Grand Prix de Monaco : le baromètre

En hausse

10308270_646453498743808_651486308902402274_nJules Bianchi (Marussia)

Le Français mérite tout simplement la Palme d’Or de la plus belle course ! On sait que Monaco est un lieu qui se prête bien aux exploits : le protégé de la Scuderia Ferrari l’a démontré. Parti depuis la vingt-et-unième place (un rang en adéquation avec la performance de sa monoplace), le Français a su profiter des divers incidents qui ont émaillé l’épreuve pour franchir la ligne en neuvième position ! Un résultat historique pour l’équipe, qui marque ses premiers points depuis son apparition en 2010 ; Jules inscrit par la même occasion ses premières unités en F1.

Nico Rosberg (Mercedes-AMG)

L’autre grand bénéficiaire du rendez-vous monégasque est le leader du championnat. Après une série de quatre succès de la part de son équipier Lewis Hamilton, Nico Rosberg a renversé la tendance sur des lieux qu’il connaît bien (son école se situait à quelques mètres de la piste). Une seconde victoire consécutive sur le Rocher qui s’est accompli dans un parfum de polémique. En effet, pendant les qualifications, Nico sortit de la piste à Mirabeau, lors du dernier tour lancé. Conséquence : drapeau jaune, et Hamilton, qui était en passe de déloger Rosberg de la pole, dût renoncer à ses espoirs de pole. Manœuvre volontaire ou erreur de pilotage ? Les images laissent dans l’indécision.
Le lendemain, Rosberg n’a pas eu de difficultés à contenir son vaillant rival. Soulignons néanmoins que Lewis a été contraint d’opter pour une stratégie similaire à son adversaire lors de l’entrée de la voiture de sécurité ; de ce fait il ne pût bénéficier d’une fenêtre de ravitaillement avantageuse, ce qui explique sa colère à la radio.
Avec sa seconde victoire de l’année, Rosberg reprend l’ascendant au classement, avec quatre points d’avance sur Hamilton. La pression va crescendo dans le garage Mercedes, les deux hommes ne se sont pas congratulés sur le podium comme à leur habitude. L’entente va-t-elle lentement tourner à la rivalité ? Réponse dans les prochaines semaines !

En baisse

Sebastian Vettel (Red Bull)

Décidément, le chat noir semble ne plus vouloir quitter la RB10 du champion du monde ! Sur le tracé intra-muros, c’est une soudaine perte de puissance qui obligea l’Allemand à s’engouffrer dans son box, au huitième tour. La veille, il était victime d’un souci d’ERS, le boîtier électrique du moteur Turbo. Pas facile dans ces conditions incertaines de briguer un nouveau titre, d’autant plus que Daniel Ricciardo (Red Bull) ne semble guère touché par des pépins mécaniques ! Troisième aujourd’hui, le souriant australien distance son illustre équipier de neuf points au championnat. Vettel a montré un beau retour aux affaires à Barcelone, mais la fiabilité doit suivre pour pouvoir rééditer de telles performances.

Valtteri Bottas (Williams) à l'attaque

Valtteri Bottas (Williams) à l’attaque

Valtteri Bottas (Williams)

Cela devait bien arriver un jour : premier abandon de la saison pour le Finlandais. Un moteur cassé mit un terme à ses envies de points dans la seconde moitié d’épreuve. Bottas aura à cœur d’oublier cet abandon dans deux semaines à Montréal, où il avait signé une retentissante troisième place aux essais !

Crédits photos : page Facebook de Marussia F1 Team et LAT Photographic/Glenn Dunbar

There is one comment

Pour commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s