Grand Prix d’Allemagne : le baromètre

Nico Rosberg, qui a prolongé chez Mercedes, re-signe également une nouvelle victoire en championnat cette saison. Au classement, l’Allemand accentue légèrement son avance en glanant quelques points sur son équipier Hamilton.

En hausse

Nico Rosberg (Mercedes-AMG)
Rosberg et son casque spécial Allemagne

Rosberg et son casque spécial Allemagne

L’Allemagne a le vent en poupe ces derniers jours : victoires en série de Kittel sur le Tour de France, de la Mannschaft en football, et de Nico Rosberg en F1 ! Pas l’ombre d’un nuage n’est venue enrayer la belle machine germanique. Pole position, course menée de bout en bout, avec au bout sa quatrième victoire de la saison avec vingt secondes d’avance sur Bottas (Williams). Nico n’a laissé que des miettes à ses rivaux ; à commencer par son équipier Lewis Hamilton (Mercedes-AMG, 3ème). L’Anglais, a parfaitement accompli sa mission sauvetage. Après une rupture de disque de frein entraînant une sortie de piste, le champion du monde 2008 avait du pain sur la planche ! Pour la troisième fois consécutive, il devait effacer en piste le retard qu’il avait concédé en qualifications. Le Britannique doit donc se contenter de la dernière marche du podium, après une solide remontée. Pas de quoi néanmoins sauter au plafond, car Rosberg a repris un léger d’ascendant (14 points d’avance) devant son public. Une domination du constructeur allemand qui n’a pas l’air de déchaîner les fans : ils n’étaient que 50 000 à Hockenheim, alors que le MotoGP a attiré près de 90 000 spectateurs non loin de là dimanche dernier…

Valtteri Bottas (Williams)

Nous l’avions désigné « Meilleur débutant de l’année 2013 » ; Valtteri Bottas confirme qu’il est bien un pilote talentueux, avec un troisième podium d’affilé ! Le Finlandais a en effet gardé la tête froide en contenant les assauts du bouillant Hamilton dans les dernières boucles. Il s’était même permis le luxe de titiller le leader du championnat Rosberg durant les essais, en étant en avance au second secteur. Néanmoins, la Mercedes était trop performante pour la Williams, et Bottas s’est vite retrouvé isolé en seconde place. Ainsi, en égalisant son meilleur résultat dans la discipline, le champion GP3 2011 se rapproche dangereusement du podium provisoire, juste derrière Alonso (Ferrari, 5ème) et Ricciardo (Red Bull, 6ème). Un podium qui est devenu réalité pour l’écurie à taille humaine de Grove, car elle vient se placer entre Red Bull et la Scuderia avec 121 points ! Williams a enfin le vent en poupe, après un printemps en dents de scie, les résultats sont là !

En baisse

Felipe Massa (Williams)
Massa à l'envers !

Massa à l’envers !

Jamais deux sans trois dit l’adage ; cela s’est malheureusement avéré être vrai pour le Brésilien. Il signe son troisième abandon lors du premier tour cette année, après Melbourne et Silverstone, et de façon plus spectaculaire ! Heureusement le pilote s’extirpait du cockpit sans problème. La malchance semble donc poursuivre le transfuge de Ferrari, là où son équipier Bottas enchaîne les bons résultats. Mais Massa a vécu suffisamment d’épreuves dans sa carrière pour savoir que le vent peut vite tourner à son avantage !

L’équipe Caterham

Une fois n’est pas coutume, jetons un œil aux sans-grades de la Formule 1. Après avoir mis en avant l’écurie Marussia à Monaco, traitons de sa grande rivale qu’est Caterham. Elle avait recruté le Japonais Kamui Kobayashi pour, espéraient-ils, trouver la voie du Top 10 et ainsi poursuivre l’aventure dans la compétition. Néanmoins, les progrès annoncés se font attendre, ce qui a contraint le directeur Tony Fernandes à vendre Caterham au profit d’un groupe d’investisseurs venant de Suisse et du Moyen-Orient. Une fin d’aventure décevante pour celle que l’on appelait « Lotus Racing » en 2010, et qui avait embauché des pilotes expérimentés (Kovalainen, Trulli) avant de se voir contrainte de promouvoir des pilotes payants (Van Der Garde, Ericsson) pour assurer une stabilité financière. Lentement mais sûrement distancée par Marussia depuis le début de saison, ce GP d’Allemagne n’a pas inversé la tendance, avec un Marcus Ericsson bon dernier et un Kobayashi vaillant mais assez éloigné de Jules Bianchi (Marussia, 15ème). Que ce soit en essais ou sur la durée d’une épreuve, la Caterham n’est pas aussi véloce que la Marussia.

Crédits photos : Sutton Images et F1grid.

There is one comment

Laisser un commentaire