. Webber dispose du N°2, Vettel du N°1. Ainsi, les positions étaient figés dans l’ordre suivant : Webber devançant Vettel. Or, le triple champion du monde n’a pas respecté la demande de son patron, et ce pour le plus grand plaisir des téléspectateurs.

Mon avis : Alors oui, cela doit être un cauchemar pour les membres de Red Bull Racing que de gérer ces deux pilotes de haut niveau. Mais pour le fan que je suis, je me régale de voir ces monoplaces se frôler à de très hautes vitesses ! Vettel a désobéi, certes, mais les grands champions ont tous un caractère bien trempé : Senna, Schumacher, etc. L’Allemand fait assurément parti de ceux-là après son dépassement malaisien. Webber quant à lui est un pilote très doué mais il lui manque cette hargne pour entrer dans cette caste. D’ailleurs, Vettel a gagné par trois fois le championnat, ce qui n’est pas le cas de Webber… Prochain rendez-vous le week-end prochain en Chine !

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s